Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...


Glossaire

Répondeur

dans le contexte,
la "réponse au traitement" qualifie l'efficacité de celui-ci, mais curieusement c'est le patient qui est qualifié de "répondeur"…

Elle se détermine par la recherche d'ARN du VHC (dite "PCR quantitative") avant le traitement (pour savoir d'où on part), pendant celui-ci et après son arrêt.

CLASSIFICATIONS :

· Répondeur rapide : l'ARN n'est plus détectable au bout de 4 semaines (S4) "ARN VHC indétectable"
· Répondeur précoce : l'ARN n'est plus détectable au bout de 12 semaines (S12) "ARN VHC indétectable"
· Répondeur lent ou partiel : l'ARN reste détectable à S4 MAIS en ayant baissé d'au moins 2 log.

· Non Répondeur : l'ARN reste détectable à S12 et ne baisse pas de façon significative (voire augmente) ; dans ce cas, la stratégie thérapeutique peut être revue (poursuite du ttt normal, passage en "traitement d'entretien", arrêt pur et simple).
· Répondeur Rechuteur : l'ARN est à nouveau détectable 6 mois ou 12 mois après l'arrêt du traitement alors qu'il était indétectable en fin de TTT,.

· Échappement : l'ARN redevient détectable pendant le ttt après avoir été un temps indétectable ; dans ce cas, la stratégie thérapeutique peut être revue (poursuite du ttt normal, passage en "traitement d'entretien", arrêt pur et simple).

· RVP = Réponse Virologique Prolongée (ou RVS = Réponse Virologique Soutenue) : la recherche qualitative d'ARN (dite "PCR qualitative") reste "négative" 6 mois et surtout un an après l'arrêt du ttt.


Ces définitions bien qu'acceptées et reprises par l'ensemble du corps médical font encore l'objet d'une expérimentation, notamment le répondeur lent.

De plus en plus sensibles, les recherches d'ARN ont un seuil minimal de détection qui ne peut garantir une éradication totale. D'autant que celles-ci ne se font QUE dans le sang et qu'il est possible que le virus C ait des "niches" dans d'autres organes et tissus (le cerveau notamment).
Page created in 0,32000494003296 seconds.