Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Avr 2020 - 16:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
ON VA MANQUER DE CAPOTE…






http://www.soshepatites.org/on-va-manquer-de-capote/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Avr 2020 - 10:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères


https://www.congres-afef.com/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 02 Mai 2020 - 07:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
UN PREMIER MAI CONFINÉ …MAIS HEPATANT !




http://www.soshepatites.org/un-premier- ... -hepatant/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 05 Mai 2020 - 16:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
OBÉSITÉ, NASH ET COVID






http://www.soshepatites.org/obesite-nash-et-covid/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Mai 2020 - 14:09
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
AAD, RVS ET DIMINUTION DU RISQUE DE RÉCURRENCE DE CHC

L’infection chronique par le Virus de l’Hépatite C (VHC) est un facteur de risque de cirrhose et de carcinome hépatocellulaire (CHC) bien identifié. Le risque de récurrence des patients avec CHC est extrêmement élevé comparativement aux autres cancers, c’est pourquoi le traitement antiviral pour l’éradication du VHC est important pour prévenir le développement et la récurrence du CHC et améliorer le pronostic des patients. L’arrivée récente des Antiviraux à Action Directe (AAD) a conduit à une révolution dans le traitement de l’infection par le VHC avec des taux importants de RVS et une meilleure tolérance que les traitements à base d’interféron. S’il a été progressivement déterminé que l’effet suppressif des AAD sur le développement du CHC est identique à ce qui était observé avec les traitements par IFN, des données contradictoires ont décrit des taux élevés d’occurrence et de récurrences de CHC inattendus après un traitement efficace par AAD. Ainsi, il est important d’examiner si l’éradication du VHC par les AAD réduit le risque de CHC.

L’objectif de cette étude est donc d’évaluer l’effet suppressif du traitement par AAD sur la récurrence de CHC due au VHC après un traitement curatif. L’effet antitumoral dans le groupe traitement par AAD était non seulement comparé à un groupe sans traitement antiviral mais aussi à un groupe avec traitement à base d’IFN.

Parmi 117 cas guéris de CHC liés au VHC entre 2016 et 2017, 13 cas ont obtenu une RVS avec des AAD et 14 avec un traitement à base d’IFN alors que 64 cas n’ont pas reçu de traitement antiviral.

Les survies sans récurrence après un traitement curatif étaient étudiées dans chaque groupe avec la méthode de Kaplan-Meier et un test log-rank.

L’âge était significativement plus faible et le niveau des ALAT significativement plus élevé dans le groupe IFN que dans les groupes AAD ou sans antiviral.

Il y avait une différence significative en termes de survie sans récurrence entre le groupe de patients sans antiviral et les groupes de patients traités par AAD (p = 0,014) et IFN (p = 0,009), cependant, il n’y avait pas de différence significative entre les deux types de traitement (p = 0,564).

La RVS obtenue par AAD (p = 0,011 ; HR = 0,222 ; IC95% 0,069-0,758) et IFN (p = 0,007 ; HR = 0,327 ; IC95% : 0,145-0,742) était un facteur indépendant de prévention de la récurrence de CHC. La RVS après un traitement par AAD présente le même effet antitumoral que le traitement à base d’IFN et diminue le risque de récidive du CHC.

Rérérences :

Imai K. et al. Sustained virological response by direct-acting antivirals reduces the recurrence risk of hepatitis C-related hepatocellular carcinoma after curative treatment. Mol Clin Oncol. 2020 Feb;12(2):111-116.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 09 Mai 2020 - 15:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères


https://afef.asso.fr/wp-content/uploads ... .04.20.pdf

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 455#398455

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 10 Mai 2020 - 07:09
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
Pénuries de médicaments

La multiplication des pénuries de médicaments dans toute l’Europe a des incidences très graves sur l’état de santé des patients-es, leur sécurité et la continuité des soins dont ils-elles ont besoin, expliquent dans un communiqué (28 avril), l’Alliance européenne pour la santé publique (Epha, European Public Health Alliance) et France Assos Santé. Les deux collectifs demandent qu’une solution soit rapidement apportée à la crise occasionnée par ces pénuries, au moyen d’une réponse coordonnée de la part des États membres de l’Union Européenne. « Avec la crise du Covid-19, le problème des pénuries de médicaments est devenu plus brûlant encore.

Mais la pandémie n’a fait qu’aggraver une urgence sanitaire à laquelle tous les états doivent faire face depuis plusieurs années », avancent les deux structures qui ont réalisé un « état des lieux de la nature, de l’ampleur et de l’impact des pénuries de médicaments en Europe ». Elles y ont consacré un rapport, assorti de neuf « recommandations concrètes pour remédier à la menace préoccupante qu’elles représentent pour la santé, au mépris des frontières.

https://www.france-assos-sante.org/wp-c ... ations.pdf

https://www.france-assos-sante.org/publ ... nts-europe

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 10 Mai 2020 - 18:57
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères


https://mailchi.mp/cc80ac1f0998/vice-ve ... 3wuTIuyBos

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 11 Mai 2020 - 11:29
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
Hongkong : la mystérieuse hépatite E du rat se propage

Cette souche de la maladie, apparue pour la première fois en 2018, mystifie toujours les scientifiques quant à son origine, pointe CNN.

C'est en 2018 que cette maladie a été détectée pour la première fois. À l'époque, un homme de 56 ans qui vient de subir une transplantation du foie présente des problèmes de santé sans que les médecins puissent en comprendre l'origine. Les tests démontrent qu'il s'agit d'une hépatite E, mais aucune souche humaine du virus ne se trouve dans son corps. Une nouvelle batterie de tests permet alors de lier son cas, que les scientifiques pensent unique en son genre, aux rats. Pour la première fois, l'hépatite du rat aurait alors infecté un être humain. Mais, un peu moins de deux ans plus tard, on compte une dizaine de cas, explique CNN.

À l'époque, les médecins s'interrogent pour savoir si c'est un cas unique. Ils s'interrogent notamment sur le fait que le patient pourrait s'être simplement trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. L'histoire leur a montré que non. Le 30 avril dernier, un nouveau patient de 61 ans a été diagnostiqué. Plus d'une dizaine dans son genre ont été diagnostiqués à Hongkong. Les médecins estiment désormais qu'il pourrait y en avoir des centaines qui ignorent leur situation. Mais comment est-ce donc possible ? C'est la question que les scientifiques se posent toujours aujourd'hui. L'hépatite E se transmet normalement via la contamination d'eau non potable ou de produits souillés. Mais, pour cette souche issue des rats, la question reste toujours sans réponse. Les médecins ne parviennent pas à identifier le processus de transmission de la maladie. Comment l'hépatite E du rat passe-t-elle à l'être humain ?

Des campagnes de sensibilisation
Le dernier cas en date ne favorise pas la compréhension des scientifiques. L'enquête n'a pas permis de trouver des rats ou des déjections de l'animal dans la maison du patient. Aucun autre membre de son foyer ne présente de symptôme. Bref, c'est un mystère qui s'ajoute à une longue liste. Les scientifiques ignorent encore à l'heure actuelle la durée de la période d'incubation ou encore comment soigner efficacement les malades. Les médicaments normalement utilisés pour soigner l'hépatite ont en effet eu des résultats inégaux, précise CNN. Si certains cas s'avèrent bénins, l'hépatite E du rat peut avoir des conséquences graves, en particulier pour les patients ayant déjà un système immunitaire affaibli.

Les scientifiques qui ont pris conscience du problème ont donc lancé des campagnes de sensibilisation. À Hongkong, la population de rats est désormais testée afin de pouvoir détecter les fameux « clusters » et ainsi ralentir la propagation de la maladie vers l'être humain. À l'exception d'un homme diagnostiqué au Canada, tous les cas se trouvent actuellement à Hongkong. Mais cela ne veut pas dire que la maladie n'est pas présente ailleurs. Ainsi, Cornelia Adlhoch, du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CECPM), a lancé l'alerte en mars dernier dans la revue Hepatology : « Le manque de sensibilisation des médecins et les diagnostics mal standardisés ont entraîné une sous-déclaration » des cas d'hépatite E en Europe.

https://www.lepoint.fr/sante/hong-kong- ... y8h76J_p4U

Hépatite E : transmission, contagion, quels traitements ?

Des rats auraient transmis le virus de l'hépatite E (VHE) à plusieurs personnes à Hong Kong. Moins connue que les hépatites B et C, l'hépatite E est aussi une maladie du foie. Comment se fait la transmission ? Est-ce contagieux ? Quels sont les symptômes d'alerte et quels dangers ? Le point sur cette affection hépatique.

Le 30 avril 2020, un homme de 61 ans a été testé positif au virus VHE du rat à Hong Kong. Selon les autorités, une dizaine d'habitants de Hong Kong ont été testés positifs à l'hépatite E provenant des rats, une maladie également connue sous le nom de VHE du rat. Quels risques ? Quels symptômes ? Quels traitements ? Explications.

Définition : qu'est-ce que l'hépatite E ?
L'hépatite E est une maladie provoquée par un virus. Celui-ci se transmet par voie féco-orale, principalement dans les pays d'Asie et d'Afrique, où le niveau d'hygiène est bas. Cependant, depuis le début des années 2000, il a fait son apparition dans des pays industrialisés, comme la France.

La maladie est souvent asymptomatique.

Symptômes
Le plus souvent, la maladie est asymptomatique. Elle passe donc totalement inaperçue. "Mais parfois, après une période d'incubation de 6-8 semaines, elle peut se manifester par des symptômes tels que la jaunisse, des douleurs musculaires, des maux de tête voire de la fièvre, des nausées et des vomissements, une importante fatigue, des douleurs abdominales, des urines foncées et des atteintes des fibres nerveuses", explique le Pr. Christophe Bureau, hépato-gastro-entérologue et Secrétaire Général de la Société Française d'Hépatologie.

Fréquence
Dans le monde, cette maladie touche 20 millions de personnes chaque année, entraînant la mort de 44 000 personnes, selon l'OMS. En France, cette maladie se répand : entre 2006 et 2016, le nombre de personnes contaminées est passée de 583 à 76 000 cas, selon l'Anses, principalement dans les régions du Sud.

Causes
L'hépatite E est causée par un virus qui se transmet par la consommation d'eau et d'aliments souillés.

Transmission
Principalement par la consommation d'une eau non potable et de denrées alimentaires contaminées, d'aliments infectés par une eau souillée (les coquillages, les légumes et les fruits) ou encore de produits issus d'un animal porteur du virus (porc, sanglier ou lapin). "En France, c'est principalement par la consommation de viande de porc que le virus se transmet à l'homme, en particulier les saucisses sèches de foie", précise le Pr. Bureau.

Diagnostic
le diagnostic de l'hépatite E se pose par la description des symptômes (examen clinique), l'historique du patient (ses voyages ou sa consommation alimentaire) et se confirme par une analyse de sang.

Traitement : soigner une hépatite E
Le plus souvent, la maladie régresse seule au bout de trois à cinq semaines. Mais chez les personnes immunodéprimées et chez celles qui ont déjà souffert d'une affection au foie, cette maladie nécessite la prise de Ribavirine, un antiviral déjà utilisé contre l'hépatite C. Il est prescrit pour une durée de trois mois. En 2011, la Chine est parvenue à mettre au point un vaccin contre cette maladie. Mais il n'est, pour le moment, disponible que dans ce pays.

Evolution et complication
Parfois, la maladie se complique et devient " fulminante " (insuffisance hépatique aiguë). Elle nécessite alors une transplantation de cet organe. Dans 1 à 4 % des cas, la maladie entraine la mort du patient.

Merci au Pr Christophe Bureau, hépato-gastro-entérologue et Secrétaire Général de la Société Française d'Hépatologie.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mai 2020 - 16:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
LES DÉGÂTS COLLATÉRAUX DU COVID…







http://www.soshepatites.org/les-degats- ... -du-covid/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Mai 2020 - 07:14
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
VIH et COVID-19 : avancées et incertitudes - En direct Jeudi 28 Mai à 17h00



http://www.webconfaei.com/vih-covid.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Mai 2020 - 07:27
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
Prochain Webstaff RCP/Hepato le 17 juin : Un avis sur un dossier d'hépato ?



https://webstaff.fr/

http://www.webconfaei.com/webstaff.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mai 2020 - 06:40
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25653
Localisation: Hyères
Hépatite D : attention au cancer du foie

L’hépatite D est une maladie infectieuse due à un virus satellite du virus de l’hépatite B, qui n’infecte un organisme qu'en association avec l’hépatite B. Des scientifiques se sont penchés sur l'une de ses graves conséquences, le carcinome hépatocellulaire, un cancer du foie souvent mortel, et démontrent qu’une infection par le virus de l’hépatite D, dont le dépistage est souvent négligé, multiplie par trois le risque de le développer.

Il existe cinq types de virus de l’hépatite, aux manifestations et aux conséquences très différentes. Les hépatites A et E causent des infections aigües parfois sévères mais transitoires. Les hépatites B, C et D peuvent, quant à elles, devenir chroniques et engendrer des dysfonctionnements du foie des mois, voire des années après l’infection. Si l’hépatite C est maintenant bien soignée, les hépatites B, et surtout D restent encore difficiles à contrôler. Par ailleurs, parmi tous les virus de l’hépatite, le D est le plus mal connu. En effet, ce virus qui ne peut infecter que les personnes déjà atteintes par l’hépatite B (il s’agit d’une co-infection ou d’une surinfection) n’a jusqu’ici été que peu étudié.

Or, l'atteinte hépatique résultant de l’infection par les deux virus est plus grave que celle due au VHB seul et l’hépatite D constitue l’une des formes les plus dangereuses d’hépatite virale chronique à cause de son évolution possible vers des affections irréversibles du foie (cancer et cirrhose). « La conséquence la plus grave des hépatites B et D est le carcinome hépatocellulaire, explique le Pr Francesco Negro, responsable de l’Unité de viropathologie des HUG*. On savait que la co-infection des hépatites B et D accélérait la progression de la cirrhose. On ignore cependant dans quelle mesure la co-infection des hépatites B et D augmente le risque de progression vers le cancer du foie. »

Au moins 15 millions de personnes infectées dans le monde
Pour savoir si l’hépatite D est encore plus dangereuse que la B, les chercheurs ont effectué une revue systématique et une méta-analyse de toutes les études épidémiologiques. Pour cela, ils ont ré-étudié les données présentées dans 93 études, soit plus de 100 000 patients pris en compte au total. « Toutes ces études ne sont pas de qualité identique mais l’analyse des meilleures d’entre elles est très nette : les patients atteints d’hépatite D ont un risque presque triplé de développer un carcinome hépatocellulaire par rapport à ceux atteints uniquement de l’hépatite B. C’est énorme.», détaille le Pr Dulce Alfaiate, première auteure de ces travaux publiés dans le « Journal of Hepatology ».

Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’infection par le virus de l’hépatite B concerne des centaines de millions de personnes. Dans certaines régions, comme en Polynésie et dans certains pays d’Afrique, plus de 6% de la population adulte est infectée et le virus se propage en grande partie de la mère à l’enfant. De plus, les enfants infectés à la naissance développent quasiment systématiquement la forme chronique de la maladie. Le virus de l’hépatite D infecte à son tour une partie non négligeable des personnes porteuses de l’hépatite B, mais les chercheurs soulignent que la communauté scientifique ignore actuellement l’ampleur de ce problème.

Un appel à la recherche
« Certaines estimations font état de 15 à 20 millions de personnes au moins infectées par l’hépatite D et d’autres de 60 millions, soit presque le double que le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde, indique Dulce Alfaiate. En l’absence de tests systématiques, cependant, il est extrêmement difficile d’être précis.» Mis à part l’interféron, un antiviral peu efficace et aux effets secondaires délétères, il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement contre l’hépatite D. « L’évolution de cette maladie vers le cancer du foie nous semble sous-estimée. », soulignent les chercheurs. « Et pourtant, cette maladie affecte des patients jeunes qui souffrent de cirrhose dès l’âge de 25-30 ans.»

Ces derniers estiment que leurs résultats ont leur importance car ils plaident pour un dépistage systématique de l’hépatite D afin de mieux prendre en charge les patients et de mieux appréhender la prévalence réelle de la maladie. « Ils soulignent la nécessité d’améliorer le dépistage de l’hépatite D chez les patients atteints d’hépatite B ainsi que le besoin urgent de thérapies antivirales efficaces, comme celle contre l’hépatite C qui a sauvé la vie de millions de personnes depuis 2011.», concluent-ils. A noter que la transmission du virus de l'hépatite D se fait selon les mêmes modes que pour l’hépatite B (voie percutanée ou sexuelle ) et que l'infection peut être prévenue par la vaccination contre l’hépatite B.

https://www.santemagazine.fr/actualites ... oie-442928

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,75836110115051 seconds.