Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 05 Oct 2021 - 09:47
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28370
Localisation: Hyères
La SFLS et la SPILF proposent un document de questions & réponses sur la vaccination contre la Covid-19 à destination des personnes vivant avec le VIH

http://sfls.aei.fr/ckfinder/userfiles/f ... _30_VF.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 05 Oct 2021 - 09:59
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28370
Localisation: Hyères
A Grenoble, un appel pour voir la fin du sida

A Grenoble, la Société française de lutte contre le sida (SFLS) en congrès appelle à une transformation sociétale pour voir la fin du sida .

A l’occasion du 22e congrès de la SFLS qui s’est tenu du 29 septembre au 1er octobre, «Vers des Alpes sans sida en 2030» et le COREVIH Arc Alpin lance un appel pour demander des «mesures politiques systémiques» pour arriver à la VIH/sida en 2030, objectif de la Stratégie Nationale de Santé Sexuelle.

Avec cet appel, les signataires —17 COREVIHs et 19 associations nationales ou territoriales— veulent «réaffirmer que la fin du sida est un projet de société, qui demande des mesures politiques systémiques» et que «les communes, départements, régions, état français, et union européenne peuvent, chacun de leur niveau, accélérer la réponse contre la pandémie de VIH».

Les associations et institutions de la communauté VIH/sida rappellent également que «dans tous les pays, quel que soit le niveau de revenu national, plus les conditions socio- économiques et environnementales dans lesquelles les personnes vivent sont mauvaises, moins leur santé est bonne».

Pour les signataires, «assurer l’équité entre les personnes, et entre les peuples, est une question de justice sociale et de respect des droits fondamentaux de la personne ; il s’agit par ailleurs de la seule voie pour en finir avec le sida».

Cet appel de Grenoble propose 10 points pour «transformer» la société et la réponse au VIH/sida :

1. Penser et évaluer en termes de santé publique toutes les politiques publiques
2. Travailler avec et pour les populations concernées, y compris les plus pauvres et les plus discriminées
3. Adopter une politique de protection sociale et d’emploi qui profite à tous.tes tout au long de l’existence
4. Assurer un accès universel à la santé et aux soins
5. Défendre les droits de chacun.e et refuser la discrimination et la stigmatisation
6. Accueillir dignement les personnes fuyant les persécutions ou la misère
7. Favoriser l’équité territoriale et un environnement salubre
8. Assurer l’équité et l’éducation dès le départ, y compris dans la santé sexuelle et dans le numérique
9. Développer des programmes de recherche transversaux et avec les populations concernées
10. Promouvoir la santé en tant que bien public et renforcer la lutte contre le VIH au niveau mondial

Le texte devait être présenté en personne à Olivier Véran, mais le ministre des Solidarités et de la santé n’a pas fait le déplacement, mais a adressé un message vidéo aux congressistes.

https://vimeo.com/616920510/18e1a812db

Appel de Grenoble
En finir avec le sida passe par
un changement de société


https://vih.org/wp-content/uploads/2021 ... -final.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 05 Oct 2021 - 15:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28370
Localisation: Hyères
Principaux obstacles scientifiques au développement d'un vaccin contre le VIH : perspectives historiques et orientations futures

Après la découverte du VIH comme agent causal du sida, on s'attendait à ce qu'un vaccin soit rapidement mis au point, mais 30 ans plus tard, force est de reconnaître que nous n'avons toujours pas de vaccin homologué. Les progrès ont été entravés par la grande variabilité génétique du VIH et une compréhension limitée des réponses immunitaires nécessaires pour se protéger contre l'acquisition du VIH. Néanmoins, les connaissances précieuses accumulées dans le cadre de nombreuses études de recherche fondamentale et translationnelle et d'essais de vaccins ont permis de mieux comprendre la biologie structurelle du virus, la conception d'immunogènes et les nouveaux systèmes d'administration du vaccin qui constitueront probablement un vaccin efficace. De plus, les différents acteurs du domaine sont désormais conscients des défis scientifiques considérables que représente la mise au point d'un vaccin efficace contre le VIH, d'où la nécessité d’efforts de collaboration entre les chercheurs universitaires, les gouvernements, l'industrie pharmaceutique, les associations et les autorités de régulation. Dans cette revue, les auteurs ont réalisé un historique des efforts de développement d'un vaccin contre le VIH, avec les différentes études déjà réalisées et celles actuellement en cours (tableau), en soulignant les principaux défis et les orientations futures.



En conclusion, les auteurs font preuve d’un optimisme prudent quant à la réussite d'au moins un des nombreux vaccins candidats, actuellement en phase préclinique ou dans des essais d'efficacité : le succès des candidats vaccins actuels, s'il existe, sera très probablement modeste et nécessitera plusieurs administrations pour obtenir une protection significative. La recherche se dirige vers des approches vaccinales combinées capables d'induire des réponses immunitaires, à la fois innées et adaptatives. Sans oublier une probable retombée du développement des vaccins ARN messager contre le Covid !

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 12 Oct 2021 - 13:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28370
Localisation: Hyères
Les personnes vivant avec le VIH prenant des antirétroviraux plus récents présentent un risque plus élevé de stéatose hépatique

Les personnes vivant avec le VIH étaient plus susceptibles de développer une stéatose hépatique si elles prenaient un traitement antirétroviral contenant un inhibiteur de l'intégrase ou le ténofovir alafénamide (TAF), a découvert un groupe de recherche allemand.

La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) se développe par accumulation de graisse dans le foie. Les personnes atteintes de diabète et/ou de masse corporelle élevée sont plus susceptibles de développer une stéatose hépatique ou une stéatose. On estime qu'une personne sur quatre en Amérique du Nord et en Europe souffre de stéatose hépatique, mais les estimations de la prévalence chez les personnes vivant avec le VIH varient énormément.

Une petite proportion de personnes atteintes de stéatose hépatique développent une stéatohépatite non alcoolique (NASH), un état inflammatoire pouvant entraîner de graves lésions hépatiques (cirrhose). La NASH augmente le risque de développer un cancer du foie (carcinome hépatocellulaire), mais les risques de progression de la stéatose hépatique non alcoolique vers la NASH, vers la cirrhose et le cancer du foie chez les personnes vivant avec le VIH ne sont pas clairs.

Jenny Bischoff et ses collègues de l'hôpital universitaire de Bonn ont mené une étude de cohorte prospective pour étudier la prévalence de la stéatose hépatique et les facteurs de risque de développement de la stéatose hépatique chez les personnes vivant avec le VIH non co-infectées par l'hépatite C. Entre autres facteurs, ils voulaient étudier si la prise de poids associée au traitement antirétroviral augmentait le risque de stéatose hépatique.

L'étude a recruté des personnes vivant avec le VIH avec une consommation d'alcool inférieure à 30 g par jour pour les hommes et 20 g par jour pour les femmes, car une consommation élevée d'alcool est également un facteur de risque de lésions hépatiques. Trois cent dix-neuf personnes ont été recrutées et suivies pendant trois ans et demi en moyenne. Les participants avaient un âge moyen de 45 ans et 77% étaient des hommes. Seize pour cent étaient d'origine africaine et six pour cent d'origine asiatique.

Les participants avaient reçu un diagnostic de VIH en moyenne neuf ans avant leur entrée dans l'étude et suivaient un traitement antirétroviral depuis huit ans en moyenne.

Les chercheurs ont utilisé l' échographie Fibroscan pour évaluer la rigidité du foie et la stéatose chez tous les participants à l'entrée dans l'étude et lors des visites annuelles. Ils ont également calculé les scores de fibrose hépatique en utilisant la rigidité du foie et des mesures de laboratoire et ont calculé les scores FAST en utilisant la rigidité du foie et les niveaux de l'enzyme hépatique AST pour identifier les patients à risque plus élevé de NASH.

Au départ, 19 % des participants prenaient un inhibiteur de l'intégrase, 40 % un inhibiteur de protéase boosté et 40 % un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse dans le cadre de leur traitement antirétroviral. Quatre-vingt-six pour cent avaient une charge virale indétectable à l'entrée dans l'étude.

Six pour cent des participants à l'étude souffraient de diabète de type 2 au départ, 20 % souffraient d'hypertension artérielle et 46 % souffraient déjà d'un certain degré de stéatose, dont 17,5 % qui souffraient d'une stéatose sévère et 13,8 % qui souffraient d'une stéatose avancée.

Au cours de la période de suivi, 20 % des participants ont développé une stéatose ou ont progressé vers un stade plus avancé de stéatose. Parmi ceux suivis pendant cinq ans, seulement 36% sont restés indemnes de stéatose à la fin de la période d'étude, contre 54% à l'entrée dans l'étude. La proportion de stéatose sévère est passée de 17,5% à 50% au cours de la même période. Trente pour cent de tous les participants atteints de stéatose au départ ont connu une aggravation du grade de stéatose au cours de la période de suivi.

Une analyse de régression a montré que le sexe masculin et un indice de masse corporelle supérieur à 23 kg/m 2 étaient significativement associés au développement de la stéatose, de sorte que, alors que 68 % des hommes ayant un IMC supérieur à 23 ont développé une stéatose, seulement 25 % des femmes ayant un IMC supérieur à 23 l'a fait.

Comme presque tous les participants prenaient du TDF, du TAF et/ou un inhibiteur de l'intégrase, les enquêteurs ont effectué une analyse multivariée pour identifier d'autres facteurs de risque – y compris l'exposition au médicament – ​​qui étaient associés au développement de la stéatose.

Le risque de développer une stéatose était plus de sept fois plus élevé chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (hazard ratio 7,6, intervalle de confiance à 95 % 2,31-24,98, p<0,001) que chez les personnes sans. Le risque était également élevé chez les personnes prenant du ténofovir alafénamide (HR 5,07, IC à 95 % 2,36-10,89, p<0,001), un inhibiteur de l'intégrase (HR 2,35, IC à 95 % 1,37-4,04, p=0,002) un nombre de CD4 inférieur à 200 (HR 2,87, IC à 95 % 1,54-5,32, p<0,001).

Une stéatose à indice de masse corporelle plus élevé (HR 2,61, IC à 95 % IC à 95 % 1,38-4,93, p = 0,003) et une plus grande rigidité hépatique (HR 2,41, IC à 95 % 1,10 à 5,74, p = 0,048) ont également augmenté le risque de développer une stéatose.

En plus d'avoir un risque plus élevé de développer une stéatose, les participants prenant du TAF ou un inhibiteur de l'intégrase ont développé une stéatose plus rapidement ou ont connu une progression plus rapide que les personnes prenant d'autres médicaments. Les personnes prenant du TAF ou des inhibiteurs de l'intégrase présentaient également un risque plus élevé de progression vers la NASH, comme en témoignent les modifications du score FAST au cours du suivi. De plus, ils avaient un risque plus élevé de gain de poids d'au moins 5% ou 10% par rapport aux personnes ne prenant pas ces médicaments.

Les participants prenant du fumarate de ténofovir disoproxil (TDF) présentaient un risque significativement plus faible de développer une stéatose ou de subir une progression de la stéatose par rapport aux personnes ne prenant pas le médicament (HR 0,28, IC à 95 % 0,12-0,64) et un risque plus faible de progression vers la NASH. Ils présentaient également un risque de prise de poids inférieur d'au moins 5% ou 10% par rapport aux personnes ne prenant pas de TDF.

Les chercheurs de l'étude concluent que la prise de poids associée au régime antirétroviral et le développement de la stéatose sont liés et que le TDF peut jouer un rôle dans la protection contre la prise de poids et la stéatose.

Ils recommandent que les personnes vivant avec le VIH avec un indice de masse corporelle supérieur à 23, et toute personne prenant du TAF ou un inhibiteur de l'intégrase, devraient subir un dépistage par fibroscannage et d'autres tests pour établir l'étendue des dommages au foie. Ils recommandent également que l' algorithme actuel de l'European AIDS Clinical Society pour la NAFLD soit révisé à la lumière de ces preuves.

Référence :

Bischoff J et al. Stratification du risque de NAFLD chez les patients infectés par le VIH sous traitement antirétroviral combiné (cART) . EClinical Medicine, 40 : 101116, 2021.

DOI : https://doi.org/10.1016/j.eclinm.2021.1101116

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 12 Oct 2021 - 15:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28370
Localisation: Hyères
Webinar Controverse-VIH, mercredi 13 OCTOBRE à 18h : Anti-corps neutralisants en PrEP VIH



https://webinaraei.com/Controverse-VIH_2021.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 15 Oct 2021 - 11:35
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28370
Localisation: Hyères
Les antirétroviraux injectables bientôt disponibles en France

Déjà commercialisés aux États-Unis et au Canada sous le nom de Cabenuva®, le Vocabria® (Cabotégravir) du laboratoire VIIV Healthcare et le Rekambys® (Rilpivirine injectable) du laboratoire Janssen ont reçu l’autorisation de mise sur le marché européen au printemps dernier. Il s’agit du premier traitement ARV sous forme injectable.

On les attendait depuis des années et, enfin, ils arrivent ! Si aucune date n’est encore fixée, l’HAS (la haute autorité de santé) et les laboratoires ont bon espoir que la commercialisation combinée du premier traitement du VIH sous forme injectable (Vocabrias® et Rekambys® ) se fasse en France à la fin de l’année ou au plus tard en début d’année prochaine.

Malgré tout, il reste encore des inconnues, comme le prix du traitement qui est en train d’être négocié par les autorités de santé françaises et les deux laboratoires. « Les négociations s’annoncent âpres vu le prix où il est déjà commercialisé aux États-Unis (43 560 $ la première année sans compter le premier mois de pilules orales) », nous indique Cédric Daniel, chargé de mission communication et plaidoyer à Actions Traitements, avant d’ajouter que « si les laboratoires demandent le même niveau de prix en France, il est fort probable que les autorités le refusent, ce qui rallongerait les négociations et conduirait à ce que les deux injections ne soient prises en charge qu’à 65% par la sécurité sociale. Autant dire qu’alors, très peu de personnes pourraient accéder à ce traitement ».

En attendant cette décision, la procédure de dispensation a déjà été prévue. Elle se fera en trois temps. Le patient commencera par une prise orale de la bithérapie durant un mois, afin de s’assurer de l’absence d’effets secondaires. Si tout se passe bien, le patient passera ensuite à la forme injectable.

Les trois premiers mois, celle-ci lui sera dispensée obligatoirement à l’hôpital, puis le patient aura la possibilité de la faire réaliser en ville par une infirmière, tous les mois ou tous les deux mois. Intramusculaire, cette double injection se fera successivement sur les deux fessiers, ce qui peut donner lieu à des réactions cutanées comme des hématomes et des douleurs qui durent jusqu’à deux ou trois jours. Ces inconvénients, liés au mode d’administration du traitement, ont été jugés acceptables par les participants des différents essais qui ont mené à sa mise sur le marché.



Pour quels publics ?

Cette nouvelle forme galénique représente plusieurs avantages : « Le Cabotégravir étant une nouvelle molécule, elle peut tout d’abord représenter une nouvelle ligne thérapeutique possible pour les personnes qui ont développé des résistances ou dont le traitement s’essouffle », nous indique Cédric Daniel.

Mais cela va surtout apporter une nouvelle solution aux personnes pour qui il est aujourd’hui compliqué de prendre un comprimé tous les jours. « Je pense notamment aux patients pour lesquels l’observance est compliquée », note ainsi Julie Langlois, pharmacien et secrétaire du groupe Médicaments - Pharmaciens de la SFLS (Société française de lutte contre le Sida). C’est par exemple le cas des personnes ayant des troubles neuropsychiques ou psychiatriques.

« Après, il faut que la personne soit sûre de pouvoir respecter les rappels d’injection, rappelle Cédric Daniel. Pour une personne qui habite en pleine campagne, à 50, 60 ou 80 kilomètres du premier hôpital ou du premier cabinet d’infirmière libérale cela risque d’être compliqué. » Pour éviter la rupture de traitement, à plus ou moins une semaine, le pharmacien - étroitement associé à cette procédure, ne serait-ce que parce qu’un des produits doit se conserver au froid - donnera au patient une petite réserve de comprimés.

« Les injections sont également parfaitement indiquées pour les personnes pour lesquels la prise quotidienne de médicaments pose des problèmes de confidentialité. Je pense à des personnes qui vivent dans un foyer ou un environnement dans lequel elles doivent se cacher pour prendre leur traitement », ajoute Agnès Certain, pharmacien et membre de la Commission Médicaments - Pharmaciens de la SFLS.

Autres cas de figure : les personnes, notamment âgées, qui peuvent avoir du mal à avaler un comprimé ou celles qui ont des problèmes gastro-intestinaux. Mais il est clair que beaucoup d’autres PVVIH (personnes vivant avec le VIH) sont d’ores et déjà intéressés, notamment pour pouvoir voyager sans se soucier d’emporter leur traitement.

« Cela va complètement dans le sens de l’allègement thérapeutique et de l’amélioration de la qualité de vie vers laquelle nous allons de manière inéluctable », analyse Agnès Certain. Un allégement que plébiscitent les PVVIH : dans une étude européenne, elles souhaitent à 68 % essayer les ARV injectables. En regard, les médecins interrogés comptent le proposer à environ un quart (26 %) d’entre elles [i].



Et demain ?

Et les avancées ne font que commencer ! Afin d’apporter plus de souplesse et limiter les coûts annexes du parcours santé, les laboratoires étudient déjà la possibilité d’une auto-injection dans la cuisse, comme c’est déjà le cas pour certaines maladies rhumatismales à l’instar de la polyarthrite. Il s’agira néanmoins de reformuler le produit afin d’en réduire le volume.

« Tout cela va évoluer très vite », nous assure Agnès Certain. Les formes injectables pourront aussi concerner la PrEP (Prophylaxie Pré-Exposition). « Des études sont en cours et devraient donner lieu à une commercialisation dans 2 ou 3 ans », estime Cédric Daniel.

Sans compter les autres molécules injectables actuellement à l’étude et dont les premiers résultats sont encourageants comme le Lénacapavir qui devrait pouvoir être administré tous les 6 mois à des patients lourdement prétraités et infectés par des virus multi-résistants. Des implants sous-cutanés sont également en cours de développement. Assurément, l’avenir laisse augurer de grandes améliorations en termes de qualité de vie pour les PVVIH.



[i] HIV Drug Therapy 2020 d’après Akinwunmi B et al. Factors associated with interest in a long-acting HIV regimen: perspectives of people living with HIV and physicians in Western Europe. HIV Glasgow 2020, abstract P014, cité dans la lettre de l’infectiologue et sur Aidsmap.

https://transversalmag.fr/articles-vih- ... -en-France

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,77746415138245 seconds.