Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 12 Oct 2020 - 10:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26312
Localisation: Hyères
ARV : des prescriptions pour trois mois ?



Une dispensation trimestrielle du traitement anti-VIH. L’idée fait son chemin. Elle fait même l’objet d’une enquête, lancée par la Société française de lutte contre le sida (SFLS). La dispensation trimestrielle des antirétroviraux permettrait aux personnes vivant avec le VIH comme aux personnes utilisatrices de la Prep de récupérer trois mois de traitement en une seule fois lors de leur passage en pharmacie, plutôt qu'un seul mois comme la réglementation l'autorise aujourd'hui.

Parce qu'elle serait un facteur d'amélioration de la qualité de vie et de simplification de la vie quotidienne, la dispensation trimestrielle des antirétroviraux est une revendication portée de longue date par des associations de lutte contre le sida. Grâce au groupe inter-associatif TRT-5 CHV, le questionnaire de l’enquête est accessible en ligne et dans les associations membres du collectif. Il s’adresse aux personnes qui prennent des traitements ARV pour se soigner ou en prévention. Il sera disponible du 12 au 19 octobre. Répondre en ligne ou télécharger le questionnaire version papier.

https://seronet.info/breve/arv-des-pres ... mois-88706

Le questionnaire de l’enquête est accessible en ligne :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIp ... Q/viewform

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 16 Oct 2020 - 17:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26312
Localisation: Hyères
La France, deuxième pays dans le financement de la recherche visant la rémission et la guérison du VIH

En 2019, 328,2 millions de dollars (281 millions d’euros) ont été investis dans la recherche de traitements permettant la rémission ou la guérison de l’infection par le VIH, selon le rapport Global Investment in HIV Cure Research and Development in 2019 paru en septembre 2020.

Les États-Unis sont largement en tête, avec une contribution de 312,8 millions de dollars (267,3 millions d’euros), soit plus de 95 % du montant total. La France, ayant investi 7,5 millions de dollars (6,4 millions d’euros), arrive en seconde position pour la troisième année consécutive. L’ANRS contribue à plus de 89 % du financement français sur cette priorité avec 6,7 millions de dollars (5,7 millions d’euros), ce qui représente 16,8 % de son budget annuel.

https://www.avac.org/resource/global-in ... pment-2019

Dans le rapport Global Investment in HIV Cure Research and Development in 2019, l’initiative Towards an HIV Cure* de l’IAS (International AIDS Society), AVAC (AIDS Vaccine Advocacy Coalition) et Resource Tracking for HIV Prevention R&D ont collecté pour la 7e année consécutive les données fournies par les financeurs des secteurs public, industriel et philanthropique sur les investissements réalisés dans la recherche visant à obtenir un traitement curatif durable contre l’infection par le VIH.
Avec les réponses obtenues, le groupe de travail a établi que l’investissement mondial s’établissait à 328,2 millions de dollars (près de 281 millions d’euros) en 2019. C’est 1 % de plus que l’année précédente, une augmentation « modeste » selon les auteurs du rapport, mais un bond immense de 272 % par rapport aux sommes investies en 2012 (88,1 millions de dollars soit 75,2 millions d’euros).

Parmi les pays déployant le plus de moyens financiers, les États-Unis occupent cette année encore la première place, avec un financement s’élevant à 312,8 millions de dollars (267,3 millions d’euros), représentant 95 % du financement total de la recherche dans ce domaine. Loin derrière, mais tout de même en seconde place pour la troisième année consécutive, se trouve la France et son investissement de 7,5 millions de dollars (6,4 millions d’euros). Elle est suivie par le Canada (4 millions de dollars – 3,4 millions d’euros) puis par l’Allemagne et l’Australie (1,1 million de dollars chacun – 940 000 euros).

Tous pays confondus, la source majeure de financement reste le secteur public (94,3 %), avec les National Institutes of Health américains qui ont apporté à eux seuls 286 millions de dollars (244 millions d’euros). L’ANRS a investi 6,7 millions de dollars (5,7 millions d’euros), soit plus de 89 % du financement français. L’Institut Pasteur a, de son côté, contribué à hauteur de 800 000 dollars (683 000 euros).

Les organisations philanthropiques ne sont pas en reste : la fondation Bill & Melinda Gates a presque triplé en un an le montant consacré à la recherche de traitements curatifs du VIH avec un apport de 18,4 millions de dollars (15,7 millions d’euros) en 2019.

Les auteurs de ce rapport rappellent la nécessité de continuer d’investir dans la recherche visant cet objectif : si, aujourd’hui, les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) voient leur infection contrôlée grâce au traitement antirétroviral, plus d’un tiers d’entre elles n’ont pas accès à ces médicaments, car ils sont coûteux et peuvent avoir un impact important sur leur qualité de vie. De plus, les récents progrès, notamment sur la connaissance des réservoirs viraux, laissent penser qu’un traitement curatif pourrait être à la portée des chercheurs. Ils précisent également que ces investissements ne doivent pas impacter le financement d’autres pans de la recherche, tels que la prévention, le développement de nouveaux traitements ou d’un vaccin préventif. Enfin, le groupe de travail met en avant que les travaux de recherche financés pour la guérison ou la rémission du VIH peuvent profiter à d’autres domaines de santé, comme les traitements contre le cancer, la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies immunologiques ou infectieuses (Covid-19…).

« L’ANRS est fortement engagée dans la recherche sur la rémission et la guérison du VIH et nous entendons poursuivre cet effort car les équipes françaises et leurs partenaires sont dans l’excellence dans ce domaine prioritaire », se félicite François Dabis, son directeur. L’ANRS participe depuis sa création à l’initiative internationale Towards an HIV Cure de l’IAS et fait partie des membres fondateurs du consortium récemment créé HIV Cure Africa Acceleration Partnership (HCAAP).

* L’ANRS est l’une des parties prenantes de l’initiative Towards an HIV Cure de l’IAS, créé en 2012 par Françoise Barré-Sinoussi.



https://www.anrs.fr/fr/actualites/731/l ... mission-et

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 23 Oct 2020 - 03:16
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26312
Localisation: Hyères
SFLS 2020 - Confinement : peu d’impact sur le traitement par antirétroviraux, fort impact sur la prévention et le diagnostic

Les initiations de prophylaxie pré-exposition (PrEP) et les tests diagnostiques VIH ont particulièrement diminué pendant le confinement, sans retour aux taux attendus, selon une analyse menée sur les remboursements nationaux sur les huit premiers mois de l'année 2020.
L’épidémie a fortement impacté la consommation de médicaments et de soins en France. Au début du confinement, on a vu un phénomène massif de stockage des médicaments, puis une diminution drastique du recours aux actes diagnostiques et aux médicaments dont l’administration nécessite l’intervention d’un professionnel de santé (type vaccin). Qu’en est-il concernant le recours aux antirétroviraux et le dépistage du VIH?

Pour le savoir, des chercheurs du groupement d’intérêt scientifique EPI-PHARE (ANSM-Cnam) ont conduit une analyse par quinzaine à partir des données nationales de remboursement (SNDS), sur les semaines 2-3 aux semaines 36-37 de l’année 2020, avec comparaison des périodes avant, pendant (S12-13 à S18-19) et après confinement, ainsi qu’une comparaison des chiffres de 2020 par rapport aux valeurs attendues (évaluées par rapport à 2018 et 2019).

Antirétroviraux, PrEP et test diagnostiques

Ainsi, la délivrance des antirétroviraux (hors médicament de PrEP), qui était en moyenne de 35.000 délivrances par quinzaine, a connu un pic à 45.000 lors de la première quinzaine de confinement, puis s’est stabilisée au-delà. La variation du nombre de délivrances par rapport au taux attendu était d’environ 5% de plus sur cette période. L’utilisation des ordonnances périmées a certainement permis de contourner le problème d’accès aux soins et d’éviter les ruptures de traitement.

En revanche, la délivrance de la PrEP a largement diminué durant le confinement, avec -36% par rapport aux taux attendus, sans retour au niveau attendu (-19%) en post-confinement, soit 27.435 délivrances en moins qu’attendu en 2020. Ceci s’explique sans doute par la moindre accessibilité des CeGIDD (centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic) et services hospitaliers et, potentiellement, par la baisse du niveau d’exposition au risque d’infection. Les résultats d’études sur les comportements à risque durant le confinement pourront éclairer ces résultats. En revanche, les initiations de PrEP, qui était en augmentation (+32%) début de 2020, ont connu une diminution de 47% durant le confinement. Et si depuis leur nombre a progressé de 14% par rapport à la même période en 2019, elle ne retrouve pas les taux observés du début d’année.

Enfin, si 150.000 tests étaient réalisés par quinzaine en début d’année, ce chiffre a diminué de près de moitié, avec un retour en dessous de la normale (-15% versus attendu) au cours de la période post-confinement.

Références :

Dray-Spira R, Utilisation des ARV et de la PrEP et recours aux tests VIH en laboratoire en France durant l'épidémie de Covid-19. Congrès SFLS - jeudi 8 octobre 2020.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : Publications  MessagePosté le: 23 Oct 2020 - 10:37
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26312
Localisation: Hyères


http://www.webconfaei.com/vih-covid.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,59980988502502 seconds.