Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
ETAGERE
Sujet du message: NALOXONE  MessagePosté le: 29 Août 2019 - 16:38
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 18 Mai 2004
Messages: 510

INVITATION PRESSE CRISE DES OPIOÏDES
Pour un accès effectif à la naloxone pour toutes et tous
Les dernières données d’enquêtes françaises font état de 400 décès dus aux surdosages d’opioïdes (héroïne, morphine, Tramadol, fentanyl, méthadone, codéine) en 2019. Comme les usagers d’héroïne, des patients traités par antalgiques opioïdes sont concernés. Le nombre de victimes se rapproche de plus en plus de la mortalité par overdose qui existait avant les traitements de substitution.
Un antidote existe mais reste d’un usage confidentiel
La naloxone, antagoniste pur et spécifique des récepteurs opioïdes bloque l’effet des substances opioïdes. Une forme injectable est réservée à l’usage hospitalier dans le cadre d’une prise en charge médicale d’une overdose.
Elle commence (juin 2019) à être diffusée en pharmacie, sous forme injectable, le Prenoxad® au prix de 23€, sur prescription facultative, remboursable à 65%.
Les nouveaux profils à risques révélés par la crise des opioïdes américaines montrent que toute la population peut être concernée. Au-delà des usagers traditionnels injecteurs d’héroïne, il y a maintenant toutes les personnes traitées, en excès ou en mésusage, par des antalgiques opioïdes.
Dans 70% des cas d’overdoses, un membre de l’entourage ou un témoin est présent et en capacité d’agir dans l’attente des secours. Un grand nombre d’overdoses pourrait être évitées si les proches avaient à disposition une forme accessible et d’emploi facile.
Face à ce problème de santé publique, la mise à disposition d’un antidote, la naloxone, accessible directement aux personnes à risque d’overdose, s’avère nécessaire.
Les associations mobilisées ont des propositions
Lors de la CP, les associations d’usagers et de professionnels expliqueront que deux formes de naloxone (vaporisateur nasal Nalscue® et seringue pré-remplie Prenoxad®) sont utilisables par les proches. Elles sont encore trop difficilement accessibles.
Elles demandent une plus large information sur ces médicaments salvateurs, une mise à disposition élargie, des formations sur la façon de les utiliser.
Les overdoses concernent aussi bien les usages récréatifs, excessifs ou addictifs, elles ne sont pas liées uniquement aux opioïdes. La réponse ne se résume pas à la seule naloxone. Le testing, les SCMR entrent dans le cadre de la prévention et de la réduction des risques, par les groupes d’usagers eux-mêmes et par l’ensemble des acteurs du champ des addictions.
Les overdoses posent aussi des questions juridiques capitales. En particulier le statut de ceux qui donnent l’alerte en cas de surdose (Good Samaritan Act).
La crise des opioïdes en Amérique du Nord et les signaux préoccupants relevés actuellement en France nécessitent évidemment des réponses globales et notamment une meilleure prise en compte, non-exclusivement opioïde, de la souffrance et de l’adversité. Mais l’urgence est là et un médicament existe pour sauver ces vies menacées, utilisons-le ! Levons les derniers freins financiers et réglementaires !
Conférence de Presse à l’hôpital Marmottan 17-19 rue d’Armaillé, 75017 Paris
Le 2 septembre, de 10h à 11h30
Accueil à partir de 9h30
En présence de :
Hélène Delaquaize, Vice-Présidente France Patients Experts Addictions (FPEA)
• Françoise Gaudel, Présidente FPEA
• Pr Michel Reynaud, Président Fonds Actions Addictions
• Pr Nicolas Authier, Observatoire Français des Médicaments Antalgiques (OFMA)
• Jean-Maxence Granier, Vice-Président FPEA
• Dr Mario Blaise, Chef de Service à l’hôpital Marmottan
• Albert Caporossi (FPEA), Dr Jean-Michel Delile (Fédération Addiction), Pr Amine Benyamina (Fédération Française d’Addictologie)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
nega
Sujet du message: NALOXONE  MessagePosté le: 30 Août 2019 - 10:06
Potô du site


Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 2056

http://theconversation.com/connaissez-v ... des-121149

_________________
guérie vhc depuis 5 ans, fibroscan continue de descendre, écho et labo ok
Abécédaire http://www.hepatites.net/index.php?name ... 015#342015
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: NALOXONE  MessagePosté le: 30 Août 2019 - 10:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24404
Localisation: Hyères
Connaissez-vous la naloxone ? antidote des overdoses aux opioïdes



Tout ce que vous devriez savoir en 4' sur la NALOXONE pour l'#OVERDOSEDAY (31 août), médicament pour traiter les surdosages ou overdoses aux substances opioïdes (drogues et médicaments).
Donner un accès le plus large possible à la naloxone aux usagers d'opioïdes (antalgiques ou drogues) permet de les sensibiliser au risque d'overdose donc d'en diminuer la fréquence et de réduire la mortalité liée à ces overdoses en traitant plus précocement la personne en attendant les secours. Interview du Professeur Nicolas Authier de l'OFMA par la Fondation Institut Analgesia.

https://www.youtube.com/watch?v=nk2bM3p ... ojj7Na2pG4

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: NALOXONE  MessagePosté le: 31 Août 2019 - 06:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24404
Localisation: Hyères
Semaine de la naloxone, du 2 au 6 septembre

Chaque année a lieu le 31 août la journée de lutte contre les overdoses, the overdose awarness day (OAD). Les années précédentes, AIDES avait communiqué à l’occasion de cette journée de mobilisation autour de cet enjeu de santé important. En 2015, en Europe, près de 8 500 personnes sont mortes d’overdose. « Ces morts ne sont pas des fatalités, et les surdoses peuvent concerner tous-tes les consommateurs-rices de produits psychoactifs, quels que soient le produit ou le mode de consommation. La prévention, l'analyse de produits, et une approche de réduction des risques sont les seuls outils efficaces pour diminuer les risques d'overdoses », rappelait d’ailleurs l’association en 2018. Cette année, du 2 au 6 septembre, AIDES organise une « semaine naloxone » dans les Caarud (centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues) qu'elle anime. Des ateliers seront organisés afin de sensibiliser aux risques et à la reconnaissance des signes de surdose.

Ils proposeront des démonstrations d'utilisation des kits Nalscue (naloxone) et leur distribution dans le but de renforcer l’accès des usagers-ères de produits psychoactifs et leur entourage à la naloxone, un traitement qui peut sauver des vies en cas de surdoses. Cette semaine coïncide avec la tenue d’une conférence de presse inter-associative organisée par France Patients Experts en Addictologie autour des surdoses et de la naloxone qui se tiendra à l’hôpital Marmottan, à Paris. À ce jour, les Caarud de AIDES participant à l'opération sont ceux de Toulouse, Béziers, Nîmes/Alès, Nancy, Metz, Mulhouse, Limoges, Toulon, Grenoble, Brest et La Roche-sur-Yon.

https://seronet.info/breve/semaine-de-l ... mbre-85508

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: NALOXONE  MessagePosté le: 02 Sep 2019 - 11:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24404
Localisation: Hyères
Surdosage et overdose d’opioïdes : point sur l’offre thérapeutique de la naloxone en France - Point d'information (ANSM 2/9/19)

A l’occasion de l’Overdose Awareness Day[1] ce samedi 31 août, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) réalise un point de situation sur l’offre thérapeutique des antidotes aux opioïdes en France.
L’ANSM a octroyé deux autorisations de mise sur le marché (AMM) pour des kits de naloxone prête à l’emploi : en 2018 pour NALSCUE, naloxone par voie nasale, et en mai 2019 pour PRENOXAD, naloxone injectable.

Afin que les patients puissent les obtenir sans ordonnance obligatoire, l’ANSM a également proposé, après avis de la Commission des stupéfiants et des psychotropes, des modifications de la réglementation en ce sens.

Depuis 2015, l’ANSM s’est mobilisée pour permettre aux usagers de drogues, aux patients en situation de surdosage et à leur entourage un accès large et facilité à la naloxone pour le traitement d’urgence des overdoses aux opioïdes médicamenteux tels que la morphine et la méthadone, ou illicites tels que l’héroïne ou les fentanyloïdes de synthèse, dans l’attente d’une prise en charge médicale.

L’ANSM a notamment mis à disposition, dès 2016, NALSCUE par le biais d’une Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU) de cohorte. Cette ATU a permis une mise à disposition précoce de la naloxone à environ 2000 patients entre 2016 et 2018. Dans ce cadre, au moins 30 personnes ont reçu la naloxone dans une situation d’overdose et aucun décès n’a été rapporté chez ces patients.

Ainsi actuellement, sont disponibles en France et à la portée de tous via les kits prêts à l’emploi :

PRENOXAD solution injectable intramusculaire en seringue préremplie (0,91 mg/ml) :
Disponible depuis mai 2019 dans les établissements de santé, en Centres de Soin, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), en Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des risques pour Usagers de Drogues (CAARUD). Il est également disponible dans les pharmacies de ville,

Nalscue, solution pour pulvérisation nasale en récipient unidose (naloxone 0,9mg/0,1mL) :
Disponible dans les établissements de santé, les CSAPA et les CAARUD.

D’autres kits de naloxone prête à l’emploi et sous forme de spray nasal (NYXOID, Naloxone Adapt et VENTIZOLVE) ont obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM européennes) et vont être commercialisés.

Les médicaments contenant de la naloxone (kits prêts à l’emploi) sont indiqués dans le traitement d’urgence des surdosages aux opioïdes, caractérisés ou suspectés, se manifestant par une dépression respiratoire et/ou une dépression du système nerveux central, dans l’attente d’une prise en charge par une structure médicalisée.

Leur utilisation ne se substitue pas aux soins d’urgence dispensés par une structure médicale : les services de secours doivent être appelés immédiatement et systématiquement.

Déclarez tout effet indésirable suspecté d'être dû à un médicament auprès de votre Centre Régional de Pharmacovigilance ou sur le portail : www.signalement-sante.gouv.fr

https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Po ... nformation

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: NALOXONE  MessagePosté le: 03 Sep 2019 - 06:22
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24404
Localisation: Hyères
Overdoses d'opioïdes en France : un antidote jugé encore trop difficile d'accès

D'après l’association France Patients Experts Addictions (FPEA) et plusieurs experts, les kits délivrant de la naloxone pour sauver la vie des patients qui font des overdoses aux opioïdes sont encore trop difficiles d'accès en France.

"Plus de 500 décès par surdose, dont près de 80% en lien avec les opioïdes recensés en 2017, auraient pu être évités". Tel a été en substance le message du ministère de la Santé à l’occasion de la journée internationale de sensibilisation et de prévention des overdoses qui a eu lieu le 31 août. Il existe pourtant un anditote pour les accidents de ce genre. "Les personnes à risque de surdose peuvent d’ores et déjà se voir remettre gratuitement la naloxone (médicament connu pour contrer les effets mortels de la drogue, NDLR) prête à l’emploi en sortie d’hospitalisation ou d’unités sanitaires et dans les structures dédiées d’addictologie", explique le ministère sur son site. Mais d’après l’association France Patients Experts Addictions (FPEA) et plusieurs experts, ces kits sont trop difficile d’accès.

Bien que la situation en France n’ait rien à voir avec la crise des opioïdes qui touche les Etats-Unis (elle a entraîné 70 000 décès en 2017), elle est toutefois de plus en plus inquiétante. "Entre 2000 et 2015, les décès par overdoses d'opioïdes médicaments (hors héroïne et méthadone) sont passés de 75 à 200 (…) et c'est probablement une sous-estimation", explique le Pr Nicolas Authier de l'Observatoire français des médicaments antalgiques (Ofma).

A l’heure actuelle, deux kits d’antidote prêts à l’emploi pour stopper l’overdose en attendant les secours sont disponibles en France. Le Prenoxad, une forme injectable en intramusculaire, existe depuis mai 2019. Les pharmacies peuvent le vendre à 23 euros avec ou sans ordonnance. Mais sur prescription, il n’est remboursé qu'à 65%. Quant au spray nasal Nalscue, commercialisé depuis 2018, non seulement il n’est pas remboursé en raison d’un manque d’accord avec les pouvoirs publics, mais on ne le trouve que dans les hôpitaux et des centres d’accueil et de soins spécialisés dans les addictions (CSAPA et CAARUD) dont parle le gouvernement sur son site.

Remplacer au plus vite le spray Nalscue

C’est pourquoi, France Patient Experts Addictions réclame une plus large accessibilité de l’antidote, son remboursement à 100% sur ordonnance et la vente en pharmacie de sprays accessibles ainsi que des distributions gratuites là où c’est nécessaire.

"D'après un testing réalisé avec une association d'usagers de drogues, l'antidote n'était présent que dans une pharmacie sur quarante et les deux-tiers des pharmacies ne connaissaient pas ce produit", déplore le Pr Michel Reynaud, président du Fonds actions addictions. Par ailleurs, les pharmaciens doivent commander le produit injectable directement au laboratoire, ce dernier n’étant pas référencé par les grossistes, prévient-il.

Albert Caporossi, patient-expert et vice-président de la FPEA, voudrait quant à lui doter les services de secours, tels que la police, les pompiers et la gendarmerie, du spray. Il aimerait également qu’"un accord intervienne vite sur le prix de trois nouveaux sprays" pour remplacer Nalscue dont l’arrêt de la commercialisation a par ailleurs été annoncé en 2020.

Arriver à trouver un équilibre

Mais faciliter l’accès à l’antidote ne réglera pas le problème des addictions aux opioïdes. "Il ne suffit pas de faire un plan de lutte contre les overdoses, il faut une mobilisation et une formation des professionnels (médecins, pharmaciens...) mais aussi des consommateurs, y compris pour ceux qui prennent des opioïdes contre le mal au dos et d'autres douleurs chroniques et leurs proches afin justement que les 80% de morts reconnus comme évitables par le ministère soient évités", commente le Pr Michel Reynaud.

En effet, depuis les années 90, les prescriptions d’antalgiques opioïdes (tramadol, codéine…) ont explosé pour concerner 10 millions de personnes en 2015. En 2017, ils représentaient 22% de l’ensemble des antidouleurs consommés pour prendre en charge les douleurs cancéreuses certes mais également pour soulager les douleurs chroniques dont souffrent 10 à 12 millions de Français. Quant aux opioïdes forts (oxycodone, morphine, fentanyl), leur prescription a augmenté de 150% en dix ans. Ainsi, pour prendre en charge la douleur de façon appropriée sans créer de risque d’addiction, il faudrait avant tout arriver à un équilibre entre le bon dosage et l’accessibilité des médicaments à base d’opiacés.

Si des antidotes contre les overdoses existent déjà, des chercheurs américains sont récemment allés plus loin en mettant en point un appareil capable de les détecter et de délivrer automatiquement la naloxone laissant le temps aux secours d’emmener la victime à l’hôpital. Car quand ils font une overdose, les toxicomanes sont souvent seuls et dans l’incapacité de réagir. Cet outil n’en est pour l’heure qu’au stade expérimental mais à terme il pourrait bien sauver la vie de centaines de milliers de personnes. A condition bien sûr d’être facilement disponible.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... le-d-acces

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,55001902580261 seconds.