Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 02 Avr 2021 - 12:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères
DÉPISTÉE À LA FIN DE SON TRAITEMENT DE SUBSTITUTION…





https://soshepatites.org/depistee-a-la- ... stitution/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Avr 2021 - 10:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères
Sang contaminé : 41 ans après, l'État devra verser 183 000 euros à sa famille à Bain-de-Bretagne
La justice a condamné l’État à verser 183 000 euros à la famille de cet habitant de Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), atteint par le virus de l'hépatite C et aujourd’hui décédé.

C’est le résultat d’une longue bataille. 41 ans après les faits, l’État a été condamné, le jeudi 18 mars 2021, à verser à la famille de cet habitant de Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), la somme de 183 000 euros.

L’homme, aujourd’hui décédé, avait été contaminé par le virus de l’hépatite C lors d’un séjour à l’hôpital de Rennes, en 1979.

Une chute de sept mètres :

Le 12 mars 1979, cet artisan couvreur de profession fait une terrible chute, de sept mètres, alors qu’il travaille sur un chantier. Victime de fractures complexes, l’homme est soigné à plusieurs reprises, entre 1979 et 1981.

Au cours de ces interventions, il reçoit plusieurs transfusions sanguines, notamment à l’hôpital de Rennes. En 1982, il se voit diagnostiquer une hépatite chronique, requalifiée d’hépatite C, maladie infectieuse du foie, en 1990.

885 160 euros demandés :

Le reste de sa vie sera un long combat contre la maladie : l’homme développe une cirrhose, puis bénéficie d’une greffe hépatique en octobre 1996. Un an plus tard, il rechute. Il décèdera en 2008, d’insuffisance hépatique, selon le tribunal administratif de Rennes.

Pour les préjudices moraux et financiers causés par cette contamination, le couvreur, puis sa famille après son décès, demandaient au tribunal administratif de Rennes de condamner l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) à leur verser la somme de 885 160,86 euros.

Prouver la contamination :

À partir de plusieurs pièces médicales, la procédure a démontré « la matérialité d’une transfusion sanguine dès 1979 ». Le rapport d’expertise médicale, ordonné par le juge des référés du tribunal, en 2008, a par ailleurs indiqué :

L’expert a considéré, compte tenu des antécédents du patient, qui n’avait pas été exposé à d’autres sources de risque, (...) que la responsabilité des produits sanguins transfusés dans la transmission de l’hépatite C devait être regardée comme hautement probable.

https://actu.fr/bretagne/bain-de-bretag ... 73567.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Avr 2021 - 10:19
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères
Hépatites B et C : données épidémiologiques
Quels sont les chiffres concernant l’hépatite B et l’hépatite C en France ? On en a une idée plus précise avec la publication (22 mars) des données épidémiologiques 2019 de Santé publique France qui « montrent une stabilisation du nombre de personnes en affection longue durée pour une hépatite C en 2019 » et « une augmentation constante concernant l’hépatite B ».





2030 ! Cette année-là, devrait signer l’élimination des hépatites virales B et C dans le monde. C’est du moins l’objectif que s’est fixée l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La France s’est, elle, engagée à atteindre l’élimination de l’hépatite C d’ici 2025. Comment ? En intensifiant les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés au risque d’infection par le VHC et en renforçant l’accès aux soins et au traitement de cette hépatite. Pour savoir où en est la France vis-à-vis de cet objectif, Santé publique France publie, comme chaque année, une actualisation des « indicateurs épidémiologiques pour les hépatites B et C ». Ce sont : l’activité de dépistage concernant ces deux hépatites dans les laboratoires du secteur privé ; le nombre de personnes en affection de longue durée (ALD) pour une hépatite chronique C ou pour une hépatite chronique B, les chiffres des nouveaux diagnostics d’hépatite B aiguë ayant fait l’objet d’une déclaration obligatoire.

Les points clés 2019 :

L’augmentation de l’activité de dépistage des anticorps (Ac) anti-VHC pour le virus de l’hépatite C et de l’antigène (Ag) HBs, pour celui de l’hépatite B, observée depuis 2010 dans le secteur privé, se poursuit et s’intensifie légèrement. Elle est de « +9 % de personnes dépistées pour les Ac anti-VHC entre 2018 et 2019, soit 3,7 millions de personnes ayant réalisé 4,3 millions de tests en 2019 ». Elle est de « +12 % de personnes dépistées pour l’Ag HBs entre 2018 et 2019, soit 3,8 millions de personnes ayant réalisé 4,5 millions de tests en 2019 », indique Santé publique France.

Concernant la prise en charge médicale, après avoir diminué entre 2012 et 2016, le nombre de personnes en ALD pour une hépatite chronique C est relativement stable depuis 2016. Cela concerne 79 644 personnes au 31/12/2019 (données tous régimes). Le nombre de nouvelles personnes bénéficiaires de cette ALD (après une augmentation depuis 2014 ; augmentation particulièrement marquée en 2016 et 2017), est en diminution en 2018 et 2019 : 7 207 nouvelles personnes bénéficiaires en 2019. Le nombre de bénéficiaires de l’ALD pour une hépatite chronique B est en constante augmentation depuis 2010. Il atteint 36 180 au 31/12/2019 (données tous régimes). Le nombre de nouvelles personnes bénéficiaires est en augmentation depuis 2010. Il est de 5 482 en 2019. Dans son communiqué, l’agence sanitaire explique que « cette mise à jour des données complète les informations publiées dans le BEH thématique dédié aux hépatites B et C publié le 24 novembre 2020.

Ce qu’il faut retenir :

Pour tendre vers l’objectif d’élimination des hépatites B et C fixé par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2030, le diagnostic des personnes vivant avec ces virus est essentiel. Il permet la prise en charge des personnes concernées et leur accès aux traitements. Pour Santé publique France, l’augmentation de l’activité de dépistage est « une évolution favorable ». Concernant le VHC, les antiviraux à action directe (AAD), disponibles depuis 2014, permettent de guérir la quasi-totalité des personnes ayant une hépatite chronique C et de limiter leur risque de complications et de décès, note l’agence sanitaire. La forte augmentation du nombre de nouveaux bénéficiaires de l’ALD pour hépatite chronique C en 2016-2017 reflète celle du nombre de patients-es traités-es par AAD durant cette période, grâce à l’ouverture de l’accès à ces nouveaux traitements pour l’ensemble des personnes. En revanche, le fait que le nombre de nouvelles personnes bénéficiaires de l’ALD a diminué en 2018 et 2019 suggère que le nombre de personnes diagnostiquées à traiter diminue. « Cela doit inciter à mieux cibler le dépistage de l’hépatite C vers les publics les plus exposés afin de diagnostiquer et traiter les personnes ayant une hépatite C chronique non diagnostiquée », indique Santé publique France.

Concernant l’hépatite B, l’augmentation du nombre de nouvelles personnes bénéficiaires de l’ALD suggère là aussi un plus grand nombre de personnes traitées chaque année, qui pourrait être en lien avec l’augmentation de l’activité de dépistage.

https://seronet.info/article/hepatites- ... ques-90185

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Avr 2021 - 15:47
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères
Cameroun: Hépatite : un taux de prévalence trois fois supérieur au VIH/Sida (Actu Cameroun 5/4/21)
Le Cameroun est le deuxième pays après l’Égypte en Afrique qui paie le plus lourd tribut des Hépatites virales.

Alors que le gouvernement rappelle à chaque commémoration, le 28 juillet que « la victoire dans la lutte contre les hépatites virales ne peut s’obtenir que par une mise d’accent sur la décentralisation du diagnostic et de la prise en charge globale clinique et psychosociale des patients souffrant d’hépatite virale », on se rend compte que ce ne sont que de simples slogans. Le covid-19 cristallise j toutes les attentions, à tel point qu’on ne peut avoir des données chiffrées sur l’évolution de la maladie au Cameroun. Jamais des chiffres sur les autres cas de maladies n’ont été communiqués quotidiennement comme c’est le cas avec le coronavirus.

En ce qui concerne les Hépatites, on se contente de dire que le taux de prévalence est trois fois supérieur à celui du VIH/Sida, qui est de 3,4%. Or, l’hépatite virale B à elle seule par exemple, présente un taux de prévalence de 8,3% pour la tranche d’âge 15-59 ans. C’est d’ailleurs le plus fort taux, de toutes les catégories de cette maladie, d’après ces chiffres contenus dans l’enquête Camphia 2017 (Cameroon Population-based HIV Impact Assessment).

9 nouveau-nés sur 10 infectés par le virus de l’hépatite virale B vont développer dés formes chroniques à l’âge adulte. Elle est la plus redoutable car « peut passer inaperçue pendant des années et avoir des conséquences dévastatrices », prévient le Dr Matshidiso Moeti, directrice Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Chez les 15 à 59 ans. Celle D a un taux de 6,5% tandis que celle C en a 1,03%.

Selon l’Enquête démographique et de santé (Eds 2011), avec un taux de prévalence de 17,7%, l’Extrême-Nord occupe le peloton de tête. Dans cette région, la tranche d’âge la plus affectée est celle de 25-29 ans (14%). Elle est suivie de la région du Nord-Ouest, avec 7% de taux dé prévalence. Des chiffres qui font de ces inflammations du foie provoquées par l’un des cinq types de virus A, B, C, D, et E un problème de santé publique.

La Confédération africaine de handball menace de retirer l’organisation de la Can 2020 au CamerounDe nombreuses initiatives ont vu le jour depuis quelques années. Mais la moisson reste maigre. Un Plan Stratégique National (PSN) de lutte contre les hépatites virales 2020-2024 a d’ailleurs été lancé le 28 août 2020 à Yaoundé. Ceci, pour accroître de façon considérable la réponse aux hépatites virales et conduire à l’obtention de meilleurs résultats de la prise en charge sur la base d’une continuité de soins.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Avr 2021 - 16:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères
FOIE ET CHOCOLAT, IL FAUT VOIR…



Le lendemain de Pâques, c’est bien sûr le sujet à traiter.

Foie et chocolat, faut-il en avoir peur ? On se souvient toutes et tous des réprimandes de nos grand-mères : « arrête de manger du chocolat tu vas faire une crise de foie ! » A l’heure de la NASH, les excès des fêtes pascales et de chocolat sont montrées du doigt. Mais les crises de foie n’existent pas et le chocolat ne serait peut-être pas si mauvais.

Il faut se référer à une étude de l’INSERM coordonnée par le Pr Sogni de l’hôpital Cochin de Paris et Patrizia Carierri épidémiologiste à Marseille. Pour cela, ils ont repris les données de la cohorte Hepavih de l’ANRS qui compte 990 patients (tous infectés par le VIH ou l’hépatite C). Tous les malades avaient donc un vieillissement accéléré du foie mais on constate que chez ceux consommant de façon journalière du cacao, il y avait 40 % de moins de perturbation des enzymes hépatiques (reflet de la souffrance du foie).

Mais attention ces résultats sont obtenus en mangeant du chocolat noir, contenant au moins 70% de cacao. Cela n’est bien sûr pas vrai pour le chocolat au lait, le beurre de cacao ou le chocolat blanc.

N’en déplaisent aux gourmands 3 à 4 carrés journaliers suffisent, car le cacao comme le thé vert ou le thé noir peut contenir jusqu’à 8% d’antioxydants. Et les antioxydants, ce sont eux qui, dans notre corps, luttent contre les radicaux libres et donc l’inflammation ou le vieillissement précoce. CQFD donc, le chocolat noir fait du bien au foie.

Donc depuis Pâques, nous cherchons un chocolatier qui ferait des petits foies en chocolat plutôt que des œufs ou des lapins… En chocolat noir bien sûr !

Pascal Mélin

https://soshepatites.org/foie-et-chocolat-il-faut-voir/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Avr 2021 - 12:53
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères


https://docs.google.com/forms/d/1967kLR ... ested=true

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 11 Avr 2021 - 14:17
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 27258
Localisation: Hyères
Webconférence AFEF 2021 - Quoi de neuf en Hépatologie ?





https://www.youtube.com/watch?v=-poaDd6F5GM

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 478#400478

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,50253796577454 seconds.