Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Mar 2020 - 14:59
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
Un essai sur un vaccin contre le coronavirus est en cours à Seattle

L'essai recrutera des volontaires sains pour tester l'innocuité et la capacité du vaccin à déclencher une réponse immunitaire.

Le premier essai clinique humain d'un vaccin contre le nouveau coronavirus qui cause la maladie respiratoire COVID-19 a commencé cette semaine à Seattle, selon une annonce des National Institutes of Health (NIH).

Le coronavirus, officiellement connu sous le nom de SARS-CoV2, continue de se propager rapidement. Au 16 mars, il y avait plus de 179 000 cas confirmés dans le monde et plus de 4 000 cas aux États-Unis, selon le traqueur de coronavirus de l'Université Johns Hopkins .

Alors que la plupart des gens ont des cas bénins, le virus peut provoquer de graves maladies respiratoires qui, à ce jour, ont fait plus de 7 000 morts. Il n'existe actuellement aucun traitement ni vaccin approuvé.

Cet essai de phase I en ouvert évaluera un vaccin expérimental appelé ARNm-1273 qui a été développé conjointement par des chercheurs du National Institutes of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) des NIH, de la société de biotechnologie Moderna et de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations.

Discutant de l'essai lors d'une session spéciale virtuelle lors de la récente conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes, le directeur du NIAID, Anthony Fauci, MD - un acteur clé dans la réponse du gouvernement fédéral à la pandémie - a déclaré que c'était la progression la plus rapide depuis la sélection d'une cible virale appropriée séquence à la production d'un vaccin candidat pour les tests.

"Trouver un vaccin sûr et efficace pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2 est une priorité urgente de santé publique", a déclaré Fauci dans le communiqué du NIH. «Cette étude de phase I, lancée à une vitesse record, est une première étape importante vers la réalisation de cet objectif.»

Les coronavirus sont des virus sphériques avec des pointes à leur surface qui se lient aux cellules humaines et permettent au virus d'entrer. Le nouveau vaccin utilise une séquence génétique d'ARN messager (ARNm) du virus pour diriger les cellules humaines pour exprimer une protéine virale transitoire qui, espèrent les chercheurs, suscitera une réponse immunitaire robuste. Les scientifiques travaillaient déjà sur un vaccin expérimental ciblant le pic du coronavirus MERS et ont pu le modifier rapidement pour cibler le pic du SRAS-CoV2. Le vaccin expérimental s'est révélé prometteur dans les études animales.

Le premier essai sur l'homme testera différentes doses du vaccin (25, 100 ou 250 microgrammes) pour voir s'il est sûr et s'il induit des réponses immunitaires contre le virus. Si les résultats sont prometteurs, il passera ensuite à des essais plus vastes pour déterminer s'il protège contre l'infection. Fauci a estimé que l'ensemble du processus pourrait prendre au moins 12 à 18 mois.

Cet essai recrute actuellement 45 adultes en bonne santé âgés de 18 à 55 ans au Kaiser Permanente Washington Health Research Institute de Seattle. Les participants recevront deux injections intramusculaires du vaccin dans le bras à environ 28 jours d'intervalle.

Les quatre premiers participants recevront un seul coup de la dose la plus faible, et les quatre suivants recevront la dose intermédiaire. Les chercheurs examineront ensuite les données de sécurité préliminaires avant d'administrer des injections supplémentaires ou de vacciner les personnes restantes.

Les participants seront invités à retourner à la clinique pour des visites de suivi entre les vaccinations et pour des visites supplémentaires pendant un an après la deuxième injection. Ils seront surveillés pour les effets secondaires courants du vaccin, tels que la fièvre et la douleur au site d'injection, et des échantillons de sang seront prélevés pour tester les preuves de réponses immunitaires.

Pour être éligibles, les femmes ne doivent pas être enceintes ni allaiter, et les femmes et les hommes en âge de procréer doivent accepter d'utiliser une contraception efficace. L'étude n'inclura pas de personnes atteintes de certaines conditions médicales ou psychiatriques, y compris les maladies respiratoires, les maladies cardiovasculaires, le cancer, le VIH, l'hépatite B ou C, les maladies hépatiques chroniques (y compris NAFLD / NASH), les maladies auto-immunes ou les déficits immunitaires pour quelque cause que ce soit (y compris utilisation de médicaments immunosuppresseurs, tels que la chimiothérapie anticancéreuse ou les stéroïdes).

Alors que les individus de certaines de ces catégories sont plus susceptibles de développer une maladie COVID-19 sévère - et peuvent donc sembler avoir besoin d'un vaccin plus rapidement - des essais précoces comme celui-ci sont principalement destinés à évaluer l'innocuité, et il est important de tester les vaccins chez des personnes en bonne santé avant de passer aux groupes à haut risque.

Pour plus d'informations sur l'essai, voir ClinicalTrials.gov ( numéro d'étude NCT04283461 ).

https://www.nih.gov/news-events/news-re ... -19-begins

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Mar 2020 - 10:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
PROTÉGER LES PLUS FRAGILES, C’EST SE PROTÉGER AUSSI








http://www.soshepatites.org/proteger-le ... ger-aussi/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Mar 2020 - 11:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
VHC : COÛT DU TRAITEMENT DES PATIENTS ASSURÉS COMMERCIALEMENT

L’arrivée des Antiviraux à Action Directe (AAD) est à l’origine d’une nouvelle ère dans le traitement des patients avec une infection chronique par le Virus de l’Hépatite C (VHC) dont le nombre est estimé entre 3 et 4 millions aux Etats-Unis.

La disponibilité des AAD a contribué à alimenter le discours sur les dépenses pharmaceutiques toujours croissantes, en raison des coûts des médicaments comme les AAD. Bien que les prix élevés de ces médicaments soient connus, une demande élevée de traitement par AAD faisait craindre de « ruiner » le budget du système de santé. Ces questions d’impact budgétaire et la nécessité de contenir la croissance des dépenses pharmaceutiques ont initialement conduit les payeurs à restreindre l’accès aux AAD aux patients avec des scores de fibrose hépatique plus élevés. Néanmoins, même avec ces restrictions, il pourrait y avoir des dépenses substantielles pour les payeurs et/ou des dépenses directes pour les patients.

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’utilisation et le coût des traitements anti-VHC dans une population de patients assurés commercialement.

La population de l’étude est basée sur les membres complètement assurés au Harvard Pilgrim Health Care (HPHC), assurance privée du Connecticut, Maine, Massachusetts et New Hampshire. Les données d’une cohorte de 3 091 patients infectés par le VHC entre le 1er janvier 2012 et le 30 septembre 2015 ont été utilisées et ont été analysées les recours médicaux et pharmaceutiques entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2015.

Au total, 9 % des membres avec une infection par le VHC ont été traités en 2012 avec une augmentation à 32 % en 2015. Sur 3 091 patients, 589 ont reçu un AAD et 80 % (n = 465) ont terminé les 12 semaines de traitement. Avec la mise à disposition des AAD, la moyenne annuelle de dépenses du plan santé sur le traitement du VHC ont augmenté de 2 869 $ à 16 504 $ par membre infecté par le VHC (changement relatif : 475 %, IC95% : 352 %-598 %), et les dépenses du patient sont passées de 41 $ à 94 $ (changement relatif de : 131% ; IC95% : 15 %-247 %).

Etaient positivement associés à la prescription des nouveaux AAD :
• Age : être âgé de 50 à 64 ans (OR ajusté : 2,13 ; IC95% 1,29-3,53) et avoir plus de 65 ans (ORa : 2,01 ; IC95% 1,14-3,55) par rapport à moins de 30 ans
Cirrhose (ORa : 3,34 ; IC95% 2,64-4,21)
Etaient négativement associés à la prescription des nouveaux AAD :
• L’abus d’alcool (ORa : 0,70 ; IC95% 0,53-0,92)

La proportion de patients avec une infection par le VHC assurés commercialement qui était traitée par AAD a doublé dans les deux ans suivant la mise à disposition de ces nouveaux traitements. La dépense directe des patients est restée basse alors que le plan de santé a supporté 99 % du coût de ces traitements contre le VHC.

Au cours des 2 années de suivi, il n’a pas été observé de bénéfice économique sur le plan de la santé de la guérison du VHC par les AAD.

Lu CY. et al. Cost burden of hepatitis C virus treatment in commercially insured patients. Am J Manag Care. 2019 Dec 1;25(12):e379-e387.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Mar 2020 - 11:38
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
COVID-19 PERSONNES À RISQUE – SANS OPTION DE TÉLÉTRAVAIL





https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/p ... s_v3-2.pdf

http://www.soshepatites.org/covid-19-pe ... letravail/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Mar 2020 - 16:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
La maladie à coronavirus (COVID-19), le VIH et l’hépatite C : Ce que vous devez savoir

• On ne s’attend pas à ce qu’une personne séropositive sous traitement efficace soit plus à risque de tomber gravement malade de la COVID-19
• Une personne séropositive non traitée ou au compte de CD4+ faible pourrait être plus à risque de tomber gravement malade de la COVID-19
• Les personnes atteintes du VIH ou de l’hépatite C sont plus susceptibles de souffrir d’affections médicales qui les mettent plus à risque de tomber gravement malades de la COVID-19
L’Organisation mondiale de la Santé a déclaré qu’il sévit actuellement une pandémie causée par la propagation d’un nouveau coronavirus. Ce dernier, qui porte le nom de coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), provoque une maladie appelée maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Les coronavirus humains causent des infections du nez, de la gorge et des poumons. Le plus souvent, ils sont transmis des façons suivantes par les personnes infectées :

• par les gouttelettes respiratoires générées lorsqu’une personne tousse ou éternue, lesquelles restent brièvement dans l’air dans l’espace de deux mètres (six pieds) avoisinant la personne infectée
• par contact personnel prolongé avec une personne infectée, comme un contact direct ou une poignée de main
• par contact avec des surfaces contaminées, suivi du contact de la main avec la bouche, le nez ou les yeux avant de se laver les mains
Les données probantes actuelles indiquent que la maladie se propage efficacement de personne à personne lorsqu’il y a un contact étroit.

Le SRAS-CoV-2 peut causer un syndrome qui ressemble à la grippe chez les personnes infectées. Dans la plupart des cas (80 %), la personne touchée se sent comme si elle avait un rhume léger ou une grippe légère. Certaines personnes atteintes de la COVID-19 risquent toutefois d’éprouver des symptômes et des complications plus graves. Les symptômes attribués à la COVID-19 incluent les suivants :

• fièvre
• toux
• difficulté à respirer
• pneumonie dans les deux poumons
Dans les cas les plus graves, l’infection peut entraîner la mort.

Il est très important que les personnes qui courent le risque de tomber gravement malades de la COVID-19, ainsi que ceux et celles qui les soutiennent et en prennent soin, prennent des précautions pour réduire le risque de transmission. Des renseignements sur les personnes à risque apparaissent plus loin dans ce bulletin.

Comment pouvez-vous réduire le risque de transmission?
Comme le virus peut se propager très rapidement et causer de graves complications chez certaines personnes, les autorités de la santé publique demandent à toute la population de prendre des précautions pour éviter la transmission.

Pour réduire le risque de vous faire infecter par le coronavirus, le gouvernement du Canada recommande les mesures suivantes :

• lavez-vous souvent les mains avec du savon et de l’eau pendant au moins 20 secondes, surtout après avoir été aux toilettes ou lors de la préparation des aliments
• utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool si vous n’avez pas accès à du savon et à de l’eau
• lorsque vous toussez ou éternuez :
• toussez ou éternuez dans un papier-mouchoir ou dans le creux de votre bras, et non dans votre main
• jetez immédiatement les papiers-mouchoirs utilisés dans une poubelle doublée de plastique et lavez-vous ensuite les mains
• évitez de vous toucher les yeux, le nez ou la bouche sans vous être d’abord lavé les mains
• nettoyez et désinfectez les surfaces suivantes fréquemment touchées :
• comptoirs et tables
• poignées de portes
• accessoires de salle de bain
• toilettes
• tables de chevet
• jouets
• téléphones
• claviers, tablettes, souris électroniques et télécommandes
Remarque : Les désinfectants pour les mains devraient avoir une teneur en alcool d’au moins 60 %.

Les mesures additionnelles recommandées pour limiter la propagation du coronavirus incluent les suivantes :

• évitez les voyages internationaux
• évitez les foules et les grands rassemblements
dans la mesure du possible, maintenez une distance de deux mètres entre vous et les autres personnes
• évitez de rendre visite aux personnes hospitalisées ou dans les centres de soins de longue durée, surtout les personnes âgées et celles ayant des affections médicales chroniques ou un système immunitaire affaibli
• évitez de recevoir des visiteurs chez vous
Qui est plus à risque de tomber gravement malade de la COVID-19?
La vaste majorité des personnes (environ 80 %) qui contractent le coronavirus n’éprouvent pas de symptômes graves. Elles se sentent comme si elles avaient un petit rhume ou une grippe légère. Une faible proportion de personnes infectées éprouvent toutefois les symptômes d’un rhume ou d’une grippe sévère. Une proportion plus faible encore éprouve des problèmes de respiration ou fait même une pneumonie dans certains cas. Les personnes de 65 ans et plus semblent être particulièrement à risque, surtout si elles souffrent d’autres problèmes de santé.

La recherche porte généralement à croire que les personnes qui courent un risque élevé de tomber gravement malades de l’infection au coronavirus ont tendance à avoir les affections sous-jacentes suivantes :

• maladie cardiovasculaire : cela inclut les antécédents de crise cardiaque, d’AVC ou d’hypertension
• affections respiratoires chroniques : celles-ci peuvent nuire à la capacité respiratoire des personnes touchées et incluent la MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique), l’asthme et d’autres
diabète
• insuffisance rénale
Ces affections sous-jacentes peuvent être associées à d’autres autres affections ou maladies aussi, comme nous l’expliquons ci-dessous.

Infection au VIH et facteurs connexes

On a mené peu de recherches sur l’impact de la COVID-19 chez les personnes séropositives. Selon le Dr Anthony Fauci, directeur des National Institutes of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) des États-Unis, on s’attend à ce que le risque de tomber gravement malade de la COVID-19 soit faible pour une personne séropositive en bonne santé qui suit son traitement et qui a une charge virale indétectable et un compte de CD4+ normal ou presque normal. Chaque laboratoire utilise une fourchette de valeurs différente pour déterminer ce qui constitue un compte de CD4+ normal, mais la valeur la plus faible se situe habituellement près de 500 cellules/mm3.

Il est possible que les personnes séropositives non traitées, et plus particulièrement celles ayant un très faible compte de CD4+, soient plus à risque de tomber gravement malades de la COVID 19. Notons de plus que de nombreuses personnes séropositives sont plutôt âgées, voire très âgées, et nombre d’études portent à croire que les personnes séropositives sont plus susceptibles de souffrir d’affections sous-jacentes que les personnes séronégatives du même âge. Les affections en question ont tendance à être les suivantes :

• taux de cholestérol anormaux
• tension artérielle supérieure à la normale
• diabète
• insuffisance rénale
Un suivi régulier et la prise d’un traitement recommandé par un médecin peuvent aider à gérer et à minimiser l’impact de ces affections sous-jacentes. Certaines de ces affections pourraient être associées à une maladie plus grave chez les personnes atteintes de COVID-19.

Le California Department of Public Health, Office of AIDS offre des conseils sur les précautions additionnelles que vous devriez prendre si vous êtes plus à risque de tomber malade de la COVID-19 :

• Assurez-vous de faire le plein de vos antirétroviraux et de vos autres médicaments et d’en avoir des réserves
• Restez loin des autres personnes malades, limitez les contacts étroits et lavez-vous souvent les mains
• Si une éclosion de la COVID-19 a lieu dans votre communauté, restez chez vous le plus possible, mais maintenez un réseau social à distance afin de préserver vos connexions sociales et votre santé mentale
• Établissez un plan pour vos soins cliniques, y compris le recours à la télémédecine, si vous devez rester chez vous
Maladies auto-immunes et transplantation

Il existe des affections où le système immunitaire s’attaque à son propre corps; on appelle celles-ci des maladies auto-immunes, et la liste inclut les suivantes :

• certaines sortes d’arthrite
• maladie de Crohn et affections connexes
• lupus
• psoriasis
Certaines personnes qui souffrent de ces affections, ainsi que les receveurs de greffes d’organes et de tissus, se font prescrire des traitements qui suppriment le système immunitaire. Par conséquent, il est possible qu’elles soient plus à risque de contracter et de tomber gravement malades de la COVID-19.

Grossesse

Nous ne disposons à l’heure actuelle d’aucune information sur l’effet du coronavirus sur la santé de la mère ou du fœtus.

Virus de l’hépatite et autres maladies du foie

Le virus de l’hépatite B (VBH) et le virus de l’hépatite C (VHC) infectent le foie et finissent par dégrader graduellement cet organe vital. À mesure que l’état du foie se détériore, la santé générale de la personne s’aggrave et des affections spécifiques peuvent se développer. Les personnes chez qui le VHC a causé de nombreuses lésions hépatiques et qui n’ont pas encore guéri de cette infection risquent de souffrir d’affections sous-jacentes comme l’insuffisance rénale, les maladies cardiovasculaires et le diabète. Notons qu’il est possible de guérir du VHC en aussi peu que huit semaines en suivant un traitement qui se prend une seule fois par jour. Le traitement du VHC est largement accessible au Canada.

Les personnes atteintes du VHB risquent également de souffrir des affections sous-jacentes mentionnées ci-dessus. Il est possible de contrôler l’infection au VHB à l’aide de médicaments.

Pour ces raisons, il est possible que les personnes atteintes d’hépatite soient plus à risque de tomber gravement malades de la COVID-19.

Stéatose hépatique

Il existe de nombreuses autres maladies du foie, notamment la stéatose hépatique non alcoolique. Celle-ci se divise en deux sous-types : la stéatose hépatique simple et la stéatohépatite non alcoolique (SHNA). Ces affections peuvent toucher des personnes ayant le VHB, le VHC ou le VIH, ainsi que les personnes n’ayant pas ces infections. Les personnes atteintes de stéatose hépatique risquent également de souffrir d’une affection sous-jacente comme les suivantes :

• prédiabète ou diabète
• obésité
• tension artérielle supérieure à la normale
• taux de cholestérol anormaux dans le sang
Il est donc possible que les personnes souffrant de stéatose hépatique soient plus à risque de tomber gravement malades de la COVID-19.

Populations vulnérables

Certaines populations, y compris les personnes qui consomment des substances et les sans-abri, peuvent souffrir d’affections sous-jacentes qui les mettent plus à risque de tomber gravement malades de la COVID-19. De plus, comme les personnes vivant une situation de logement inadéquat ou surpeuplé dépendent davantage d’autres personnes pour combler leurs besoins fondamentaux, elles sont moins capables de maintenir l’éloignement social et sont donc plus à risque de contracter la COVID-19.

Que faire si vous croyez avoir la COVID-19?
Obtenir de l’aide : Si vous croyez avoir été exposé au coronavirus et que vous faites de la fièvre ou éprouvez d’autres symptômes, comme une toux ou de la difficulté à respirer, appelez un professionnel de la santé ou les autorités de la santé publique de votre province ou territoire.

Il existe un test pour dépister le SRAS CoV-2 au Canada. Les autorités de la santé publique de votre région pourront vous renseigner davantage sur ce test et les moyens d’y avoir accès.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis offrent les conseils suivants aux personnes qui croient être atteintes de la COVID-19 :

Restez chez vous sauf pour obtenir des soins médicaux

• Restez chez vous : Les personnes qui se sentent légèrement malades sous l’effet de la COVID-19 peuvent s’isoler chez elles durant la maladie. Vous devriez limiter vos activités à l’extérieur de la maison, sauf pour obtenir des soins médicaux.
• Évitez les lieux publics : N’allez pas au travail ou à l’école et évitez les lieux publics.
• Évitez les transports en commun : Évitez d’utiliser les transports en commun, le covoiturage et les taxis.
Éloignez-vous des autres personnes et des animaux chez vous

• Restez loin des autres : Dans la mesure du possible, vous devriez rester dans une pièce séparée qui se trouve loin des autres personnes dans votre domicile. Utilisez également une salle de bain séparée si cela est possible.
• Limitez vos contacts avec les animaux domestiques et autres : Vous devriez limiter vos contacts avec les animaux domestiques et autres pendant que vous êtes malade de la COVID-19, tout comme avec les autres personnes. Bien qu’aucun cas n’ait été rapporté où un animal est tombé malade de la COVID-19, on recommande aux personnes souffrant de COVID-19 de limiter leurs contacts avec les animaux jusqu’à ce que nous en sachions plus sur le virus.
• Dans la mesure du possible, demandez à un autre membre de votre ménage de prendre soin de vos animaux pendant que vous êtes malade.
• Si vous êtes malade de la COVID-19, évitez tout contact avec votre animal domestique : évitez de le flatter, de le câliner, de vous faire lécher et de partager votre nourriture. Si vous devez vous occuper de votre animal domestique ou être près d’autres animaux pendant que vous êtes malade, lavez-vous les mains avant et après vos interactions avec eux et portez un masque.
Appelez avant d’aller chez votre médecin

• Appelez à l’avance : Si vous avez un rendez-vous médical, appelez votre professionnel de la santé pour lui dire que vous avez la COVID-19 ou pourriez l’avoir. Cela permettra à son personnel de prendre les mesures nécessaires pour protéger d’autres personnes contre l’infection ou l’exposition.
Portez un masque si vous êtes malade

• Si vous êtes malade : Vous devriez porter un masque lorsque vous vous trouvez près d’autres personnes (p. ex., dans la même pièce ou le même véhicule) ou des animaux domestiques, et avant que vous entriez dans le cabinet d’un professionnel de la santé.
• Si vous prenez soin d’autres personnes : Si la personne malade n’est pas en mesure de porter un masque (p. ex., parce qu’il l’empêche de bien respirer), les personnes qui vivent avec elle ne devraient pas rester dans la même pièce qu’elle, ou encore elles devraient porter un masque si elles entrent dans la chambre de la personne malade.
• Évitez de partager les articles ménagers personnels

• Évitez de les partager : Vous ne devriez pas partager de vaisselle, de verres, de tasses, d’ustensiles, de serviettes ou de literie avec d’autres personnes ou animaux chez vous.
• Lavez-les soigneusement après l’usage : Après avoir utilisé ces articles,
• lavez-les soigneusement avec du savon et de l’eau.
• Nettoyez toutes les surfaces « fréquemment touchées » tous les jours

• Nettoyez et désinfectez : Prenez l’habitude de nettoyer fréquemment les surfaces fréquemment touchées.
• Désinfectez toute surface entrant en contact avec des liquides corporels : • • Nettoyez toutes les surfaces qui risquent d’avoir été en contact avec du sang, des matières fécales ou d’autres liquides corporels.
• Produits de nettoyage domestique : Utilisez un vaporisateur ou des lingettes de nettoyage en suivant les instructions sur l’étiquette. L’étiquette donne les instructions sur l’utilisation sécuritaire et efficace du produit de nettoyage, y compris les précautions à prendre, telles que le port de gants et le besoin de ventilation efficace.
Faites le suivi de vos symptômes

• Obtenez de l’aide médicale : Obtenez rapidement de l’aide médicale si votre maladie est en train de s’aggraver (p. ex., si vous avez de la difficulté à respirer).
• Appelez votre médecin : Avant de vous rendre à un établissement de soins de santé, appelez votre professionnel de la santé et dites-lui que vous avez la COVID-19 ou que vous faites l’objet d’une évaluation à cet égard.
• Portez un masque lorsque vous êtes malade : Mettez un masque avant d’entrer dans l’établissement. Ces mesures permettront au personnel de protéger les autres personnes dans le bureau ou la salle d’attente contre l’infection ou l’exposition.
Traitement et vaccins
Il n’existe aucun traitement ou vaccin approuvé pour le SRAS CoV-2. Des recherches se poursuivent cependant sur des traitements potentiels contre l’infection au coronavirus.

Des expériences de laboratoire sur des cellules et des virus portent à croire qu’un vieux traitement anti-VIH pourrait inhiber le SRAS CoV-2. Il s’agit du lopinavir-ritonavir, un traitement vendu sous le nom de Kaletra au Canada et dans d’autres pays à revenu élevé et sous le nom d’Aluvia dans d’autres régions (ainsi qu’en versions génériques). Des essais cliniques sont en cours pour déterminer si Kaletra est efficace chez les personnes souffrant de COVID-19. Il est à noter que Kaletra est associé à des effets secondaires comme la diarrhée, les selles molles et la nausée. Ce médicament peut également interagir avec de nombreuses médecines et substances, de sorte qu’il fait augmenter ou diminuer leur concentration dans le corps, ou vice versa.

Il n’existe pas de données probantes indiquant que d’autres médicaments anti-VIH sont actifs contre le SRAS CoV-2

https://www.catie.ca/fr/nouvellescatie/ ... vez-savoir

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mar 2020 - 06:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
La FDA approuve une thérapie combinée pour traiter les enfants atteints d'hépatite C

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a approuvé une demande supplémentaire de sofosbuvir et de velpatasvir (Epclusa) pour traiter le virus de l'hépatite C (VHC) chez les enfants.

L'approbation donnera des options de traitement supplémentaires pour les enfants > 6 ans ou pour ceux qui pèsent > 37 livres avec l'une des 6 souches du VHC, Debra Birnkrant, MD, directrice de la Division des antiviraux du Center for Drug Evaluation and Research de la FDA, dit dans un communiqué .

L'agence a approuvé le traitement à la suite d'un essai clinique multicentrique ouvert pour tester l'innocuité, l'efficacité et la pharmacocinétique de la polythérapie pour traiter les génotypes 1 à 4 ou 6 du VHC.

Les enquêteurs ont recruté 173 patients pédiatriques naïfs de traitement et expérimentés qui avaient > 6 ans sans cirrhose ou avec une cirrhose légère. L'équipe n'a constaté aucune différence significative entre les patients pédiatriques et les adultes.

La sécurité et l'efficacité étaient comparables à celles observées chez l'adulte. Parmi 102 patients âgés de 12 à 17 ans, 93% des patients de génotype 1 et 100% de ceux de génotypes 2-4 et 6 n'avaient aucun virus détectable dans leur sang 12 semaines après la fin du traitement de douze semaines. Parmi les 71 enfants âgés de 6 à 11 ans avec le génotype VHC 104, 93% avec le génotype 1, 91% avec le génotype 3 et 100% avec les génotypes 2 et 4, aucun virus n'a été détecté 12 semaines après la fin du traitement.

Les résultats suggèrent que l'infection des patients a été guérie.

Les effets indésirables de la thérapie combinée comprenaient de la fatigue et des maux de tête, comparables aux réactions observées dans les essais cliniques du traitement chez l'adulte.

L'approbation de la FDA pourrait être importante dans les contextes où la capacité des prestataires à effectuer des tests de génotype du VHC est limitée, a déclaré Birnkrant.

L'agence a déjà approuvé le sofosbuvir et le velpatasvir pour traiter les adultes atteints du VHC.

https://www.fda.gov/news-events/press-a ... epatitis-c

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mar 2020 - 06:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
Londres présente une feuille de route pour l'élimination de l'hépatite C

Les professionnels de la santé, le gouvernement local et les organisations communautaires ont lancé une feuille de route de Londres pour l'élimination de l'hépatite C, définissant cinq domaines `` d'opportunité '' pour une concentration accrue sur les personnes non diagnostiquées et les populations vulnérables de la capitale.

Un tiers des nouveaux diagnostics d'hépatite C en Angleterre se produisent à Londres. Plus de 2600 personnes ont été diagnostiquées à Londres en 2018.

Le nombre estimé de personnes vivant avec l'hépatite C à Londres a récemment été réduit, passant de 40 000 à 14 200, en raison des efforts de dépistage et de traitement des personnes dans la capitale. Atteindre les autres personnes atteintes de l'hépatite C à Londres sera difficile car la plupart ne sont pas diagnostiquées.

Réduire la stigmatisation et sensibiliser

La sensibilisation à l'hépatite C et à la disponibilité de nouveaux traitements sera essentielle et les parties prenantes chercheront à atteindre les personnes non diagnostiquées ou désengagées des soins.

Les conférenciers du groupe de travail mixte de Londres sur la consommation de substances et l'hépatite C en janvier n'étaient pas certains qu'une campagne de publicité à l'échelle de Londres pour encourager le dépistage de l'hépatite C serait la meilleure utilisation des ressources.

"Nous devons faire une étude sur les 50 ans et plus dans les cabinets de médecins généralistes à Londres, puis faire une campagne de publicité ciblée une fois que nous en saurons plus sur le profil des personnes testées positives", a déclaré le professeur Graham Foster de Queen Mary University London.

Mobiliser les personnes mal desservies par le système de santé traditionnel

Les sans-abri sont plus susceptibles de contracter l'hépatite C, mais la plupart des autorités locales de Londres ne financent aucun travail pour lutter contre l'hépatite C chez les sans-abri. Le groupe de pilotage de Londres étudiera comment coordonner les services de recherche et de traitement existants ainsi que de travailler avec les services pour les sans-abri afin d'introduire un bilan de santé qui peut inclure des tests de dépistage de l'hépatite C.Lier les activités de l'hépatite C au Life Off du maire de Londres le programme Streets fera également partie du travail du groupe.

Travailler avec les médecins généralistes pour trouver les personnes sous-diagnostiquées

Les quatre réseaux opérationnels de livraison de Londres pour le traitement de l'hépatite C travailleront avec les groupes de mise en service clinique et les médecins généralistes pour s'assurer que tous les médecins généralistes sont au courant des directives NICE sur les tests d'hépatite B et C dans les soins primaires et équipés pour offrir des tests.

Réduire l'attrition des voies

«L'attrition de la voie», ou la perte de personnes diagnostiquées avec l'hépatite C après le diagnostic en raison d'obstacles qui empêchent l'engagement avec les soins, signifie que de nombreuses personnes qui reçoivent un test d'anticorps positif pour l'hépatite C ne progressent jamais vers un diagnostic confirmé d'hépatite C ou une discussion du traitement de l'hépatite C, sans parler de commencer le traitement. Le dépistage automatique des infections chroniques après qu'un échantillon teste les anticorps positifs doit être implanté à Londres. Le dépistage dans les services de lutte contre la drogue et l'alcool est un autre domaine prioritaire pour le groupe de pilotage.

Aligner les efforts de santé publique sur l'hépatite C et le VIH pour commencer à produire des voies véritablement centrées sur la personne

Il existe un grand potentiel d'intégration plus poussée du dépistage du VIH et de l'hépatite C dans les services de médicaments, les services de santé sexuelle et les services des accidents et des urgences. Surmonter la stigmatisation a été identifié comme une priorité majeure pour la promotion du dépistage et du traitement du VIH. L'apprentissage des progrès réalisés dans la lutte contre la stigmatisation liée au VIH bénéficiera aux personnes atteintes d'hépatite C.

http://www.hcvaction.org.uk/resource/ro ... pportunity

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mar 2020 - 10:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
PANDÉMIE DE COVID-19 : LA SITUATION EN AFRIQUE









Pdf :

http://www.soshepatites.org/wp-content/ ... vid-19.pdf

http://www.soshepatites.org/pandemie-de ... n-afrique/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mar 2020 - 11:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
BRAVO AU PRAGMATISME GUADELOUPÉEN…






http://www.soshepatites.org/bravo-au-pr ... deloupeen/

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 213#398213

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Mar 2020 - 08:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
Canada : Certains programmes ne seront pas étendus dans les pénitenciers

(Calgary) Le syndicat représentant les agents correctionnels canadiens a dit qu’un programme mettant des seringues propres à la disposition des détenus dans un certain nombre de prisons ne sera pas étendu à de nouveaux établissements pendant la crise de la COVID-19.

Le Service correctionnel du Canada a lancé le programme en 2018, permettant aux détenus qui utilisent des drogues injectables d’avoir accès à des seringues propres.

Il est déployé dans tout le pays depuis juin 2018 et est offert dans au moins neuf des 49 prisons fédérales, dont celle de Joliette.

« Il n’y a rien de nouveau. C’est complètement arrêté au chapitre de l’instauration de nouvelles politiques », a déclaré James Bloomfield, président régional des Prairies du Syndicat des agents correctionnels du Canada.

Le Service correctionnel du Canada (SCC) a déclaré que le programme d’échange d’aiguilles se poursuit dans les établissements où il est déjà en cours et que la suspension de l’expansion n’est que temporaire en raison de la COVID-19.

« Nous avons suspendu temporairement le processus de consultation pour une nouvelle mise en œuvre du programme, car ça nécessite de vastes consultations et des interactions en face à face, a indiqué l’agence, dans un communiqué. Ça correspond aux lignes directrices de l’Agence de la santé publique du Canada sur la distance sociale. »

M. Bloomfield estime qu’il n’y a probablement qu’une cinquantaine de détenus à travers le pays qui sont inscrits au programme d’échange de seringues.

Il a déclaré que l’établissement albertain Drumheller, seule prison à offrir un site d’injection sûr, sera en mesure de gérer son programme sur une base limitée en fonction de la disponibilité des professionnels de la santé.

Le syndicat préfère l’idée des sites d’injection plutôt que des échanges d’aiguilles, car les travailleurs estiment que cela constitue une menace pour le personnel.

« C’est le moins pire des deux maux », a dit M. Bloomfield.

Il a dit que la priorité pour les prisons du Canada est de garder la COVID-19 à l’écart.

« Une fois en dedans, c’est comme un bateau de croisière. Nous sommes tous au même endroit et ça ne va pas bien se passer. »

Le service correctionnel voit le programme comme un moyen de prévenir la propagation des maladies infectieuses par ceux qui s’injectent des drogues et partagent des seringues en prison.

Le service a déclaré que les taux de VIH en prison sont 200 fois plus élevés que dans la population générale, et les taux d’hépatite C sont 260 fois plus élevés.

Sandra Ka Hon Chu, directrice de la recherche et de la défense des droits auprès du Réseau juridique canadien VIH/sida, a dit qu’elle serait « naturellement inquiète et avec raison » si le programme, qui empêche la propagation des maladies infectieuses, était suspendu.

« La suspension du programme signifie que les détenus continueront d’être exposés au risque d’infection par le VIH et le VHC ainsi qu’à d’autres atteintes à leur santé, a-t-elle déclaré. Comme pour les autres soins de santé essentiels, le SCC doit être capable de continuer à fournir des soins de santé essentiels à ses détenus. »

https://www.lapresse.ca/covid-19/202003 ... nciers.php

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 24 Mar 2020 - 05:03
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
VIH, hépatites : se déclarer en arrêt maladie

La mesure a été annoncée et mise en place récemment. Les salariés-es qui ne peuvent pas poursuivre leur activité en télétravail et qui souffrent d'affection de longue durée au titre de certaines pathologies doivent se déclarer en arrêt maladie directement sur le site de l'Assurance maladie, sans passer par leur employeur. Les informations du site officiel sont consultables en ligne. Ces personnes sont, conformément à un avis rendu par le Haut Conseil de la santé publique : les femmes enceintes ; les personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique…) ;

les personnes atteintes d’insuffisances respiratoires chroniques ; les personnes atteintes de mucoviscidose ; les personnes atteintes d’insuffisances cardiaques (toutes causes) ; les personnes atteintes de maladies des coronaires ; les personnes avec antécédents d’accident vasculaire cérébral ; les personnes souffrant d’hypertension artérielle ; les personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique dialysée ; les personnes atteintes de diabète de type 1 insulinodépendant et de diabète de type 2 ; les personnes avec une immunodépression ; les personnes atteintes de pathologies cancéreuses et hématologiques, ou ayant subi une transplantation d’organe et de cellules souches hématopoïétiques ; les personnes atteintes de maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur ; les personnes infectées par le VIH ; les personnes atteintes de maladie hépatique chronique avec cirrhose ; les personnes présentant une obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40. Conformément aux décisions gouvernementales, ces personnes doivent impérativement rester à leur domicile, en arrêt de travail, si aucune solution de télétravail n’est envisageable. Elles peuvent demander à être mises en arrêt de travail pour une durée initiale de 21 jours. Cet accès direct permet de ne pas mobiliser les médecins de ville pour la délivrance de ces arrêts. Cet arrêt pourra être déclaré rétroactivement à la date du vendredi 13 mars.

https://www.ameli.fr/paris/assure/actua ... sque-eleve

https://declare.ameli.fr/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 08:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères














_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 09:01
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères



https://afef.asso.fr/article_actu/infor ... -covid-19/




https://mcusercontent.com/101e531a19147 ... _te_JO.pdf



https://www.lemonde.fr/societe/article/ ... _3224.html





https://ansm.sante.fr/S-informer/Actual ... aracetamol



http://www.solidaritefemmes.org/nous-trouver




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 09:22
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères










https://www.lebonbon.fr/paris/expo/muse ... ent-ligne/

https://www.24matins.fr/coronavirus-des ... ts-1169667



https://www.federationaddiction.fr/agen ... ddictions/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 11:40
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
ASSURANCE MALADIE ET AIDE MÉDICALE ETAT






http://www.soshepatites.org/assurance-m ... cale-etat/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 14:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
GRACE AU CORONAVIRUS, JE SUIS DEVENU GÉGÉ…






http://www.soshepatites.org/grace-au-co ... venu-gege/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 16:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
L'EASL soutient le nouveau registre COVID-Hep sur les patients atteints de COVID-19

L'EASL encourage les professionnels de la santé à partager le registre COVID-Hep entre ses réseaux. COVID-Hep est un nouveau registre qui a été lancé à l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni, pour collecter des données sur les patients, atteints d'une maladie du foie à n'importe quel stade ou transplantés hépatiques, qui ont développé COVID-19 confirmé en laboratoire.

Ce projet de registre universel et collaboratif vise à enregistrer comment la maladie hépatique préexistante ou la transplantation hépatique affecte le cours de COVID-19. Il est destiné à fournir des informations précieuses à ceux qui prennent soin de ces patients. Il enregistrera également comment les facteurs des patients tels que l'âge, le sexe, la comorbidité et les médicaments peuvent influencer l'évolution et les résultats de la maladie.

Le projet est dirigé par une équipe d'hépatologie de l'Unité de gastroentérologie translationnelle (TGU), qui fait partie des hôpitaux universitaires d'Oxford et de la Division des sciences médicales de l'Université d'Oxford.

Ceux qui dispensent des soins aux patients dont les détails sont enregistrés sont encouragés à soumettre leur cas. La soumission d'un rapport de cas devrait prendre environ 5 minutes. Les patients souhaitant enregistrer leur expérience doivent également encourager leurs prestataires de soins à le faire également. L'équipe qui gère le registre créditera tous les contributeurs de toute publication résultant de ce travail.

Le projet COVID-Hep s'intéresse particulièrement aux différences entre les présentations entre les géographies et accueille les soumissions dans le monde entier. Les soumissions des Amériques doivent être adressées au service de SECURE-Cirrhosis, basé aux États-Unis.

https://www.covid-hep.net/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2020 - 17:04
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
COVID-19 : INFORMATIONS ET CONTACTS UTILES



https://www.gouvernement.fr/info-corona ... ch-[covid]




http://www.soshepatites.org/covid-19-in ... ts-utiles/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Mar 2020 - 10:00
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
OXYGÈNE : ÉVITONS LA PÉNURIE







Pdf :

http://www.soshepatites.org/wp-content/ ... 260320.pdf

http://www.soshepatites.org/oxygene-evitons-la-penurie/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Mar 2020 - 14:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25928
Localisation: Hyères
NOTRE CERVEAU NE VEUT PAS DU COVID…






http://www.soshepatites.org/notre-cerve ... -du-covid/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,79085803031921 seconds.