Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
mimininie
Sujet du message: L’Eltrombopag est efficace pour des patients atteints d’Hépa  MessagePosté le: 17 Jan 2008 - 12:39
Potô du site


Inscrit le: 03 Déc 2003
Messages: 4949
Localisation: 06200 nice
http://www.informationhospitaliere.com/ ... p?id=10915


Actualité médicale
L’Eltrombopag est efficace pour des patients atteints d’Hépatite C avec une numération Plaquettaire Basse


NEW YORK — Pour des patients avec une hépatite C, avoir une numération plaquettaire basse est une complication fréquente associée à une maladie avancée. Ce problème est aggravé par le fait que le traitement antiviral standard pour la maladie peut réduire encore les numérations plaquettaires à des niveaux dangereusement bas, privant réellement ces patients du traitement dont ils ont instamment besoin. Désormais, la recherche publiée dans le Journal de Médecine de la Nouvelle Angleterre constate qu'une nouvelle molécule, l’eltrombopag, semble significativement augmenter les numérations plaquettaires, ouvrant la porte à un traitement efficace.


"Dans cette étude, l’eltrombopag a augmenté la numération plaquettaire en lien avec la dose, permettant à d’avantage de patients d'achever les 12 premières semaines de thérapie antivirale - un objectif de traitement important," déclare le docteur Samuel Sigal, qui a mené l'étude à Hôpital New-yorkais-presbytérien / Centre Médical Weill Cornell à New York - Un de 22 sites d'étude.

Le Docteur Sigal est professeur adjoint de médecine au sein de la Division de Gastro-entérologie et Hépatologie à l'Université Médicale Weill Cornell et hépatologue adjoint au Centre des Maladies du Foie et de Transplantation au New York-Presbytérien/Weill Cornell.

La phase 2 d’essai comparatif avec placebo a suivi 74 patients avec des numérations plaquettaires basses et une cirrhose du foie due à une infection du virus de l'hépatite C (HCV). Soixante-quatorze pour cent d'entre eux choisis au hasard pour prendre la dose la plus basse (30 milligrammes quotidiennement) ont vu leurs numérations plaquettaires augmentées significativement, tandis que 79 pour cent et 95 pour cent des participants ont vu des augmentations avec des doses plus élevées (respectivement 50 ou 75 milligrammes quotidiennement). Et, les 12 semaines de thérapie antivirale ont été achevées par 36, 53 et 65 pour cent de patients à trois niveaux de dose - avec des numérations accrus égale à la taille de la dose.
Soulignement de tendance, moins d'un quart des patients recevant le placebo ont achevé leur thérapie.

L'étude a révélé les effets secondaires - incluant des maux de tête, une sécheresse buccale, douleur abdominale et nausée. Aucun n'était assez sérieux pour cesser la thérapie.

On a évalué que 4 millions de personnes aux Etats-Unis et 170 millions dans le monde portent le virus de l'hépatite C. Le HCV est transmis principalement par le sang ou par les produits sanguins. La majorité des individus infectés a soit reçu des transfusions sanguines avant 1990 (quand le dépistage de l’approvisionnement en sang pour le HCV a été mis en œuvre) soit a utilisé des drogues par intraveineuses. Plus rarement, il peut aussi être transmis par les relations sexuelles et périnatallement (de la mère au bébé).

Le virus cause une inflammation et une lésion cicatricielle dans le foie et alors que c'est guérissable pour environ une moitié de ceux qui en sont atteint, il peut conduire à des dégâts significatifs au foie, à un cancer du foie et au décès pour d'autres. L'infection du HCV est une cause commune de cirrhose et la raison la plus commune d'une greffe de foie.

Avec les autres découvertes de l’eltrombopag, Docteur James Bussel du New York-Presbytérien/Weill Cornell ont mené une recherche, également publiée dans le Journal de Médecine de la Nouvelle Angleterre, réussissant à trouver un facteur de croissance des plaquettes qui ont augmenté la numération plaquettaire et ont diminué le saignement chez des patients atteints de Purpura thrombocytopénique immun (ITP), une maladie auto-immune qui réduit significativement le nombre de plaquettes sanguines dans le sang. (Docteur Bussel est membre d’une commission Consultative pour GlaxoSmithKline; il a reçu le soutien d’une bourse de recherche, des honoraires de conférence et des honoraires de conseil de GlaxoSmithKline; et une participation au capital de de la société.)

L'étude actuelle a été parrainée par GlaxoSmithKline, qui développe l’eltrombopag. L’Eltrombopag (commercialisé en tant que Promacta aux Etats-Unis et Revolade en Europe) est un médicament oral de recherche, un facteur de croissance de plaquette sanguine non-peptide qui incite à la prolifération et à la différentiation de cellules à produire des plaquettes sanguines. Tandis que d'autres médicaments qui rétablissent les fonctions de plaquette sanguine normales sont des infusions ou des injections, l’eltrombopag est un comprimé à prendre une fois par jour.

L’auteur principal de l'étude est le docteur John McHutchison, du Duke Clinical Research Institute, Durham, N.C. Des institutions supplémentaires y ont participé incluant le Royal Free Hospital, Londres; le Centre Médical du Commonwealth de l’Université de Virginie, Richmond; la Fundación de Investigación de Diego, San Juan; L’Hôpital Saint Joseph, Marseille; le Système de Santé et l’hôpital Henry Ford, Detroit; GlaxoSmithKline; et le Centre Médical Beth Israël Deaconess, Boston. ...

_________________
Ninie de Nice





http://www.hepatites.net/index.php?name ... highlight=
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
painthorse
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jan 2008 - 14:33
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 11 Mai 2004
Messages: 1664

salut ninie,
c'est une bonne nouvelle parce qu'on avait des solutions pour les rouges et les blancs mais pour les plaquettes il n'y avait pas de solutions.
Encore un + pour bon nombre de patients obligés de stopper pour cause de plaquettes trop basses.
bises

ju
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Invité
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jan 2008 - 15:43







merci Ninie
suite

L’Eltrombopag corrige la thrombocytopénie dans la cirrhose liée à l’HCV et permet l’initiation d’un traitement par interféron pégylé




L’eltrombopag est un agoniste du récepteur de la thrombopoïétine qui stimule la prolifération et la différenciation des mégacaryocytes. Administré par voie orale, il augmente la production des plaquettes chez le sujet sain sans altérer les fonctions plaquettaires. Chez les patients atteints de purpura thrombocytopénique immunologique, il accroît le taux de plaquettes de manière dose-dépendante (essais de phase I). Ici, l’eltrombopag a été testé au sein d’un essai de phase II multicentrique international randomisé en double aveugle chez des malades atteints de cirrhose associée au virus de l’hépatite C (HCV) et compliquée de thrombocytopénie entre 20 000 et 70 000/mm3.

Dans ce contexte, la thrombocytopénie est multifactorielle, liée à l’hypertension portale, l’hypersplénisme, la diminution de production de thrombopoïétine et l’insuffisance médullaire viro-induite. L’objectif était de déterminer 1) si l’eltrombopag était capable d’augmenter le taux de plaquettes et 2) si un traitement antiviral par interféron-alfa pégylé (PEG-IFN) pouvait être initié. En effet, le PEG-IFN induit des thrombocytopénies médicamenteuses. Il n’est pas recommandé en cas de thrombocytopénie préexistante <75 000/mm3 et lorsqu’il est prescrit, les baisses de taux de plaquettes aboutissent à de nombreuses réductions de dose voire des arrêts de traitement.

Quatre groupes de patients ont été constitués : placebo (n=1Cool ou eltrombopag à 30mg (n=14), 50mg (n=19) ou 75mg (n=23) par jour pendant 4 semaines. Le traitement était transitoirement arrêté en cas de plaquettes augmentant au-delà de 200 000/mm3. Une stratification a été effectuée selon le taux initial de plaquettes (20 000-< 50 000/mm3 et 50 000-< 70 000/mm3). Pendant la première phase, l’objectif primaire était d’obtenir un taux de plaquettes d’au moins 100 000/mm3. Pendant la seconde phase, l’objectif était d’évaluer la possibilité de maintenir un traitement par PEG-IFN (IIa ou IIb) et sa tolérance. L’âge médian des patients (n=74) était de 51 ans (30-74), le taux médian de plaquettes avant l’étude était de 55 000/mm3 (26 000-94 000) (35 % des patients entre 20 000- < 50 000) et 58 % entre 50 000-<70> 100 000 était de 0 dans le groupe placebo, de 75 dans le groupe eltrombopag 30, de 79 dans le groupe eltrombopag 50 et de 95 dans le groupe eltrombopag 75. Le taux de plaquettes a dépassé le seuil des 200 000 dans respectivement 0, 25, 47 et 52 % des cas. Dans la 2ème partie de l’essai, 2 tiers des patients ont reçu du PEG-IFN : 4/18 dans le groupe placebo, 10/14 dans le groupe eltrombopag 3, 14/19 dans le groupe eltrombopag 50, et 21/23 dans le groupe eltrombopag 75. Le taux de plaquettes requis avant PEG-IFN (≥70 000 pour le PEG-IFN 2a et ≥100 000 pour le PEG-IFN 2b) était atteint dans 48/49 cas. En intention de traitement, la proportion de patients ayant reçu la totalité des 12 semaines de PEG-IGN prévue a été de 6 %, 36 %, 53 %, et 56 % des patients de chaque groupe respectivement. Le taux de plaquettes a diminué chez tous les patients pendant le traitement par PEG-IFN+eltrombopag mais est demeuré au dessus de 50 000/mm3. Trente et un patients sur 45 ont pu recevoir les 12 semaines de PEG-IFN dans les bras eltrombopag et un sur 10 seulement dans le bras placebo. Pendant la première phase, les principaux événements indésirables observés sous eltrombopag ont été des céphalées, douleurs abdominales, nausées et sècheresse buccale. Aucun accident thrombotique ou hémorragique n’a été décrit. Pendant la 2ème phase, les événements indésirables ont été ceux du PEG-IFN.

Au total, l’eltrombopag a permis une augmentation suffisante du taux de plaquettes dans la thrombocytopénie liée à la cirrhose post-hépatitique liée au HCV et l’initiation d’un traitement anti-viral par PEG-IFN. La tolérance a été bonne. Ces résultats encourageants devraient être à l’origine de futurs essais cliniques : il faut maintenant montrer que le traitement anti-viral combiné à l’eltrombopag peut être maintenu suffisamment longtemps pour être efficace et confirmer la tolérance de l’eltrombopag sur une période plus longue.




Dr Delphine Rea



McHutchinson JG et coll. : Eltrombopag for thrombocytopenia in patients with cirrhosis associated with hepatitis C. N Engl J Med., 2007; 357 : 2227-2236

 
  Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Mental-O
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jan 2008 - 19:25
Potô du site


Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 6822
Localisation: Trou-Bouse-les-Champs (82)
Merci les filles pour ces infos, c'est si important de se mettre à jour!

Wink

_________________
Coinf VIH/VHC (ou l'inverse) Géno 1b. Non répondeur à 2 TTT, interrompus au bout de 3 mois A3/F3 en 2011. Pas de TTT d'entretien en attente des nouvelles molécules.
"Tout seul on va plus vite... mais ensemble on va plus loin."
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolotte
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Fév 2008 - 13:45
Potô du site


Inscrit le: 29 Jan 2003
Messages: 6802
Localisation: Très loin à l'est
c'est juste un up pour moi Wink

_________________
Lau
J'ai lu que fumer tue, j'arrête de lire
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 1,8566179275513 seconds.