Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
19 Sujet du message: Paris Hepatology Conference 2019  MessagePosté le: 27 Déc 2018 - 15:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères




Programme :

https://www.aphc.info/phc-paris-hepatol ... 9-program/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Paris Hepatology Conference 2019  MessagePosté le: 15 Jan 2019 - 18:37
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
Comment (vraiment) prendre soin de son foie

Après les fêtes, les régimes détox du foie pullulent, en pharmacie et sur internet. A l'occasion d’un congrès d’hépatologie à Paris, Europe 1 fait le point sur les habitudes à adopter pour entretenir cet organe ô combien vital.
Alors que les fêtes s’éloignent, certains d’entre nous ont pris de solides résolutions, notamment pour ménager le foie qui, selon la croyance populaire, est l’organe qui a le plus souffert à l’occasion de repas souvent surchargés ou de soirées trop arrosées. Les invitations à suivre des cures "detox" de ce précieux organe sont ainsi légion, en pharmacie et sur internet. Leur efficacité n’est pourtant pas prouvée scientifiquement, et les hépatologues préfèrent vanter les mérites d’une alimentation saine. Alors que ces spécialistes comptent tirer la sonnette d’alarme sur les maladies du foie lundi à l’occasion du congrès "Paris hepatholgy", Europe 1 fait le point sur les moyens d'épargner cet organe impliqué dans plus de 300 fonctions vitales.

Le foie, ça sert à quoi ?

A beaucoup de choses, donc. Pour simplifier, le foie, organe le plus volumineux du corps, fait d’abord office de filtre, puisqu’il sert à transformer et rendre inoffensives les toxines que nous respirons, comme le tabac, que nous mangeons, comme les graisses ou le sucre, ou que nous buvons, comme l’alcool. "C’est une usine d’épuration", résume au Figaro l’hépatologue Gabriel Perlemuter, chef du service d’hépato-gastro-entérologie et nutrition à l’hôpital Antoine-Béclère à Clamart. "Toutes les matières premières issues de notre alimentation transitent par cet organe, qui les transforme en produits indispensables au fonctionnement du corps. Et comme toute usine, il produit des déchets qu’il se charge d’éliminer par la suite", explique encore l’auteur de Les pouvoirs cachés du foie.

Le foie n’est pas invulnérable. Le foie remplit ensuite un rôle de synthèse, en permettant la production de bile et à des enzymes indispensables à la bonne digestion. Enfin, il permet aussi de stocker des vitamines et de glycogène (un glucide), qu’il met à disposition de l’organisme. Le foie est aussi célèbre pour ses capacités auto-régénératrices. Ainsi, dans le cas d’une transplantation d’un donneur vivant, le bénéficiaire comme le donneur voient leur foie endommagé se régénérer en un foie complet.

Cela dit, le foie n’est pas invulnérable. Une alimentation trop grasse, trop sucrée, mais aussi la consommation abusive d’alcool peuvent l’abîmer et entraîner des maladies plus ou moins graves, jusqu’à une cirrhose et un cancer du foie. C’est l’objet de la conférence de presse tenue lundi par des hépatologues depuis le Palais des congrès de Paris. C’est aussi l’argument de ceux qui vantent (et tentent de vendre) des cures détox.

Les cures détox du foie, ça marche ?

En gélules, en ampoules, en tisanes, à base de jus de citron, d’artichauts ou de curcuma… Les cures détox du foie sont non seulement nombreuses, mais elles sont aussi diverses. Une explication à cela : aucune étude scientifique sérieuse n’a pu établir l’efficacité d’une cure ou d’un aliment précis pour le foie. "Cela ne sert à rien", tranche même Dominique Thabut, gastro-entérologue et hépatologue à la Pitié-Salpêtrière, jointe par Europe 1.

" Les gens se mettent dans une ambiance detox, ce qui influence leur hygiène de vie, et ça c’est bien "
Une seule solution est efficace : mettre en place "des mesure hygiéno-diététiques", comme l’explique le professeur Patrick Marcellin à Europe 1. "Pour éviter d’avoir un foie qui souffre, il faut donc manger équilibré, éviter la surcharge pondérale, faire de l’exercice", explique encore cet hépatologue, en poste à l’hôpital Beaujon de Paris.

Dans cette optique, les cures detox peuvent avoir une vertu : "Les gens se mettent dans une ambiance detox, ce qui influence leur hygiène de vie, et ça c’est bien", admet la professeure Dominique Thabut.

Que risque le foie en cas d’abus ?

Le problème principal du foie, c’est qu’il n’est pas innervé, et donc ne prévient pas par la douleur quand il est endommagé. "Comme les maladies du foie sont des maladies silencieuses, elles sont généralement non diagnostiquées ou le diagnostic est fait tardivement, au stade de complications", déplore le Dr Patrick Marcellin. Résultat, environ 20% des Français ont un foie malade sans le savoir.

" Un dépistage est vraiment indispensable pour savoir si son foie va bien ou s’il souffre "
La pathologie la plus fréquente - et en pleine expansion - est la statéo-hépatite non alcoolique, dite Nash, plus connue sous le nom de "maladie du foie gras" ou "maladie du soda". Elle résulte d’une alimentation trop grasse et/ou trop sucrée. A terme, la Nash peut entraîner des diabètes de type 2 et, encore plus grave, des cirrhoses et des cancers du foie, dont la mortalité approche les 80%.

Pourtant, son dépistage est très simple, via un test mesurant le taux de transaminases ou de Gamma GT dans le sang. "Un dépistage est vraiment indispensable pour savoir si son foie va bien ou s’il souffre", réclame Patrick Marcellin. "Mais le problème, c’est le manque d’information du public. C’est une méconnaissance du foie en général de la part des personnes mais aussi une méconnaissance des médecins, qui ne pensent pas toujours à faire ces tests hépatiques. Et il n’y a pas de programme de santé publique qui soit vraiment axé sur le dépistage des maladies du foie", regrette l’hépatologue. Alors même que les pathologies sont parmi les plus fréquentes.

https://www.europe1.fr/sante/comment-vr ... nV83nZ2okA

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Paris Hepatology Conference 2019  MessagePosté le: 15 Jan 2019 - 18:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
Une prise de sang pour dépister les maladies du foie à un stade précoce

Diminuer la mortalité liée aux maladies du foie grâce à un dépistage précoce. C'est la proposition du Pr Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon de Paris, lors du Congrès international sur les maladies hépatiques qui se tient jusqu'au 15 janvier 2019 à Paris. Une simple prise de sang permettrait de diagnostiquer davantage de cancers du foie et de cirrhoses pour améliorer la prise en charge.

Et si un simple test sanguin pouvait nous sauver d'une maladie du foie ? Cet organe, mal connu, joue un rôle majeur dans notre organisme. Il purifie le sang, fabrique des protéines, et régule nos hormones. Mais ce super organe a un défaut majeur : il ne provoque pas de douleur quand il est en souffrance.

Comme l'explique le Pr Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon de Paris : "Le foie est peu innervé, il ne présente pas de nerf donc il ne fait pas souffrir, contrairement à l'intestin ou à l'estomac. On peut avoir un foie très malade, et ne pas s'en rendre compte, comme par exemple une cirrhose ou un cancer du foie. Pourtant, il faut s'y prendre tôt pour éviter des dégâts irréversibles".

Aujourd'hui, on meurt plus souvent d'une maladie du foie que du diabète parce qu'il est mieux diagnostiqué. Cela permet une prise en charge plus rapide et plus efficace.

Face à ce constat, les spécialistes proposent de mettre en place un dépistage de masse, en rendant systématique le contrôle des transaminases, des enzymes aussi appelées ASAT et ALAT. Lorsque leur dosage n'est pas normal, il convient de consulter rapidement car il peut s'agir d'une maladie hépatique comme une hépatite, une cirrhose ou un cancer du foie.

Comme nous l'a expliqué le Pr Patrick Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon de Paris : "Pourquoi pas faire ce test lors de votre prochain bilan sanguin ? Votre médecin généraliste peut facilement ajouter ce test, c'est une simple prise de sang, un test bon marché, et surtout le seul moyen pour le moment de réaliser un diagnostic".

L'intérêt de ce diagnostic précoce est de taille : il existe de nombreux traitements, très efficaces lorsqu'ils sont prescrit à temps. Prise en charge trop tard, la maladie hépatique peut être fatale. En France, une personne sur cinq est ou sera concernée par une maladie du foie.

https://www.francetvinfo.fr/sante/malad ... 46165.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Paris Hepatology Conference 2019  MessagePosté le: 15 Jan 2019 - 18:50
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
Vers une flambée de cancers du foie : le cri d’alarme des hépatologues

Si les hépatites font désormais partie des maladies curables avec une grande efficacité, du fait des énormes progrès thérapeutiques réalisés ces dernières années, c’est maintenant vers le cancer du foie que se tournent les efforts des hépatologues actuellement réunis au Palais des congrès pour la 12ème Paris Hepatology Conference (PHC, 14 et 15 janvier).


Les spécialistes font en effet un constat alarmant : la mortalité des maladies du foie, essentiellement due au cancer hépatique, est en augmentation alors que ces maladies, contrairement aux autres pathologies chroniques, peuvent être généralement guéries, prévenues ou contrôlées évitant l’évolution vers le cancer. A l’échelle mondiale, les estimations actuelles font état de 844 millions de personnes touchées par une maladie du foie, et de 2 millions de décès par an, ce qui est bien supérieur à la mortalité due au diabète (1,6 million de décès, 422 millions de personnes malades). Ce taux est probablement sous-estimé, complète le Pr Patrick Marcellin (hôpital Beaujon, Clichy 92), fondateur et organisateur de la PHC, et risque de s’accroitre de façon importante dans les années à venir du fait d’un pic de cancer consécutif à l’hépatite C lié au pic de la maladie apparue dans les années 1980. En Europe, le cancer du foie constitue la troisième cause de décès liés au cancer, avec 50 000 morts par an. Et dans les prochaines années, ce taux de mortalité pourrait doubler, estiment les hépatologues.

En France, en 2018, le cancer du foie aurait provoqué entre 8 500 à 9 000 décès en France, selon les estimations de Santé Publique France. La cirrhose, qui fait le lit du cancer du foie, est aussi en augmentation dans notre pays, avec 700 000 personnes concernées, dont 30% à un stade sévère ou de cancer.

Les Nash en pleine expansion

En cause, une augmentation massive et rapide des maladies hépatiques d’origine métabolique (stéatohépatite non alcoolique ou Nash), alors que les maladies d’origine virale ont, elles, tendance a diminué. "Alors que le surpoids et la malbouffe gagnent la planète, la Nash - ou maladie du foie gras - représente une menace inédite en termes de santé publique. Véritable maladie de civilisation, elle impose un retour à une médecine plus globale et plus personnalisée. Il y a urgence !", estiment les experts de la PHC. Les chiffres sont en effet alarmants .

Aux Etats-Unis, en particulier, 35 à 40% de la population présenterait une stéatose. Et la Nash est en passe de devenir la première cause de transplantation hépatite dans ce pays. En France, la situation est moins préoccupante, mais une récente étude fait tout de même état de 16,7% d’adultes souffrant d’un foie gras (24,6% des hommes et 10,1% des femmes) ; parmi lesquels, 2,6% seraient atteints d’une Nash associée à une fibrose sévère.

Pour un dépistage de masse

Pour les experts, une amélioration de cette situation passe nécessairement par une prise en charge plus précoce et donc par un renforcement du dépistage. Les maladies du foie restent en effet largement méconnues du grand public et sous diagnostiquées par les médecins. Ce dépistage apparaît bénéfique quel que soit le stade de la maladie. En effet, en plus des traitements des hépatites qui permettent soit de contrôler efficacement la réplication virale (dans le cas de l’hépatite B), soit une véritable guérison dans la très grande majorité des cas (pour l’hépatite C) - avec à la clé l’élimination de la maladie espérée pour l’horizon 2025 - , les traitements apparaissent aussi efficaces aux stades plus évolués. Ainsi, "si l’on a longtemps cru que la cirrhose était irréversible, on sait maintenant qu’elle peut non seulement régresser lorsque l’agression cesse, mais aussi disparaître complètement lorsqu’elle est prise en charge suffisamment tôt", précisent les hépatologues.

En conséquence, pour le Pr Marcellin : "Nous devons sensibiliser le public, les professionnels de santé et les autorités de santé publique pour encourager la mise en place de politiques efficaces afin de diminuer la mortalité liée aux maladies du foie à court et à long à terme. Le dosage des transaminases respecte tous les critères de dépistage : c’est un test simple, bon marché disponible partout et dont la sensibilité, lorsqu’elle est correctement interprétée, est satisfaisante. En d’autres termes, le dosage systématique des transaminases lors de tout examen de routine constitue aujourd’hui le meilleur outil pour dépister à grande échelle et traiter efficacement les maladies du foie encore trop souvent négligées".

Cancer : de nouveaux traitements pour 2019

Ce dépistage apparaît d’autant plus adapté à la situation que la prise en charge du cancer hépatique pourrait bien être bouleversée par l’arrivée, dans les prochains mois, de nouveaux médicaments prometteurs. En effet jusqu’à présent, ce cancer était considéré comme rarement guérissable avec une survie nette à 5 ans qui n’excédait pas 8% pour les cas diagnostiqués entre 1989 et 1993, même si elle s’est un peu améliorée, passant à 16%, pour les cas diagnostiqués entre 2005 et 2010. Aujourd’hui, on assiste à une nette augmentation de la survie. Cela est lié tout d’abord à l’amélioration des pratiques chirurgicales (en particulier des hépatectomies), au développement des pratiques de chimio-embolisation et de radiofréquence, et aux greffes de foie, qui sont de plus en plus efficaces, avec une survie à 5 ans qui est désormais de l’ordre de 80 %. Mais "les plus gros espoirs viennent de la recherche sur les médicaments", notent les experts de la PHC. Plusieurs molécules prometteuses devraient en effet arriver sur le marché d’ici la fin 2019.

https://www.egora.fr/actus-medicales/he ... i-d-alarme

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jan 2019 - 13:51
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères


L'avenir de l' hépatologie
Patrick Marcellin

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... atrick.pdf

Le traitement personnalisé a-t-il encore sa place?
Graham Foster

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... graham.pdf

L'échec du traitement par DAA est-il toujours un problème?
Marc Bourlière

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... e-marc.pdf

Y a-t-il encore des difficultés à traiter les patients?
Stanislas Pol

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... nislas.pdf

L' accès au traitement et aux soins de liaison
Michael Fried

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ichael.pdf

Le traitement de la cirrhose décompensée VHC
Mitchell Schiffman

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... tchell.pdf

Les AAD diminuent-ils le risque de CHC?
Massimo Levrero

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... assimo.pdf

Comment traiter la co-infection VHC-VHB?
Robert Flisiak

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... robert.pdf

Thérapies VHC: les derniers défis
Stefan Zeuzem

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... stefan.pdf

Hépatite autoimmune
Michael Manns

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ichael.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 19 Jan 2019 - 14:34; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jan 2019 - 14:16
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
Nouvelle - épidémiologie et de la thérapeutique dans l'hépatite delta
Georgios Papatheodoridis

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... orgios.pdf

Nouvelle - épidémiologie et de la thérapeutique dans l'hépatite delta
Raymundo Parana

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ymundo.pdf

Traitement de l' hépatite B: les lignes directrices et la vie réelle
Maria Buti

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -maria.pdf

Traitement de l' hépatite B: les lignes directrices et la vie réelle
Teerha Piratvisuth

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... teerha.pdf

Gestion optimale du CHC
Pierre Nahon

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... pierre.pdf

Gestion optimale du CHC
Alessandra Mangia

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... sandra.pdf

Gestion des ascite difficile
Dominique Thabut

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... inique.pdf

La gestion optimale de l' hypertension portale
Adrian Gadano

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... adrian.pdf

Gestion optimale de l'hypertension portale
Christophe Hézode

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... stophe.pdf

Gestion optimale de l'hypertension portale
Victor De Ledinghen

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... victor.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jan 2019 - 14:27
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
Le changement de style de vie en matière de conseil est-il efficace?
Elisabetta Bugianesa

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... abetta.pdf

Avancées thérapeutiques
Arun Sanyal

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... l-arun.pdf

Le cuivre et le foie
Peter FERENCI

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -peter.pdf

TAKE HOME MESSAGES
Marc Bourlière

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... e-marc.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Jan 2019 - 07:19; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jan 2019 - 14:42
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères


L'impact du traitement du VHB sur la santé publique
Geoffrey DUSHEIKO

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... offrey.pdf

L' efficacité à long terme et la sécurité des NUC
Maria BUTI

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -maria.pdf

L'importance de la combinaison NUC-Peg IFN
Pietro LAMPERTICO

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... pietro.pdf

Pour arrêter ou ne pas arrêter les NUC?
Alessandra MANGIA

Oui

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... sandra.pdf

Les cibles et de nouveaux médicaments pour le VHB
Tarik ASSELAH

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -tarik.pdf

Quand et comment utiliser HBsAg quantitatif?
Maurizia Brunetto

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... urizia.pdf

Le traitement pendant la grossesse
Seng Gee LIM

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ng-gee.pdf

Gestion des maladies cholestatiques aujourd'hui et demain
Ulrich BEUERS

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ulrich.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jan 2019 - 15:51
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
Élimination du VHC. Ce que nous avons appris des programmes nationaux en cours
Vasily ISAKOV

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... vasily.pdf

Élimination du VHC. Ce que nous avons appris des programmes nationaux en cours
Ahmed El RAY

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -ahmed.pdf

L'impact de la consommation d'alcool dans le NAFLD
Jean-Pierre BRONOWICKI

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... pierre.pdf

L'impact de la consommation d'alcool dans le NAFLD
Jérôme BOURSIER

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... c-rome.pdf

Diagnostic et surveillance de NASH, quels marqueurs utiliser et comment évaluer le risque de CHC
Ana Carolina CARDOSO

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... rolina.pdf

Hépatite E: quel est le véritable problème?
Jean-Marie PÉRON

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -marie.pdf

Hépatite E: quelle est la vraie question ?
Philippe HALFON

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ilippe.pdf

Facteurs pronostiques (cirrhose et CHC) et prise en charge
Denis OUZAN

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -denis.pdf

Facteurs pronostiques (cirrhose et CHC) et prise en charge
Mustapha BENAZZOUZ

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... stapha.pdf

L’hépatologie à l’ère du numérique
Valérie VILGRAIN

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... lc-rie.pdf

L’hépatologie à l’ère du numérique
Valérie PARADIS

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... lc-rie.pdf

L’hépatologie à l’ère du numérique
Thomas ABRAHAMIAN

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... thomas.pdf

L’hépatologie à l’ère du numérique
Nicolas VILLAIN

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... icolas.pdf

L’hépatologie à l’ère du numérique
Antoine JOMIER

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ntoine.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Jan 2019 - 07:16; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jan 2019 - 16:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 23184
Localisation: Hyères
HCC et syndrome métabolique
Valérie PARADIS

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... lc-rie.pdf

Différences entre les directives EASL, AASLD et APASL
Peter GALLE

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -peter.pdf

Transplantation hépatique: les nouvelles étiologies de la cirrhose apportent de nouveaux défis
Norah TERRAULT

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... -norah.pdf

Prise en charge des patients atteints de cirrhose décompensée
François DURAND

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... na-ois.pdf

Gestion optimale de l'hypertension portale
Adrian GADANO

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... adrian.pdf

Transplantation de foie pour hépatite alcoolique aiguë
Philippe MATHURIN

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ilippe.pdf

MESSAGES TAKE HOME
Michael FRIED

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... ichael.pdf

CONCLUSION
Patrick MARCELLIN

https://www.aphc.info/wp-content/upload ... atrick.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,67438292503357 seconds.