Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 12 Oct 2020 - 10:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
ARV : des prescriptions pour trois mois ?



Une dispensation trimestrielle du traitement anti-VIH. L’idée fait son chemin. Elle fait même l’objet d’une enquête, lancée par la Société française de lutte contre le sida (SFLS). La dispensation trimestrielle des antirétroviraux permettrait aux personnes vivant avec le VIH comme aux personnes utilisatrices de la Prep de récupérer trois mois de traitement en une seule fois lors de leur passage en pharmacie, plutôt qu'un seul mois comme la réglementation l'autorise aujourd'hui.

Parce qu'elle serait un facteur d'amélioration de la qualité de vie et de simplification de la vie quotidienne, la dispensation trimestrielle des antirétroviraux est une revendication portée de longue date par des associations de lutte contre le sida. Grâce au groupe inter-associatif TRT-5 CHV, le questionnaire de l’enquête est accessible en ligne et dans les associations membres du collectif. Il s’adresse aux personnes qui prennent des traitements ARV pour se soigner ou en prévention. Il sera disponible du 12 au 19 octobre. Répondre en ligne ou télécharger le questionnaire version papier.

https://seronet.info/breve/arv-des-pres ... mois-88706

Le questionnaire de l’enquête est accessible en ligne :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIp ... Q/viewform

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 16 Oct 2020 - 17:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
La France, deuxième pays dans le financement de la recherche visant la rémission et la guérison du VIH

En 2019, 328,2 millions de dollars (281 millions d’euros) ont été investis dans la recherche de traitements permettant la rémission ou la guérison de l’infection par le VIH, selon le rapport Global Investment in HIV Cure Research and Development in 2019 paru en septembre 2020.

Les États-Unis sont largement en tête, avec une contribution de 312,8 millions de dollars (267,3 millions d’euros), soit plus de 95 % du montant total. La France, ayant investi 7,5 millions de dollars (6,4 millions d’euros), arrive en seconde position pour la troisième année consécutive. L’ANRS contribue à plus de 89 % du financement français sur cette priorité avec 6,7 millions de dollars (5,7 millions d’euros), ce qui représente 16,8 % de son budget annuel.

https://www.avac.org/resource/global-in ... pment-2019

Dans le rapport Global Investment in HIV Cure Research and Development in 2019, l’initiative Towards an HIV Cure* de l’IAS (International AIDS Society), AVAC (AIDS Vaccine Advocacy Coalition) et Resource Tracking for HIV Prevention R&D ont collecté pour la 7e année consécutive les données fournies par les financeurs des secteurs public, industriel et philanthropique sur les investissements réalisés dans la recherche visant à obtenir un traitement curatif durable contre l’infection par le VIH.
Avec les réponses obtenues, le groupe de travail a établi que l’investissement mondial s’établissait à 328,2 millions de dollars (près de 281 millions d’euros) en 2019. C’est 1 % de plus que l’année précédente, une augmentation « modeste » selon les auteurs du rapport, mais un bond immense de 272 % par rapport aux sommes investies en 2012 (88,1 millions de dollars soit 75,2 millions d’euros).

Parmi les pays déployant le plus de moyens financiers, les États-Unis occupent cette année encore la première place, avec un financement s’élevant à 312,8 millions de dollars (267,3 millions d’euros), représentant 95 % du financement total de la recherche dans ce domaine. Loin derrière, mais tout de même en seconde place pour la troisième année consécutive, se trouve la France et son investissement de 7,5 millions de dollars (6,4 millions d’euros). Elle est suivie par le Canada (4 millions de dollars – 3,4 millions d’euros) puis par l’Allemagne et l’Australie (1,1 million de dollars chacun – 940 000 euros).

Tous pays confondus, la source majeure de financement reste le secteur public (94,3 %), avec les National Institutes of Health américains qui ont apporté à eux seuls 286 millions de dollars (244 millions d’euros). L’ANRS a investi 6,7 millions de dollars (5,7 millions d’euros), soit plus de 89 % du financement français. L’Institut Pasteur a, de son côté, contribué à hauteur de 800 000 dollars (683 000 euros).

Les organisations philanthropiques ne sont pas en reste : la fondation Bill & Melinda Gates a presque triplé en un an le montant consacré à la recherche de traitements curatifs du VIH avec un apport de 18,4 millions de dollars (15,7 millions d’euros) en 2019.

Les auteurs de ce rapport rappellent la nécessité de continuer d’investir dans la recherche visant cet objectif : si, aujourd’hui, les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) voient leur infection contrôlée grâce au traitement antirétroviral, plus d’un tiers d’entre elles n’ont pas accès à ces médicaments, car ils sont coûteux et peuvent avoir un impact important sur leur qualité de vie. De plus, les récents progrès, notamment sur la connaissance des réservoirs viraux, laissent penser qu’un traitement curatif pourrait être à la portée des chercheurs. Ils précisent également que ces investissements ne doivent pas impacter le financement d’autres pans de la recherche, tels que la prévention, le développement de nouveaux traitements ou d’un vaccin préventif. Enfin, le groupe de travail met en avant que les travaux de recherche financés pour la guérison ou la rémission du VIH peuvent profiter à d’autres domaines de santé, comme les traitements contre le cancer, la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies immunologiques ou infectieuses (Covid-19…).

« L’ANRS est fortement engagée dans la recherche sur la rémission et la guérison du VIH et nous entendons poursuivre cet effort car les équipes françaises et leurs partenaires sont dans l’excellence dans ce domaine prioritaire », se félicite François Dabis, son directeur. L’ANRS participe depuis sa création à l’initiative internationale Towards an HIV Cure de l’IAS et fait partie des membres fondateurs du consortium récemment créé HIV Cure Africa Acceleration Partnership (HCAAP).

* L’ANRS est l’une des parties prenantes de l’initiative Towards an HIV Cure de l’IAS, créé en 2012 par Françoise Barré-Sinoussi.



https://www.anrs.fr/fr/actualites/731/l ... mission-et

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 23 Oct 2020 - 03:16
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
SFLS 2020 - Confinement : peu d’impact sur le traitement par antirétroviraux, fort impact sur la prévention et le diagnostic

Les initiations de prophylaxie pré-exposition (PrEP) et les tests diagnostiques VIH ont particulièrement diminué pendant le confinement, sans retour aux taux attendus, selon une analyse menée sur les remboursements nationaux sur les huit premiers mois de l'année 2020.
L’épidémie a fortement impacté la consommation de médicaments et de soins en France. Au début du confinement, on a vu un phénomène massif de stockage des médicaments, puis une diminution drastique du recours aux actes diagnostiques et aux médicaments dont l’administration nécessite l’intervention d’un professionnel de santé (type vaccin). Qu’en est-il concernant le recours aux antirétroviraux et le dépistage du VIH?

Pour le savoir, des chercheurs du groupement d’intérêt scientifique EPI-PHARE (ANSM-Cnam) ont conduit une analyse par quinzaine à partir des données nationales de remboursement (SNDS), sur les semaines 2-3 aux semaines 36-37 de l’année 2020, avec comparaison des périodes avant, pendant (S12-13 à S18-19) et après confinement, ainsi qu’une comparaison des chiffres de 2020 par rapport aux valeurs attendues (évaluées par rapport à 2018 et 2019).

Antirétroviraux, PrEP et test diagnostiques

Ainsi, la délivrance des antirétroviraux (hors médicament de PrEP), qui était en moyenne de 35.000 délivrances par quinzaine, a connu un pic à 45.000 lors de la première quinzaine de confinement, puis s’est stabilisée au-delà. La variation du nombre de délivrances par rapport au taux attendu était d’environ 5% de plus sur cette période. L’utilisation des ordonnances périmées a certainement permis de contourner le problème d’accès aux soins et d’éviter les ruptures de traitement.

En revanche, la délivrance de la PrEP a largement diminué durant le confinement, avec -36% par rapport aux taux attendus, sans retour au niveau attendu (-19%) en post-confinement, soit 27.435 délivrances en moins qu’attendu en 2020. Ceci s’explique sans doute par la moindre accessibilité des CeGIDD (centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic) et services hospitaliers et, potentiellement, par la baisse du niveau d’exposition au risque d’infection. Les résultats d’études sur les comportements à risque durant le confinement pourront éclairer ces résultats. En revanche, les initiations de PrEP, qui était en augmentation (+32%) début de 2020, ont connu une diminution de 47% durant le confinement. Et si depuis leur nombre a progressé de 14% par rapport à la même période en 2019, elle ne retrouve pas les taux observés du début d’année.

Enfin, si 150.000 tests étaient réalisés par quinzaine en début d’année, ce chiffre a diminué de près de moitié, avec un retour en dessous de la normale (-15% versus attendu) au cours de la période post-confinement.

Références :

Dray-Spira R, Utilisation des ARV et de la PrEP et recours aux tests VIH en laboratoire en France durant l'épidémie de Covid-19. Congrès SFLS - jeudi 8 octobre 2020.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 28 Oct 2020 - 09:11
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
VIH : un cachet par semaine ?

Lors du congrès international HIV Glasgow 2020 (en virtuel), le laboratoire Merck (MSD) a présenté les résultats de son essai de phase 2B évaluant l'efficacité de l'islatravir (MK-8591). L’islatravir est le premier inhibiteur nucléosidique de la translocation (INTTI) à être développé pour le traitement de l'infection par le VIH-1. En prise quotidienne associée avec la doravirine (Pifeltro), un non-nucléoside (INNTI), cette bithérapie maintient la suppression virologique chez l’adulte, indique Merck, dans un communiqué. Il était question de tester cette bithérapie en traitement injectable à libération prolongée, mais ce projet a été annulé après qu’une étude a montré que la version injectable de la doravirine ne restait pas assez longtemps dans l’organisme nous apprend le site d’infos aidsmap.

L’islatravir a la capacité de persister longtemps dans l’organisme, c’est pourquoi il est actuellement développé pour des prises espacées, tant comme traitement préventif (Prep, TPE) que comme thérapie pour les personnes vivant avec le VIH. La molécule est actuellement testée en traitement post exposition (TPE) sous la forme d’une ou deux prises de comprimés seulement. En Prep, la molécule est étudiée en prise orale mensuelle et sous forme d’implant annuel sous-cutané. Le laboratoire a également présenté les résultats des études de phase 1/1b pour une nouvelle molécule, MK-8507 qui serait efficace en prise hebdomadaire. La forme injectable de la molécule MK-8507 n’a pas encore été étudiée mais les premières données présentées à Glasgow montrent qu’après une prise orale, la durée de vie de molécule dans l’organisme est trois fois plus longue que la doravirine. Cela a donné le feu vert au laboratoire Merck pour lancer des études chez les personnes vivant avec le VIH sur un traitement hebdomadaire par voie orale du MK-8507 en association avec l’islatravir.

Références : Ankrom W, Schaeffer A et al. Safety, tolerability and pharmacokinetics following single- and multiple-dose administration of the novel NNRTI MK-8507 with a midazolam interaction arm. HIV Glasgow 2020 virtual conference, poster presentation P099. Ankrom W, Schürmann D et al. Single doses of MK-8507, a novel HIV-1 NNRTI, reduced HIV viral load for at least a week. HIV Glasgow 2020 virtual conference, oral presentation O416.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 31 Oct 2020 - 06:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
VIH : ARV injectables

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a donné, le 16 octobre dernier, son feu vert à une thérapie anti-VIH par injection. L’association de deux antirétroviraux (rilpivirine et cabotégravir) peut être injectée mensuellement ou tous les deux mois, remplaçant une prise quotidienne de comprimés, a indiqué l'Agence dans un communiqué. La recommandation d'autorisation de commercialisation de cette thérapie doit maintenant être approuvée par la Commission européenne avant sa mise sur le marché dans les 27 États membres de l'Union : chaque État décide pour lui-même des conditions d’accès, du prix et du niveau de remboursement.

Cette association comprend la rilpivirine (Rekambys, laboratoire Janssen) et le cabotégravir (Vocabria, laboratoire ViiV Healthcare). Ce traitement serait recommandé comme traitement de maintenance pour les personnes adultes infectées par le VIH-1 ayant une charge virale indétectable (moins de 50 copies/ml) et dont le virus n’est pas résistant à la classe des inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse ou aux anti-intégrases.

https://www.ema.europa.eu/en/news/first ... d-approval

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 31 Oct 2020 - 06:11
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères


http://www.webconfaei.com/vih-covid.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 05 Nov 2020 - 09:41
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères



http://www.webconfaei.com/analyse-biblio-infectio.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 09 Nov 2020 - 14:01
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
Actualités sur la prise en charge des patients COVID
Mercredi 28 octobre 2020 - Replay disponible



http://webconfaei.com/COVID_oct2020/part1.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 09 Nov 2020 - 17:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
AFRAVIH 2020



https://livebyglevents.key4register.com ... C3%A9s.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 10 Nov 2020 - 10:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
GSK : Des avancées sur la prévention du VIH chez les femmes (Cercle Finance 9/11/20)

ViiV Healthcare, la société mondiale spécialisée dans le VIH, détenue majoritairement par GlaxoSmithKline (GSK), avec Pfizer et Shionogi Limited comme actionnaires, a présenté les résultats intermédiaires d'une étude portant un traitement préventif au VIH chez les femmes.

Les résultats montrent que le cabotégravir injectable à action prolongée administré tous les deux mois est 89% plus efficace que les pilules quotidiennes pour prévenir l'acquisition du VIH chez les femmes.

Cette étude, à laquelle ont participé 3223 femmes de sept pays d'Afrique subsaharienne (Botswana, Kenya, Malawi, Afrique du Sud, Eswatini, Ouganda et Zimbabwe), est la première étude de thérapie injectable à action prolongée pour la prévention du VIH parmi les femmes.

L'essai a été stoppé avant l'heure parce que les données montraient clairement la supériorité des injections par rapport à l'ingestion quotidienne d'une pilule.

Quatre infections au VIH se sont produites chez les femmes qui recevaient les injections contre 34 parmi celles qui prenaient la pilule.

«Le risque d'infection par le VIH était neuf fois inférieur avec cabotegravir qu'avec la pilule quotidienne», souligne le communiqué.

ONUSIDA voit dans ces injections une alternative à la prise quotidienne d'un comprimé, au port d'un préservatif ou à l'abstinence.

«Le développement de méthodes alternatives pour prévenir l'infection par le V.I.H., et des méthodes moins contraignantes que ce qui est actuellement disponible, va accroître le choix en matière de prévention contre le sida, et l'adoption par les femmes et réduire le nombre d'infections», insiste le communiqué.

«Comme avec le vaccin contre la COVID-19, il nous faut maintenant nous assurer que ces injections qui peuvent sauver la vie soient disponibles, financièrement accessibles et équitablement distribuées aux gens qui vont les utiliser», a souligné Mme Byanyima.

https://www.journaldemontreal.com/2020/ ... s-du-vih-1

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 12 Nov 2020 - 10:41
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
Coup de projecteur sur les travaux soutenus par l’ANRS présentés à l’AFRAVIH 2020 connecté-e-s

La 10e conférence internationale francophone AFRAVIH « VIH, Hépatites, Santé sexuelle, COVID-19 » a lieu du 8 au 11 novembre. L’ANRS est partenaire de cet événement.

Près de 40 travaux soutenus par l’ANRS ont été retenus pour être présentés lors de la conférence, sous la forme de communications orales, de posters discutés ou de posters. C’est l’occasion de valoriser certains de ces projets.

https://www.anrs.fr/fr/presse/communiqu ... -presentes

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 12 Nov 2020 - 15:57
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
Actualité bibliographique en Infectiologie - Replay disponible




http://www.webconfaei.com/analyse-biblio-infectio.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 15 Nov 2020 - 10:39
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
VIH et SARS-CoV-2, la mauvaise connexion

Le grand âge et les comorbidités cardiovasculaires pèsent lourd dans le pronostic de la Covid-19. Les états d’immunosuppression augmentent également la sévérité de l’infection virale. L’infection par le VIH est un modèle du genre car elle s’accompagne d’un déficit immunitaire lié à la maladie au travers de la destruction des lymphocytes T4 par le virus. C’est à ce mécanisme pathogénique que répondent les antirétroviraux qui vont améliorer les fonctions immunitaires sans nécessairement les restaurer intégralement au prix d’effets indésirables qui augmentent le risque cardiovasculaire. Le diabète et les dyslipidémies, mais aussi l’insuffisance rénale chronique et les maladies respiratoires viennent assombrir le pronostic qui dépend également de conditions socio-économiques souvent défavorables. Pour toutes ces raisons, les interactions entre l’infection par le VIH et la Covid-19 sont plus que probables, mais les quelques études publiées sur ce sujet n’ont pas permis de conclure formellement, les effectifs étant insuffisants ou l’approche transversale manquant de rigueur. Les résultats se sont avérés d’ailleurs contradictoires.

Les patients VIH+ sont plus jeunes et ont moins de comorbidités :

D’où l’intérêt de l’étude d’observation internationale de grande envergure diligentée par ISARIC (International Severe Acute Respiratory and emerging Infections Consortium) visant à préciser les caractéristiques cliniques des patients hospitalisés pour Covid-19. Les données ont été recueillies au Royaume-Uni auprès de 207 établissements hospitaliers et l’analyse a porté sur 47 952 patients hospitalisés pour une Covid-19 sévère, dont 122 (0,6 %) étaient atteints d’une infection par le VIH prouvée, la plupart bénéficiant d’un traitement antirétroviral (112/122 ; 91,8 %).

L’objectif était d’évaluer la mortalité au 28e jour de l’hospitalisation dans le groupe des cas (Infectés par le VIH) et des témoins en s’aidant de l’analyse des courbes de survie de Kaplan-Meier et de la méthode des risques proportionnels de Cox et en procédant à des ajustements statistiques selon diverses variables : sexe, ethnie, âge, date de l’hospitalisation, comorbidités individuelles et sévérité de la Covid-19 (hypoxémie ou oxygénothérapie).

Les deux groupes différaient quelque peu à l’état basal, les patients VIH+ étant plus jeunes (âge médian 56 versus 75 ans ; p<0,001), moins symptomatiques et atteints de moins de comorbidités. Sur le plan biologique, chez ces derniers, les concentrations plasmatiques de lymphocytes étaient en outre plus élevées, tout comme ceux de la CRP. La mortalité cumulée au 28e jour a été globalement similaire dans les deux groupes, soit 26,7 % (VIH+) versus 32,1 % (VIH-) (p = 0,16).

Surmortalité à J28 pour les moins de 60 ans :

Cependant, chez les moins de 60 ans, la séropositivité a été associée à une surmortalité, soit 21,3 % versus 9,6 % dans le groupe des témoins (p<0,001 [log-rank test]). Après ajustement selon l’âge, le risque de décès est resté plus élevé, le hazard ratio ajusté (HRa) correspondant étant estimé à 1,47 (intervalle de confiance [IC] 1,01-2,14 ; p = 0,05). Cette surmortalité est restée significative, même après ajustement selon les autres variables, le HRa restant globalement à un niveau voisin, soit 1,69 (IC95 % 1,15-2,48 ; p = 0,008). Une analyse restreinte aux VIH+ de moins de 60 ans a conduit à un HRa de 2,87 (IC 95 % 1,70-4,84 ; p < 0,001).

Cette étude transversale ne prétend pas faire toute la lumière sur les connexions entre Covid-19 et infection par le VIH. Il semble néanmoins qu’au prix d’ajustements multiples et serrés, la séropositivité soit associée à une surmortalité significative, tout au moins chez les patients hospitalisés en raison d’une infection sévère par le SARS-CoV-2. Le risque vital serait nettement plus élevé chez les moins de 60 ans. Des résultats qu’il conviendrait de confirmer par des études longitudinales difficiles à mener dans le contexte de l’infection à VIH. En attendant, ces notions méritent d’être prises en compte dans la prise en charge de la Covid-19.

Dr Philippe Tellier

RÉFÉRENCE :

Geretti AM et coll. : Outcomes of COVID-19 related hospitalization among people with HIV in the ISARIC WHO Clinical Characterization Protocol (UK): a prospective observational study. Clinical Infectious Diseases 2020 ; publication avancée en ligne 23 octobre. doi.org/10.1093/cid/ciaa1605.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 18 Nov 2020 - 08:37
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères


http://webconfaei.com/analyse-biblio/part2.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 23 Nov 2020 - 06:43
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
Actualité bibliographique en Infectiologie
Infections à Cocci Gram positif, infections fongiques et nouveaux antibiotiques : essais cliniques
Pr François Raffi - CHU Nantes




http://webconfaei.com/analyse-biblio/part3.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 23 Nov 2020 - 08:25
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
Vaccin contre le VIH: la piste d'anticorps génétiquement modifiés

Le système CRISPR-CaS9 dit "ciseaux génétiques" permet de modifier les lymphocytes B pour les rendre capables de se battre contre plusieurs souches du VIH en même temps. Si le procédé fonctionne sur l’être humain, il sera alors possible de développer un vaccin contre le Sida.

Si la lutte contre la Covid-19 avance vite, celle contre le VIH n’évolue que très peu. Pourtant le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est toujours mortel, existe depuis longtemps et ne possède toujours pas de vaccin. Pour ce dernier point, cela pourrait peut-être changer. Les scientifiques du Scripps Research (Etats-Unis) ont fait un grand pas en avant dans la recherche sur ce sujet grâce à des cellules immunitaires génétiquement modifiées qui pourraient prévenir toute infection par le VIH. Les résultats de l’étude ont été publiés le 17 novembre 2020 dans la revue Nature communications.

Des anticorps capables d’affronter plusieurs mutations du VIH en même temps :

Jusqu’à présent, la difficulté rencontrée avec le VIH résidait dans la prévention face l’infection. A cause de son évolution rapide dans l’organisme, il est quasiment impossible que des anticorps classiques puissent stopper la propagation du virus. Pour ce faire, il faudrait que l’organisme arrive à produire des anticorps capables de vaincre plusieurs souches du virus à la fois.

C’est justement sur cette approche que se sont basés les scientifiques du Scripps Research. En tentant leur expérience sur des souris, ils ont réussi à produire des anticorps largement neutralisants aussi appelés bNAbs (pour broadly neutralizing HIV-1 antibodies). Les anticorps bNAbs ont la particularité de pouvoir s’attaquer à plusieurs souches du VIH en même temps. Le problème, c’est que de tels anticorps restent durs à produire, seuls quelques rares patients atteints par le VIH en ont.

Modifier les lymphocytes pour les rendre plus fort :

Pour réussir à en développer à grande échelle, les équipes du Scripps Research ont compris qu’il était possible d’utiliser les ciseaux génétiques CRISPR-Cas9 afin de reprogrammer les gènes des lymphocytes B pour qu’ils produisent à leur tour naturellement des anticorps bNAbs. Une fois la modification faite, les lymphocytes B réinjectés chez les souris ont pu se multiplier, mûrir et devenir des lymphocytes B mémoire et des plasmocytes, capables de protéger l’organisme pendant longtemps. Ainsi, ces gènes modifiés peuvent produire des anticorps plus efficaces contre le VIH.

“C'est la première fois qu'il a été démontré que des lymphocytes B modifiées peuvent créer une réponse anticorps durable dans un modèle animal pertinent, explique James Voss, chercheur au département d’immunologie et de microbiologie au Scripps Research. Chez l’être humain, les cellules de départ pour créer le vaccin pourraient être obtenues facilement à partir d'une simple prise de sang, puis mises au point en laboratoire avant d'être réintroduites chez le patient.”

James Voss et son équipe essayent maintenant d’améliorer la technologie afin qu’elle devienne accessible au plus grand nombre. Selon les estimations du programme des Nations Unies sur le VIH/Sida (ONUSIDA), 38 millions de personnes seraient atteintes par le VIH dans le monde en 2019 et plus de 12 millions d’entre eux n’ont pas accès à un traitement.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... t-modifies

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 24 Nov 2020 - 16:00
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères

Analyse bibliographique en infectiologie

Infections bactériennes, infections à Cocci Gram positif, bacilles Gram négatif et BGN résistants, infections associées aux soins (autres aspects) et nouveaux antibiotiques : activités in vitro

http://webconfaei.com/analyse-biblio/part4.asp



http://www.webconfaei.com/analyse-biblio-infectio.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 25 Nov 2020 - 14:48
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26587
Localisation: Hyères
VIH, COVID-19 et atteintes dermatologiques - En direct, jeudi 26 novembre à 18h



http://www.webconfaei.com/vih-covid-dermato.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,64689207077026 seconds.