Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Jn 2020 - 15:04
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
HÉPATITE C : IL FAUT SEMER ENCORE ET ENCORE…





Il faut semer, sans penser à la récolte…

Pascal Mélin

http://www.soshepatites.org/hepatite-c- ... et-encore/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Jn 2020 - 12:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
HOMMAGE À MICHEL REYNAUD





http://www.soshepatites.org/michel-reynaud/

AUREVOIR MICHEL…

http://www.soshepatites.org/aurevoir-michel/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 02 Jl 2020 - 19:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Les foies infectés par l'hépatite C peuvent être transplantés en toute sécurité

Les personnes sans hépatite C peuvent recevoir un foie positif pour l'hépatite C, puis éliminer le virus par un traitement.

Les résultats intermédiaires d'une étude en cours ont indiqué que les personnes peuvent recevoir en toute sécurité des greffes de foie de donneurs atteints du virus de l'hépatite C (VHC). Les résultats de la greffe sont similaires, que le foie du donneur ait été infecté ou non par le VHC.

Des chercheurs du Centre médical de l'Université de Cincinnati ont établi une cohorte de 64 personnes qui avaient besoin d'une greffe du foie et les ont divisées en deux groupes pairs. Un groupe a reçu du foie de donneurs atteints d'hépatite C; l'autre groupe a reçu des foies de donneurs négatifs pour le VHC.

Les transplantations ont eu lieu entre juin et octobre 2018.

Comme décrit dans la transplantation hépatique, l'âge médian du groupe qui a reçu les foies positifs pour le VHC était de 60 ans, tandis que dans le groupe témoin, l'âge médian était de 57 ans. L'âge médian des donneurs était de 37 ans. La plupart des participants des deux groupes étaient mâles blancs.

Une personne du groupe qui a reçu un foie positif pour le VHC est décédée des suites de facteurs non liés à la greffe, laissant 31 participants. Trente (97%) d'entre eux ont commencé un traitement antiviral à action directe pour le VHC, commençant une médiane de 47 jours après leur greffe.

Dix-neuf (63%) membres du groupe hépatique VHC positif ont obtenu une réponse virologique soutenue 12 semaines après la fin du traitement contre le virus, considéré comme un remède. Six autres participants avaient une charge virale de l'hépatite C complètement supprimée après avoir terminé le traitement pour le virus, mais n'ont pas encore atteint la marque de post-traitement de 12 semaines. Cinq autres personnes sont toujours sous traitement et une autre n'a pas encore commencé. Personne n'a connu d'échec du traitement contre l'hépatite C.

Il n'y a pas eu de différence entre les deux groupes d'étude dans la survie à 30 jours et à un an de l'organe transplanté ou dans les taux de survie des participants. Il n'y a pas non plus de différences dans la durée des séjours à l'hôpital des participants, dans les taux de complications liées à leurs chirurgies ou dans les taux d'infections du sang.

«Ce que nous avons découvert, c'est que vous pouvez utiliser des foies infectés par l'hépatite C et les résultats de cette analyse intermédiaire sont les mêmes, qu'il soit nécessaire de traiter les organes affectés par l'hépatite C ou non», Shimul Shah, MD, professeur de chirurgie à l'Université de Cincinnati College of Medicine et auteur principal de l'étude, a déclaré dans un communiqué de presse. «Tous ceux qui ont reçu un foie atteint d'hépatite C ont été débarrassés du virus.»

"Les organes séropositifs pour le VHC peuvent être utilisés en toute sécurité chez les patients qui n'ont pas l'infection, et le VHC peut être éradiqué en toute sécurité, augmentant ainsi les chances pour les patients de recevoir des greffes d'organes vitaux", a déclaré Nadeem Anwar, MD, professeur à l'Université du département de médecine interne de Cincinnati et premier auteur de la revue savante.

"Il y a une grande différence entre la demande et l'offre de foies, et auparavant, les organes atteints d'hépatite C étaient jetés", a ajouté Anwar. «Avec cette étude, il est clair que nous pouvons aider plus de patients à se faire transplanter en utilisant des organes positifs pour le VHC.»



"Avec la crise des opioïdes, malheureusement, il y a eu plus de décès liés à une surdose, et certains de ces patients donnent des organes", a-t-il poursuivi. "Certains de ces organes peuvent être positifs pour l'hépatite C, mais comme les donneurs sont jeunes, les foies sont toujours en très bon état et peuvent être utilisés pour des transplantations."

https://www.uc.edu/news/articles/2020/06/n20926312.html

https://aasldpubs.onlinelibrary.wiley.c ... 2/lt.25741

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Jl 2020 - 11:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
ENTRE CIBLÉ ET GÉNÉRALISÉ…




http://www.soshepatites.org/entre-cible-et-generalise/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Jl 2020 - 15:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
REGISTRE COVID ET FOIE



Chers membres,

Nous vous proposons de participer au registre COVID et Foie dédié aux patients atteints de maladie du foie (aiguë ou chronique) et d’une infection virale par le SARS-CoV-2 confirmée par PCR sur prélèvement naso-pharyngé et/ou par TDM thoracique.

Ce registre national ambispectif, initié par l’AFEF en collaboration avec le Département de Recherche Clinique de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris et plus particulièrement avec l’Unité de Recherche Clinique du Pr Eric VICAUT, a pour objectif d’évaluer l’impact du COVID-19 en termes de morbi-mortalité chez les patients atteints de maladie aiguë ou chronique du foie (clinicalTrial NCT04375670).
Télécharger le protocole – Télécharger l’avis du comité d’étique

Chaque patient atteint de COVID-19, informé et n’ayant pas formulé d’opposition à l’enregistrement anonyme de ses données cliniques obtenues dans le cadre du soin, devra être recensé de manière rétrospective ou prospective jusqu’au 31/12/2020.
Télécharger le formulaire de non opposition

Les données seront recueillies dans un eCRF individuel bref (de 15 minutes environ).
L’accès à l’eCRF étant sécurisé, il est indispensable que chaque investigateur envoie par mail à afef@afef.asso.fr les informations ci-dessous afin de recevoir ses codes d’accès personnels.

https://afef.asso.fr/article_actu/regis ... 9-et-foie/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Jl 2020 - 10:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Validation de la détection d'ARN du virus de l'hépatite C à l'aide de sang capillaire par piqûre au doigt (système GenXpert)

Pour atteindre les objectifs ambitieux de l'OMS d'éliminer l'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) en tant que menace pour la santé publique d'ici 2030, des approches innovantes sont nécessaires pour améliorer le recours au dépistage et au traitement des personnes qui s'injectent des drogues (PWID). Les obstacles importants aux soins sont l'accès veineux difficile et l'approche en deux étapes dans les tests actuels au point de service, en utilisant un test de dépistage des anticorps anti-VHC suivi d'un test de confirmation de l'ARN du VHC. Dans cette étude, nous visions à valider le nouvel instrument GenXpert pour diagnostiquer l'ARN du VHC par piqûre au doigt. Cette étude prospective a été menée dans une cohorte de PWID dans 6 sites de cliniques d'alcool / drogue et 1 projet de sensibilisation en Belgique entre janvier 2018 et mars 2019. Des échantillons de plasma et de sang total capillaire ont été prélevés respectivement par ponction veineuse et piqûre au doigt. La sensibilité et la spécificité du système GenXpert ont été comparées à celles du kit ARN Artus HCV standard. Sur 153 participants inscrits, 147 (96,1%) disposaient des résultats du système GenXpert et du kit ARN Artus HCV. L'ARN du VHC a été détecté dans 35 des 147 (23,8%) par le kit ARN du VHC Artus et dans 36 des 147 (24,8%) par le GenXpert. La charge virale quantitative moyenne de l'ARN du VHC sur la piqûre au doigt était de 28 700 UI / mL (IQR 4070–65 875) contre 1 900 000 UI / mL (IQR 416 466– 2 265 510) sur le plasma. L'instrument GenXpert avait une sensibilité de 100% (IC 95% 90% -100%) et une spécificité de 99,1% (95,1% -99,9%). La précision globale du diagnostic était de 99,3% (96,3% -99,9%). Cette étude valide les excellentes performances de l'instrument GenXpert pour évaluer l'ARN du VHC dans le sang total capillaire par piqûre au doigt dans une cohorte PWID. Sur 153 participants inscrits, 147 (96,1%) disposaient des résultats du système GenXpert et du kit ARN Artus HCV. L'ARN du VHC a été détecté dans 35 des 147 (23,8%) par le kit ARN du VHC Artus et dans 36 des 147 (24,8%) par le GenXpert. La charge virale quantitative moyenne de l'ARN du VHC sur la piqûre au doigt était de 28 700 UI / mL (IQR 4070–65 875) contre 1 900 000 UI / mL (IQR 416 466– 2 265 510) sur le plasma.

L'instrument GenXpert avait une sensibilité de 100% (IC 95% 90% -100%) et une spécificité de 99,1% (95,1% -99,9%). La précision globale du diagnostic était de 99,3% (96,3% -99,9%). Cette étude valide les excellentes performances de l'instrument GenXpert pour évaluer l'ARN du VHC dans le sang total capillaire par piqûre au doigt dans une cohorte PWID. Sur 153 participants inscrits, 147 (96,1%) disposaient des résultats du système GenXpert et du kit ARN Artus HCV. L'ARN du VHC a été détecté dans 35 des 147 (23,8%) par le kit ARN du VHC Artus et dans 36 des 147 (24,8%) par le GenXpert. La charge virale quantitative médiane de l'ARN du VHC sur la piqûre au doigt était de 28 700 UI / mL (IQR 4070–65 875) contre 1 900 000 UI / mL (IQR 416 466– 2 265 510) sur le plasma. L'instrument GenXpert avait une sensibilité de 100% (IC 95% 90% -100%) et une spécificité de 99,1% (95,1% -99,9%). La précision globale du diagnostic était de 99,3% (96,3% -99,9%). Cette étude valide les excellentes performances de l'instrument GenXpert pour évaluer l'ARN du VHC dans le sang total capillaire par piqûre au doigt dans une cohorte PWID. 8%) par le GenXpert. La charge virale quantitative moyenne de l'ARN du VHC sur la piqûre au doigt était de 28 700 UI / mL (IQR 4070–65 875) contre 1 900 000 UI / mL (IQR 416 466– 2 265 510) sur le plasma. L'instrument GenXpert avait une sensibilité de 100% (IC 95% 90% -100%) et une spécificité de 99,1% (95,1% -99,9%). La précision globale du diagnostic était de 99,3% (96,3% -99,9%). Cette étude valide les excellentes performances de l'instrument GenXpert pour évaluer l'ARN du VHC dans le sang total capillaire par piqûre au doigt dans une cohorte PWID. 8%) par le GenXpert. La charge virale quantitative moyenne de l'ARN du VHC sur la piqûre au doigt était de 28 700 UI / mL (IQR 4070–65 875) contre 1 900 000 UI / mL (IQR 416 466– 2 265 510) sur le plasma. L'instrument GenXpert avait une sensibilité de 100% (IC 95% 90% -100%) et une spécificité de 99,1% (95,1% -99,9%). La précision globale du diagnostic était de 99,3% (96,3% -99,9%). Cette étude valide les excellentes performances de l'instrument GenXpert pour évaluer l'ARN du VHC dans le sang total capillaire par piqûre au doigt dans une cohorte PWID.

introduction
En 2015, on estimait que 71,1 (62,5 à 79,4) millions de personnes étaient chroniquement infectées par le virus de l'hépatite C (VHC) dans le monde. Parmi ceux-ci, 6,1 millions de personnes ont déclaré avoir consommé des drogues au cours de l'année précédente. Des recherches récentes ont prouvé que l'infection par le VHC est guérissable, même chez les personnes qui utilisent activement des médicaments, en raison de la disponibilité d'un traitement antiviral à action directe (AAD) sûr et efficace. Néanmoins, les personnes qui s'injectent des drogues (PWID) sont confrontées à de multiples obstacles au diagnostic, au lien avec les soins et le traitement. Dans les études antérieures, les obstacles identifiés étaient la difficulté d'accès veineux pour la ponction veineuse ou la nécessité de visites multiples lors de l'utilisation des tests au point de service. Ceux-ci ont souvent une approche en deux étapes, car les anticorps anti-VHC sont d'abord testés, suivis par l'ARN du VHC.

Récemment, l'instrument GenXpert (GX) a été approuvé dans l'Union européenne pour détecter le VHC dans le plasma dérivé du sang veineux. Cette technologie innovante a permis de fournir un diagnostic sur place de l'infection chronique par le VHC en quelques heures. Néanmoins, la technologie validée nécessitait encore une ponction veineuse. En 2017, Grebely et al ont décrit l'utilisation réussie d'échantillons de sang capillaire dérivés par piqûre au doigt pour mesurer l'ARN du VHC par l'instrument GX. La sensibilité du test de charge virale Xpert HCV pour la détection d'ARN du VHC dans les échantillons prélevés par piqûre au doigt était de 95,5% (IC 95% 84,5–99,4) et la spécificité était de 98,1% (IC 95% 93,4–99,huit). Dans cette étude, nous avons cherché à valider les résultats de l'instrument GX dans une cohorte de PWID recevant un traitement par agoniste opiacé (OAT).

Les méthodes
Conception de l'étude et participants
Il s'agit d'une étude interventionnelle prospective multicentrique. Les participants ont été recrutés à partir de 7 sites différents (6 sites de cliniques d'alcoolisme et de toxicomanie et 1 projet de sensibilisation par fourgonnette mobile) à travers la Belgique entre janvier 2018 et mars 2019. Les critères d'inclusion étaient l'âge ≥ 18 ans et le fait de recevoir de l'OAT. Au cours de la semaine de sensibilisation, seuls les patients recevant de l'OAT et dont le test Ab rapide du VHC était positif ont été invités à participer. Tous les participants ont donné leur consentement éclairé par écrit. L'étudea été approuvée par le comité d'éthique de Ziekenhuis Oost-Limburg le 23 novembre 2017. L'étude a été exécutée conformément aux règles de bonnes pratiques cliniques.

Procédure d'étude
Les participants éligibles ont été recrutés lorsqu'ils se sont rendus dans l'un des sites de cliniques d'alcool et de drogues participants ou pendant une semaine de sensibilisation clinique avec une fourgonnette mobile. Tous les participants ont subi une collecte de sang par piqûre au doigt à côté d'un échantillon de sang veineux standard. Cette étude étant une validation de l'instrument GX, la même méthodologie a été utilisée que dans l'étude de Grebely et al.

Un échantillon de sang total capillaire a été prélevé des participants via une piqûre au doigt (MiniCollect Safety Lancet; Greiner Bio-One, Monroe) en utilisant les procédures recommandées par l'OMS et recueilli dans un tube de collecte de minivettes de 100 μL (Minivette POCT 100 μL; Sarstedt). Immédiatement après le prélèvement, 100 μL de sang total capillaire ont été placés directement dans la cartouche de charge virale Xpert HCV (GXHCV-VL-CE-10; Cepheid; limite inférieure de quantification de 10 UI / mL), suivie de l'ajout de 1 mL de tampon ( Cepheid) sans mélange, pour les tests d'ARN du VHC sur site. La cartouche a ensuite été chargée dans l'instrument GX (<15 minutes) et des volumes d'échantillons capillaires de sang total inférieurs à 100 μL ont été enregistrés. Le test de charge virale Xpert HCV du sang total capillaire a été effectué sur une machine GX R2 6 couleurs, à quatre modules sur site (système GXIV-4-L; Cepheid) exploitée par un membre qualifié de l'équipe de recherche clinique conformément aux instructions du fabricant . Les données ont été analysées avec le logiciel GX Dx (version 4.6a). Le temps nécessaire pour obtenir un résultat du test de charge virale Xpert HCV est de 108 minutes.

Les échantillons de sang ont été immédiatement stockés dans un réfrigérateur (2 à 6 ° C) et transportés au laboratoire où ils ont été traités (<6> 10 UI / ml) par rapport au kit Artus HCV RNA comme étalon-or (limite de quantification> 21 UI / mL). En supposant une prévalence du VHC chronique de 30% et une sensibilité et spécificité de 100%, 150 échantillons fourniraient un IC à 95% de 23% à 38% pour l'estimation de la prévalence et un IC à 95% de 92,1% à 100,0% pour les estimations de sensibilité et 96,5% -100,0% pour la spécificité.

https://www.medscape.com/viewarticle/932678

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Jl 2020 - 15:11
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
À TOUS CEUX QUI SE DEMANDENT POURQUOI DES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’HÉPATITE B ?







http://www.soshepatites.org/a-tous-ceux ... epatite-b/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 10 Jl 2020 - 15:20
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
HÉPATANTS ET COVID-19…



Voilà une question que nous nous posons tous : que se passe-t-il en cas de contamination par le COVID-19 pour les plus fragiles d’entre nous, à savoir les greffés et les cirrhotiques ?

Deux études publiées ce mois-ci permettent des ébauches de réponses.

Brian T Lee est un hépatologue situé en plein milieu de l’épicentre de l’épidémie aux USA, il a publié dans Gastroenterology de mai les premiers résultats de l’effet du COVID-19 chez des greffés.

A New-York, 38 malades greffés du foie ont contractés le COVID-19 entre mars et avril 2020 et pour 24 d’entre eux l’hospitalisation s’est avérée nécessaire. Les malades hospitalisés étaient plus âgés et avaient plus de comorbidités.

Pour 46% d’entre eux il existait une atteinte pulmonaire sévère et pour 52% une insuffisance rénale. Pour les malades hospitalisés, 7 sont morts soit 29% !!!Ce chiffre est significativement plus important que dans la population standard, donc oui, les greffés sont plus fragiles et ils doivent redoubler de vigilance !

Xiaolong Qi, hépatologue chinois, a publié dans Gut en juin 2020. Cette étude chinoise menée dans 16 hôpitaux chinois entre janvier et mars 2020 a recensé 21 malades atteints de cirrhose et ayant contractés le COVID–19.

L’âge moyen était de 68 ans, dont 52% d’hommes, la cirrhose était classée Child A pour 16 d’entre eux, Child B pour 3 et Child C pour 2. 5 malades sont décédés, soit près de 25% ! Cette étude ne retrouve aucun lien avec l’âge, la gravité de la cirrhose ou sa cause, ni l’existence de comorbidités. Il faut être très prudent avec cette étude chinoise dont l’effectif est faible ! mais avec 25 % de décès, le message est suffisant pour rappeler à tous les cirrhotiques l’importance des gestes barrières.

Il semble qu’il soit dur d’être un hépatant avec une maladie du foie avancée ou une greffe hépatique en cette période de pandémie du COVID-19…

Alors soyons tous responsables et vigilants.

Pascal Mélin

http://www.soshepatites.org/hepatants-et-covid-19/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jl 2020 - 22:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Avis suivi de recommandations et Rapport sur la prévention, le dépistage et le traitement de l’hépatite C chez les personnes détenues



Communiqué de presse


Le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) rend aujourd’hui public un Avis suivi de recommandations ainsi qu’un Rapport sur la prévention, le dépistage et le traitement de l’hépatite C chez les personnes détenues. Ces travaux répondent à une saisine conjointe du Directeur de l’administration pénitentiaire, de la Directrice générale de l’Offre de soins et le Directeur général de la Santé.

Les personnes détenues représentent une population fortement exposée au risque d’acquisition du VHC. Or les objectifs et les moyens de la lutte contre le VHC ont été radicalement transformés par l’arrivée, depuis 2014, des traitements antiviraux d’action directe (AAD). Ces traitements, très efficaces et bien tolérés, permettent une guérison en seulement huit ou douze semaines. Au travers d’une stratégie de dépistage précoce et de traitement immédiat, le Gouvernement a fixé l’objectif de parvenir à l’élimination de l’épidémie de VHC en France à l’horizon 2025. Une mise en œuvre efficace de cette stratégie en milieu pénitentiaire est essentielle.

Au terme de ses travaux, le CNS constate cependant que la réponse sanitaire et préventive actuellement déployée en milieu pénitentiaire ne s’est pas entièrement adaptée au nouveau paradigme de la lutte contre le VHC et présente d’importantes faiblesses. Ainsi, le CNS a pu établir que parmi les personnes estimées porteuses d’une infection chronique par le VHC à leur entrée en détention, actuellement moins d’une sur deux initie un traitement par AAD au cours de son incarcération.

L’insuffisance du dépistage du VHC s’avère être la principale cause de ce faible taux d’accès au traitement. Le renforcement des dépistages conjoints du VHC, du VHB et du VIH représente ainsi le principal défi à relever et plusieurs leviers pour y parvenir sont proposés.

Le parcours de prise en soins, pour celles des personnes détenues qui ont bénéficié d’un dépistage, apparait en revanche globalement assuré. Il pourrait cependant être davantage simplifié et optimisé dans de nombreux établissements, où les délais demeurent inutilement long, ce qui peut compromettre l’initiation du traitement pour des personnes condamnées à des peines courtes.

Enfin, au regard de l’enjeu d’éviter les nouvelles contaminations et les recontaminations, le renforcement de la prévention et en particulier de l’accès aux principaux outils de réduction des risques, dont l’efficacité n’est plus à prouver, constitue l’autre défi majeur à relever. Les limitations d’accès à ces outils qui perdurent en milieu pénitentiaire sont anachroniques et contradictoires avec l’objectif d’élimination de l’épidémie de VHC.

Le Rapport publié ce jour dresse un état des lieux détaillé et présente des données inédites à l’appui de ces constats. L’Avis suivi de recommandations, adopté et transmis dès septembre 2019 aux pouvoirs publics, formule à leur attention un ensemble de quatorze préconisations d’actions visant à répondre de manière globale et cohérente aux difficultés identifiés.

Dans le prolongement de cet Avis, le CNS organise un colloque le 2 novembre 2020, au Ministère de la Santé et des Solidarités.

Contact : Julien Bressy, Chargé de communication, 01 40 56 68 52 | 06 35 26 85 71 | julien.bressy@sante.gouv.fr

https://cns.sante.fr/rapports-et-avis/a ... sons-2019/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Jl 2020 - 07:25
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
14 JUILLET : FÊTE NATIONALE MAIS NE FAITES PAS PERSO…




http://www.soshepatites.org/14-juillet- ... pas-perso/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Jl 2020 - 12:57
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Chers collègues, chers amis,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le texte intégral des Recommandations AFEF sur le diagnostic et suivi non-invasif des maladies chroniques du foie est disponible sur le site de l’AFEF.

Bien cordialement, bien amicalement,

Nathalie Ganne-Carrié
Secrétaire générale AFEF



https://afef.asso.fr/wp-content/uploads ... O-2020.pdf

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 747#398747

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jl 2020 - 14:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
HÉPATITE B, MERCI GAYE !





Pascal Mélin

http://www.soshepatites.org/hepatite-b-merci-gaye/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jl 2020 - 05:51
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Enquête sur les soins déprogrammés pendant la crise

Du retard dans la reprogrammation des soins annulés pendant le confinement .

Une enquête de l’UFC-Que Choisir menée auprès de 4654 personnes1 révèle l’ampleur alarmante du retard pris en matière de reprogrammation des soins à la suite du déconfinement. Alors que les trois quarts des rendez-vous initialement prévus entre le 17 mars et le 11 mai ont été annulés, moins de 20 % avaient fait l’objet d’une reprogrammation au sortir du confinement. Face à l’ampleur et à la persistance de ce retard, notre association appelle le Ministre de la Santé ainsi que les agences régionales de santé à organiser sans délai une parfaite coordination de tous les acteurs, notamment entre structures publiques et structures privées, afin d’accélérer le retour à la normale.


TROIS QUARTS DES RENDEZ-VOUS MÉDICAUX ANNULÉS PENDANT LE CONFINEMENT :

L’enquête de l’UFC-Que Choisir, qui portait sur les soins médicaux (auprès de médecins spécialistes ainsi qu’en établissements de santé) pendant le confinement, fait apparaître que l’appel des pouvoirs publics à la déprogrammation de toutes les activités chirurgicales et médicales « non urgentes » a été massivement suivi. Ce sont ainsi 74 % des rendez-vous initialement prévus sur la période allant du 17 mars au 11 mai qui ont été annulés par les professionnels de santé. Cela est d’autant plus dommageable qu’un tiers de ces rendez-vous avaient été pris depuis plus de trois mois.

En ce qui concerne les interventions en milieu hospitalier, la communication est trop souvent restée uniquement administrative : seuls 13 % des patients ayant vu leur rendez-vous annulé ont pu avoir un contact direct avec leur chirurgien, pourtant le mieux à même de les informer sur les conséquences médicales de ce report. Pire, la gestion des besoins de soins apparus pendant le confinement a largement failli : 40 % des usagers qui ont estimé avoir besoin d’un rendez-vous auprès d’un spécialiste sans pouvoir attendre la fin du confinement sont restés sans solution.

À L’HEURE DU DÉCONFINEMENT, UN SYSTÈME DE SANTÉ QUI PEINE À RATTRAPER LE RETARD PRIS :

Deux mois de déprogrammation quasi-totale dans de nombreux établissements ont eu pour résultat de créer un interminable embouteillage de patients. L’enquête menée par l’UFC-Que Choisir montre que seuls 20 % des rendez-vous chez des spécialistes annulés pendant la période de confinement avaient été reprogrammés au moment de l’enquête. Plus inquiétant encore, ce niveau de reprogrammation tombait à seulement 12 % pour les opérations et traitements en milieu hospitalier. Si des rendez-vous ont depuis été organisés, difficile d’entrevoir une résorption rapide des soins en attente, alors que les établissements de santé doivent en plus faire face au flux constant de nouveaux patients. Cet afflux est d’autant plus difficile à gérer que les règles d’hygiène drastiques réduisent les capacités de prise en charge du système sanitaire. L’importance des interventions pratiquées et l’impossibilité de les reporter sine die pose la question de l’organisation de la reprise des soins en particulier dans les hôpitaux publics qui seront sans doute les derniers à retrouver un fonctionnement normal.

À SITUATION EXCEPTIONNELLE, L’URGENCE DE MESURES EXCEPTIONNELLES :

Devant l’impossibilité pour l’hôpital public de faire face, seul, à la vague de reprogrammations, il est temps de prendre des mesures fortes pour organiser la continuité des soins. La menace d’une deuxième crise sanitaire, cette fois liée aux déprogrammations de soins, exige que toutes les ressources d’offres de soins territoriales, privées et publiques, soient mobilisées à plein. Il en va de même pour les centres d’imagerie médicale qui accusent des retards considérables. La coordination entre public et privé est une urgence absolue et doit se faire sous l’égide des agences régionales de santé, à même d’orienter les usagers vers les places disponibles.

Persuadée que la clé de cette sortie de crise passe par la mise en place de solutions innovantes devant aboutir à l’utilisation efficiente de toutes les ressources de notre système de santé, l’UFC-Que Choisir :

• Appelle les agences régionales de santé à mettre en place sans délai un suivi des capacités des différents établissements de soins, y compris des centres d’imagerie médicale, pour orienter les usagers vers les places disponibles.
• Demande au Ministre de la Santé de garantir que les usagers dirigés vers le privé alors qu’ils avaient initialement rendez-vous dans le public ne se verront pas pénaliser financièrement en particulier par l’application de dépassements d’honoraires.
NOTES :

(1) Enquête en ligne réalisée du 03 au 12 juin 2020, auprès des abonnés à la lettre d’information de quechoisir.org et du réseau d’associations locales de l’UFC-Que Choisir.

https://www.quechoisir.org/action-ufc-q ... nt-n81027/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Jl 2020 - 19:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
BAS LES MASQUES…






http://www.soshepatites.org/bas-les-masques-2/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Jl 2020 - 17:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
SÉGUR DE LA SANTÉ : 600 JOURS POUR TRANSFORMER L’ESSAI



Pdf :

http://www.soshepatites.org/wp-content/ ... 220720.pdf




http://www.soshepatites.org/segur-de-la ... er-lessai/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 24 Jl 2020 - 10:43
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
3 questions courantes sur la récidive de l'hépatite C et les mesures à prendre pour éviter la réinfection

Une préoccupation de la plupart des patients atteints d'hépatite C après un traitement contre l'hépatite C est la possibilité de récidive de l'hépatite C, que ce soit seul ou le risque de réinfection.

Voici les trois questions les plus fréquemment posées par les patients atteints d'hépatite C concernant la récidive et la réinfection:

Quelle est la possibilité que l'hépatite C revienne après la fin du traitement?
Puis-je être réinfecté par l'hépatite C après avoir terminé le traitement et dit que je suis guéri?
Quelles mesures préventives puis-je prendre pour éviter la réinfection?
Quelle est la possibilité que l'hépatite C revienne après la fin du traitement? c'est une excellente question. Si vous avez terminé le traitement contre l'hépatite C et obtenu une RVS 12 (réponse virologique soutenue signifiant que le virus de l'hépatite C n'a pas été détecté dans votre corps 12 semaines après avoir terminé le traitement contre l'hépatite C), vous êtes considéré comme guéri de l'hépatite C.

La majorité des médecins effectuent un suivi des tests de charge virale 24 semaines après le traitement pour confirmer, mais les études médicales montrent qu'il y a très peu de différence entre 12 et 24 semaines. Des études montrent que les patients ont moins de> 1% de chances que le virus de l'hépatite C réapparaisse, sans réinfection.

Puis-je être réinfecté par l'hépatite C après avoir terminé le traitement et dit que je suis guéri? Le Dr Rena K. Fox MD, a déclaré: «Le risque d'une autre infection par l'hépatite C est bien moindre que la première infection, mais ce n'est pas impossible. Cela s'est produit chez des personnes qui continuent de consommer des drogues injectables, et certaines études suggèrent que cela se produit encore plus chez les personnes également séropositives.

Les mêmes mesures préventives pour éviter l'infection par l'hépatite C en premier lieu doivent être observées dans tous les cas.

Il est possible que vous soyez réinfecté avec un génotype différent de celui que vous aviez, ou même avec le même génotype. Encore une fois, avoir l'hépatite C une fois ne vous immunise pas contre l'hépatite C, quel que soit le génotype, et ne vous immunise pas non plus contre l'hépatite A ou B.Il n'y a pas de vaccin contre l'hépatite C.Il existe des vaccins contre l'hépatite A et l'hépatite B L’obtention de ces vaccins constitue une étape préventive importante.

Quelles mesures préventives puis-je prendre pour éviter la réinfection par l'hépatite C? Le Dr Rena K. Fox, MD, déclare: «La meilleure façon d'éviter la réinfection est de réduire les comportements à risque pouvant entraîner une exposition au virus de l'hépatite C: ne pas utiliser de drogues injectables, ne pas partager d'aiguilles pour quelque raison que ce soit, éviter le sang. une exposition au sang avec d’autres personnes et utilisez des préservatifs si vous êtes sexuellement actif avec un nouveau partenaire ou un partenaire qui a utilisé des drogues injectables. »

Voici d'autres mesures préventives pour éviter la réinfection par l'hépatite C:

Ne partagez pas d'objets personnels avec d'autres comme des rasoirs, des brosses à dents, du dentifrice, des coupe-ongles ou d'autres objets personnels. Si vous avez terminé le traitement contre l'hépatite C, une bonne chose serait de jeter les vieux rasoirs, brosses à dents et dentifrices et de les remplacer par des neufs. Vous pouvez faire tremper votre coupe-ongles et votre équipement de soins personnels dans de l'alcool pour les nettoyer.
Portez des gants en latex lorsque vous aidez quelqu'un à panser une plaie ouverte.
Utilisez les mesures de sécurité recommandées si vous êtes exposé à du sang ou à des piqûres d'aiguilles.
Ne partagez pas les aiguilles.
Pratiquez des rapports sexuels protégés. Les Centers for Disease Control and Prevention déclarent que le virus de l'hépatite C peut être transmis lors d'un contact sexuel, mais que le risque est faible si une personne a un partenaire sexuel stable à long terme. Cependant, avoir plusieurs partenaires sexuels, ou le VIH, ou avoir des relations sexuelles brutales peut augmenter le risque de propagation du virus pendant les rapports sexuels.
Utilisez des aiguilles et du matériel propres pour les tatouages ​​ou les piercings corporels.
Couvrez immédiatement une coupure, une plaie ou une plaie avec un bandage stérile propre. C'est une bonne idée de garder des pansements dans votre portefeuille ou votre sac à main au cas où vous seriez coupé de chez vous.
Nettoyez soigneusement toutes les surfaces après avoir été en contact avec du sang. Le CDC recommande que tout déversement de sang, y compris le sang séché, qui peut encore être infectieux, doit être nettoyé en utilisant une dilution d'une partie d'eau de Javel pour 10 parties d'eau. Des gants doivent être portés pour nettoyer les déversements de sang. Le virus de l'hépatite C peut survivre à l'extérieur du corps à température ambiante, sur des surfaces environnementales, jusqu'à 3 semaines.
Pour plus de détails sur l'hépatite C, téléchargez le guide gratuit, «3 Phases of Hep C Treatment; Votre guide du diagnostic à la guérison »sur notre site Web, Life Beyond Hep C.com.

Cette entrée a été initialement publiée sur Life Beyond Hepatitis C, 23 septembre 2015 . Il est réimprimé avec permission.

https://www.lifebeyondhepatitisc.com/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Jl 2020 - 16:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Infection aiguë par l’hépatite C: est-ce grave ?

Une infection aiguë de l’hépatite C ne conduit pas toujours à une infection chronique de l’hépatite C. Mais comme plus de la moitié des personnes atteintes d’une infection aiguë développent ensuite une infection chronique, l’hépatite C aiguë est grave.

L’hépatite C aiguë peut être traitée, ce qui réduit considérablement le risque d’infection chronique. Cependant, l’hépatite C aiguë ne provoque généralement aucun symptôme, de sorte que le diagnostic et le traitement sont rarement posés.

L’hépatite C aiguë se développe deux semaines à six mois après l’entrée du virus de l’hépatite C dans le sang. Parmi le petit nombre de personnes qui tombent malades pendant l’infection aiguë, les signes et les symptômes comprennent:

jaunissement de la peau (jaunisse)

Urine foncée

Nausées

Douleur dans la partie supérieure droite de l’abdomen

Ces signes et symptômes durent de deux à douze semaines.

Qui est à risque de contracter le virus de l’hépatite C?
La plupart des infections aiguës par l’hépatite C se produisent aujourd’hui chez les personnes qui partagent des aiguilles pour s’injecter des drogues ou qui ont des rapports sexuels non protégés. Les professionnels de la santé qui se piquent avec des aiguilles sont également à risque.

Diagnostiquer vite pour le bon traitement
Si vous pensez avoir été récemment exposé au virus de l’hépatite C, il est important de vous faire tester immédiatement. Des tests sanguins pour détecter les protéines du virus de l’hépatite C, suivis d’un test ultérieur pour détecter les anticorps du virus, permettent généralement de distinguer une infection aiguë d’une infection chronique. Le fait de savoir que vous êtes atteint d’une infection aiguë par le virus de l’hépatite C peut faire la différence dans le choix du traitement.

https://www.pressesante.com/infection-a ... -ce-grave/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Jl 2020 - 16:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Lancement au Maroc de la première étude clinique contre « l’hépatite C »

Le Centre Hospitalier Universitaire Hassan II de Fès lance CADRAGE, la première étude clinique au Maroc visant l’éradication de l’hépatite virale C dans les centres d’hémodialyse

En marge des activités prévues dans le cadre de la Journée Mondiale contre l’hépatite, le 28 juillet prochain, les services d’Hépato-Gastro-Entérologie et de Néphrologie du CHU Hassan II de Fès annonceront, lors d’un webinaire prévu ce mercredi 22 juillet, le lancement de CADRAGE, une étude menée en collaboration avec le laboratoire MSD. Cette étude clinique, une première au Maroc, permettra aux patients d’être traités contre l’infection chronique par le virus de l’hépatite C, tout en prenant en considération leur maladie rénale chronique.

La Journée Mondiale contre l’hépatite, célébrée le 28 juillet de chaque année, est l’occasion d’intensifier les efforts de lutte contre cette maladie et d’encourager l’engagement des individus, des partenaires et du grand public. Cette année, la Journée a pour thème « Pour un avenir sans hépatite », avec pour ambition d’arrêter la transmission de l’hépatite virale, de renforcer la sensibilisation et la prévention, ainsi que de s’assurer que toute personne vivant avec l’hépatite virale ait accès aux services de soins et à des traitements sûrs, abordables et efficaces. Il est à noter que 325 millions de personnes souffrent d’hépatite chronique B et C dans le monde et que plus de 95% des décès sont dus à des infections chroniques par les virus de l’hépatite B et de l’hépatite C. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dans son cadre d’action contre l’hépatite virale pour la période 2016-2021, vise à réduire les nouvelles infections par le virus de l’hépatite de 90% et les décès de 65% entre 2016 et 2030.

Chez les patients présentant une insuffisance rénale chronique, l’infection par le virus de l’hépatite C peut accélérer le déclin de la fonction rénale, altérer la qualité de vie liée à la santé et diminuer les chances de survie. Les options de traitement pour les patients atteints d’une hépatite C et d’une insuffisance rénale chronique avancée (stades 4 et 5) restent sous-optimales et ces patients requièrent une prise en charge spéciale. En ce sens, le CHU de Fès, en collaboration avec MSD, lance l’étude CADRAGE (hépatite C de l’Adulte en Dialyse ou en insuffisance Rénale Avancée traitée par Grazobrevir/Elbasvir), qui sera prise en charge par les services de gastro-entéro-hépatologie et de néphrologie du CHU.

Professeur Tarik Sqalli Houssaini, Vice-Doyen aux affaires pédagogiques de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Fès et Chef du service de Néphrologie du CHU de Fès déclare : « Avec l’étude CADRAGE, l’éradication de l’hépatite virale C dans les centres d’hémodialyse de la région Fès-Meknès est devenue envisageable. Cela aurait un impact direct sur la survie et la qualité de vie des patients traités, mais aussi sur la sécurité de l’ensemble des patients et du personnel des centres d’hémodialyse. Cela créerait aussi un modèle à suivre à l’échelle nationale et bien au-delà ».

Professeure Hakima Abid, hépato-gastro-entérologie au CHU de Fès, explique l’importance du contexte lié à cette étude, « l’hépatite C est un problème de santé publique à travers le monde et on estime à 71 millions le nombre de personnes atteintes jusqu’à 2015. L’impact sanitaire et économique est très important en raison du taux de mortalité élevé associé à ce virus ».

Alain Barry, Directeur Général du laboratoire MSD, déclare : « Nous sommes extrêmement fiers de participer à cette étude. La mission de MSD est de sauver et d’améliorer des vies, et grâce à l’étude CADRAGE, nous avons l’opportunité d’obtenir des taux de survie plus élevés et une meilleure qualité de vie pour les patients atteints d’hépatite C virale au Maroc. Nous nous engageons à soutenir la recherche scientifique au Maroc et nous continuerons à travailler avec nos partenaires dans la mesure du possible pour améliorer les résultats des patients. »
Cette étude clinique concernera 40 patients adultes ayant une insuffisance rénale chronique préterminale ou terminale ou hémodialysés chroniques de la région Fès-Meknès et évaluera leur traitement, en analysant la proportion de patients présentant une réponse virale soutenue 12 semaines après la fin du traitement. Le coût du traitement et des différents bilans nécessaires sera pris en charge par l’étude.

A grande échelle, l’étude clinique CADRAGE permettrait l’éradication de l’hépatite C au niveau des centres d’hémodialyse de la région Fès-Meknès dans un premier temps et pourrait s’étendre aux autres villes du Maroc pour avoir un caractère national dans un deuxième temps.

https://industries.ma/lancement-au-maro ... epatite-c/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Jl 2020 - 08:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Journée mondiale contre l’hépatite le 28 juillet



Le 28 juillet 2020 aura lieu la journée mondiale contre l’hépatite. Cette date est la date de naissance du docteur Baruch Blumberg (lauréat du Prix Nobel de médecine en 1976) qui a découvert le virus de l’hépatite B, et mis au point un test et un vaccin contre ce virus. Initiée par l’OMS, cette journée mondiale est destinée à faire connaître les hépatites au grand public, et à lui apprendre comment s’en prémunir, les reconnaître et les traiter. L’objectif étant d’encourager le dépistage pour enrayer la maladie.

L’hépatite désigne toute inflammation aiguë ou chronique du foie. Cette maladie peut évoluer spontanément vers la guérison ou progresser vers la fibrose (cicatrisation), la cirrhose ou le cancer du foie. Les causes sont virales ou non virales.

Les causes virales
- les hépatites virales alphabétiques : il y a cinq virus principaux de l’hépatite, que l’on appelle A, B, C, D et E et un virus moins connu le G et un virus hypothétique le VHF ;

- les hépatites virales non alphabétiques : il y a trois principaux virus, virus Epstein Barr, Cyto Mégalo Virus et herpès.

Les causes non virales
- l’alcoolisme est la plus importante,

- certains médicaments,

- une maladie auto immune,

- un parasite à certains virus non alphabétiques,

- l’obésité.

https://www.letelegramme.fr/sante/journ ... 586914.php

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Jl 2020 - 08:55
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25910
Localisation: Hyères
Dépistage des hépatites à Saint-Benoit

Les hépatites en dépistage ce jeudi sur la place de la mairie de Saint-Benoit. Toute la semaine, des opérations de sensibilisation se tiennent dans l’île pour faire connaitre ces pathologies qui peuvent parfois dégénérer en cancer du foie.

Eliminer les hépatites à l’horizon 2030, c’est l’objectif de l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette semaine est aussi l’occasion d’en parler avec la journée mondiale contre les hépatites qui aura lieu le 28 juillet prochain.

Sensibilisation, dépistages, informations, dans le Sud et le Nord de l’île, hôpitaux et associations sont mobilisés autour de ces pathologies qui peuvent évoluer de manière très lente et entrainer de graves complications. Concernant l’hépatite C, maladie fréquente, le virus peut détruire progressivement le foie, entre 3 000 et 4 000 infections sont diagnostiquées en France chaque année.

Pour Roland Rodet, praticien hospitalier en maladies infectieuses au CHU Nord : " Il y a une méconnaissance des hépatites alphabétiques, A,B,C,D,et E à la Réunion. La B et la C sont les plus dangereuses car elles peuvent évoluer en cancer du foie ". Et d’ajouter que : " très peu de personnes sont immunisées dans l’île contre l’hépatite B pour laquelle il existe un vaccin ".

Le stand de prévention était tenu par des équipes du CeGIDD Nord-Est, le centre gratuit d’informations, diagnostics et dépistages, et des associations qui proposaient aussi des tests de dépistage du HIV et autres maladies sexuellement transmissibles comme la Syphilis ,le Gonocoque sans oublier les Chlamydiae.

https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/ ... 55896.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 1,0310010910034 seconds.