Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...


Glossaire
Lire la suite Ribavirine
Analogue nucléosidique de la guanosine qui a une action antivirale sur plusieurs virus. Bien que la ribavirine utilisée en monothérapie n'ait pas d'effet antiviral significatif sur les virus des hépatites, elle potentialise les effets de l'interferon.
Les mécanismes d'action de la ribavirine dans le traitement de l'hépatite chronique C sont mal connus.

La dose de ribavirine à utiliser en association avec l'interféron pégylé est fonction du poids du patient :
Les gélules de ribavirine sont administrées par voie orale quotidiennement en 2 prises au moment des repas (matin et soir) :
· 2 gélules le matin et le soir si le poids est inférieur à 65 kg – soit 800 mg
· 2 gélules le matin et 3 gélules le soir si le poids est compris entre 65 et 85 kg – soit 1000 mg
· 3 gélules matin et soir si le poids est supérieur à 85 kg – soit 1200 mg

Commercialisée sous le nom de Rebetol® (Schering-Plough) ou Copegus® (Roche) ; c'est exactement la même molécule dosée à 200 mg.

En monothérapie dans l'infection par le VHC, la ribavirine entraîne une normalisation fréquente des transaminases dans les deux à trois premiers mois du traitement. La rechute biologique survient dans la majorité des cas après l'arrêt dut raitement.
L'effet sur la virémie est faible ou nul
Connection

Cochez cette case pour rester connecté pendant 1 jour. (Vous devez accepter les cookies)

Bienvenue sur ce site traitant de l'hépatite C et des co-infections. Ce site est ouvert aux patients, à leur entourage, au grand public et aux professionels de santé. Ici vous trouverez des réponses à vos questions sur l'hépatite C (VHC), le traitement interféron pégylé - ribavirine, la biopsie du foie, la PCR, les vaccins, la co-infection VIH - VHC ou VHB - VHC... etc.  Ce site est personnel, indépendant, créé et géré bénévolement.

Pour vous inscrire c'est simple et gratuit : un e-mail valide suffit.  pour devenir membre.

Forum
SujetRép/VuesDernière participation
aller au message Hepatite et coronavirus2002/381323 fil 29. Jn 12:39
aller au message Hépatites Actu4194/1662784 fil 29. Jn 11:38
aller au message Hépatites inexpliquées ch...12/1510 fil 23. Jn 18:25
aller au message HEPATITE B ET CBD7/2104 fil 13. Jn 08:58
aller au message Observatoire Epclusa (Sof...51/100408 fil 19. Mai 08:19
aller au message Le Génotype 368/149447 joy9430... 12. Mai 15:16
aller au message Traitement Epclusa termin...7/2113 Aciel 02. Mai 12:23
aller au message De Loujo : Bonjour à tout...221/211191 fjoosi 16. Avr 13:02
aller au message Présentation1/1381 nega 15. Avr 19:26
aller au message Hépatite et CBD : vos avi...0/1730 Timothe... 15. Avr 13:11
aller au message Hépatite Delta VHD11/33765 hbb31 14. Avr 14:25
aller au message Augmentation alpha-fœtopr...10/3143 nega 31. Mar 09:55
aller au message vaccin thérapeutique hépa...3/3578 Louise8... 09. Mar 19:30
aller au message Hépatite B : nouvelles re...3/24154 hbb31 14. Jan 16:36
aller au message Hépatite auto immune1/6250 fil 11. Déc 08:17

[Accéder au Forum]

Publications Scientifiques
SujetRép/VuesDernière participation
aller au message EASL 2022 Londres30/788 fil 29. Jn 
aller au message VHC Protocoles essais cli...1913/1269064 fil 25. Jn 
aller au message « HBV CURE », Ou en est l...131/130109 fil 20. Jn 
aller au message Bibliothèque scientifique...183/269293 fil 20. Jn 
aller au message VIH : Publications508/365815 fil 17. Jn 
aller au message De la stéatose à la Nash210/182138 fil 14. Jn 
aller au message Nouvelles données sur la ...95/239613 fil 10. Jn 
aller au message JFHOD du 17 au 20 Mars 20...27/4919 fil 13. Mai 
aller au message VIH/VHC Protocoles essais...313/378707 fil 11. Avr 
aller au message AASLD 2021 Boston41/13377 fil 07. Déc 

[Accéder au Forum]

Hepatothèque
SujetRép/VuesDernière participation
aller au message EASL 2022 Londres4/148 fil 28. Jn 
aller au message Rapports , Recommand...92/254633 fil 25. Jn 
aller au message AFEF - CREGG video c...190/245797 fil 15. Fév 
aller au message AASLD 2021 Boston13/5024 fil 07. Déc 
aller au message EASL 2021 Amsterdam14/8327 fil 07. Jl 

[Accéder au Forum]

Autres sujets

Rapport de la 2e conférence de l'IAS sur la pathogenèse et les traitements

De façon générale, une personne séropositive à l'égard du VIH sous multithérapie antirétrovirale hautement active (HAART) bénéficie généralement en bout de ligne d'une augmentation de sa numération de lymphocytes CD4+. Or, plusieurs facteurs, dont l'incapacité à prendre ses médicaments tel que prescrit ou selon les directives reçues –manque de fidélité au traitement; inobservance thérapeutique – pourraient avoir pour effet d'entraver l'importance d'une telle augmentation des lymphocytes. En effet, selon des chercheurs de Vancouver (Colombie-Britannique), une co-infection avec le virus de l'hépatite C (VHC) pourrait d'une manière ou d'une autre affaiblir la faculté du système immunitaire à se reconstituer malgré le recours à une multithérapie HAART.

Paula Braitstein et ses collègues du Centre d'excellence de la C.-B. en matière de VIH/sida o­nt étudié l'effet du VHC sur le compte de CD4+ chez des patients sous multithérapie HAART dans le cadre d'un examen des données recueillies entre août 1996 et juillet 2002 et consignées dans les dossiers médicaux que le Centre conserve dans sa base de données. Ces chercheurs o­nt analysé les données provenant de 1 416 personnes ayant le VIH/sida (PAVIH) qui n'avaient alors jamais été traitées par multithérapie HAART mais qui o­nt commencé à recevoir ce traitement au cours de la période subséquente de l'étude. Ils o­nt également examiné les résultats d'analyses sanguines de dépistage d'anticorps anti-VHC chez un sous-ensemble de 552 sujets comme suit :

235 personnes séropositives à l'égard du VIH et du VHC;

317 personnes séropositives à l'égard du VIH seulement.

L'un des facteurs dont les chercheurs o­nt tenu compte dans leur analyse ultérieure des données était l'adhésion ou la fidélité au traitement. L'équipe de recherche a effectué une évaluation de l'adhésion au traitement selon une méthode indirecte. Pour ce faire, ils o­nt vérifié les bases de données de pharmacies pour déterminer si les sujets avaient fait remplir leurs ordonnances sur une base régulière. D'après des études antérieures, le fait de faire remplir ses ordonnances sur une base régulière dénote un haut degré d'adhésion au traitement.

Avant le début du traitement, les 235 PAVIH également séropositives à l'égard du VHC présentaient le profil suivant :

femmes : 22 %; hommes : 78 %;

moyenne d'âge – 37 ans

compte moyen de CD4+ – 290 cellules

charge virale moyenne – plus de 100 000 copies

10 % avaient des symptômes du sida

43 % étaient réputés être fidèles (adhésion) à plus de 95 % à leur traitement

Résultats — personnes VIH-positives seulement


Parmi les sujets séropositifs uniquement à l'égard du VIH et réputés être fidèles à leur traitement dans une proportion d'au moins 95 % selon les chercheurs, l'augmentation moyenne du compte de CD4+ après 1½ année s'établissait à 230 cellules supplémentaires. Quant aux sujets ayant fait preuve d'une fidélité inférieure à 95 %, leur augmentation de CD4+ n'a été que de 190 cellules supplémentaires.

Résultats — personnes séropositives à la fois au VIH et au VHC

Parmi les sujets co-infectés, les résultats du traitement ne se sont pas révélés aussi brillants. Après 1½ année de traitement, l'augmentation de CD4+ dans le groupe ayant fait preuve d'une adhésion au traitement de l'ordre d'au moins 95 % a été de 120 cellules supplémentaires. Parmi les sujets ayant fait preuve d'une adhésion au traitement de moins de 95 %, l'augmentation n'a été que de 50 cellules supplémentaires.

Selon cette équipe de recherche, les résultats montrent effectivement que, compte tenu du degré d'adhésion au traitement, le VHC a un puissant effet sur la capacité de la multithérapie HAART à exercer son effet bienfaisant sur le système immunitaire. Bien qu'il ne soit pas clair pourquoi l'infection par le VHC pourrait avoir un tel effet, o­n présume, entre autres, que le VHC affecte la faculté du foie à métaboliser certains médicaments (dont les inhibiteurs de la protéase et les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse), de telle sorte que le taux de ces médicaments dans le sang n'est pas aussi élevé qu'il ne devrait l'être. Mais il demeure que cette théorie doit encore faire l'objet d'études de sorte qu'on puisse en confirmer les résultats. Le fait que la réponse à la multithérapie HAART ait été plus piètre chez les PAVHI co-infectées soulève des questions quant au moment opportun d'instituer la multithérapie anti-VIH parmi cette population. Il se peut que la multithérapie HAART aurait été plus efficace chez les PAVIH co-infectées au VHC si leur multithérapie avait été amorcée en phase plus précoce de leur infection par le VIH, alors que leur compte de CD4+ était encore plus élevé. Encore une fois, il s'agit là d'une autre hypothèse à vérifier dans le cadre d'autres études. Dans l'ensemble, cette étude de Vancouver confirme non seulement les résultats que des équipes de recherche de l'Union Européenne o­nt obtenus, mais elle jette aussi les bases pour la poursuite d'autres études en matière de co-infections par le VIH et le VHC.

RÉFÉRENCE :
Braitstein P, et al., Impact of hepatitis C virus o­n CD4+ response post-initiation of HAART among a population-based cohort, 2e conférence de l'IAS sur la pathogenèse et les traitements, 13 au16 juillet 2003, Paris. Abrégé 214

Page created in 1,1454839706421 seconds.